Le monde multipolaire

Par WD

Depuis la crise Covid, beaucoup d’esprits se sont réveillés. On peut même dire que grâce à elle, une large population a découvert que nos dirigeants ne sont pas bienveillants. Une partie du peuple a soulevé le tapis du mensonge et la corruption se révèle sous ses yeux. Si les acariens qui grouillent partout sont utiles puisqu’ils font disparaître les déchets invisibles de la maison, nos représentants dans son grand éventail sociétal ne le sont pas. Ils sont nuisibles soit par la corruption soit par la collusion. La pleutrerie n’est pas en reste. Les aveux de Jean-François Delfraissy nous le démontrent.

Dans ce pataquès, nous découvrons les facéties de Macron qui vend d’un côté nos fleurons économiques nationaux, installe de l’autre des grandes boites ploutocratiques au centre des décisions nationales. Pour les durs de la feuille, il a bradé notre pays et confié les clefs de la baraque à des voisins avides. La spoliation des bénéfices fait partie du petit jeu malsain. Le ruissellement des gains frauduleux est tellement profond qu’il touche votre voisin. Par intérêt individuel, cette clique avide d’argent facile a réélu le roi de l’Olympe. De l’avis des pays non inféodés à l’Imperium américain, la France Macroniste est devenu insignifiante.

Sur le plan international, nous constatons que le monde se scinde en deux blocs. D’un côté le monde occidental où la caste dite « état profond » impose son diktat, de l’autre l’émancipation définitive des BRICS. Cette scission est si dangereuse pour l’univers anglo-américain que l’OTAN en ce dernier mois de Juin a donné le tempo du conflit imminent. Au passage, nous notons l’erreur stratégique fondamentale commise par les stratèges en carton de cette organisation. Dévoiler son plan est digne de la portée intellectuelle de tous les Gamelins de la planète. Les Russes et les Chinois savent dès lors qu’ils sont la cible. Merci du renseignement bande de truffes.

Pour ceux qui ne comprennent pas ce qu’il se passe à l’échelle mondiale, il faut qu’ils écoutent l’allocution de Poutine du 16/08/22. Parmi son propos, nous trouvons la tendance générale qui fait accourir dans le giron Russe tous les pays qui veulent s’affranchir du dollar et de sa dictature :

« Je répète que l’ère de l’ordre mondial unipolaire est en train de devenir une chose du passé. Peu importe la force avec laquelle les mondialistes s’accrochent à la situation, c’est voué à l’échec ».

L’issue victorieuse des BRICS du bras de fer actuel est inéluctable, en termes économiques, démographiques, puissance militaire. Le tour de piste de Pelosi, Biden et leurs affidés est fini. Il n’a que trop duré.

La fin de l’Occident est proche, c’est une certitude. Pour les souverainistes de tout poil, de toutes les chapelles, de toutes les obédiences, de tous les pays ce sera une opportunité. Ce sera le moment de reprendre leurs destins en main. Pour la France, l’affaire ne sera pas si aisée à concrétiser. Il nous faudra réindustrialiser, redynamiser l’agriculture, recouvrer notre autonomie sur tous les plans. En aurons-nous les moyens financiers tant notre économie est exsangue ? En sortant, par la force des choses apocalyptiques de la tutelle tyrannique de la « Van der Layenerie », nous ne gaspillerons plus notre pognon à l’amélioration des autres pays européens à la ramasse. Ce sera un premier pas, mais il ne sera pas suffisant pour réparer les dégâts causés par le bradage économique qui s’opère depuis l’ère Giscardienne. Il manquera l’argent, les cerveaux, la volonté. L’excellence Française s’est déjà expatriée depuis longtemps et continue son exode. Dans l’effondrement Occidental, que nous restera-t-il ?

Ils ont tout vendu, usines et savoir-faire, terres et forêts. Dans l’hypothèse où les français se réveilleraient de leur long coma, la marche de la reconstruction sera longue et périlleuse car ceux qui nous ont saigné à blanc ne nous laisseront pas faire. Ils joueront de toutes les armes économiques qu’ils posséderont encore, embargos en tête de ligne pour nous barrer la route. Les éléments Sorosiens survivants in situ entraveront nos projections. Ils fomenteront des conspirations comme ils l’ont toujours fait partout dans le monde. Il nous faudra être investis d’un grand sentiment national, d’une grande volonté patriotique pour reprendre notre destin en main. Notre souveraineté qui garantit notre liberté et notre indépendance sera contrariée par tous ceux qui ont fait allégeance à l’Imperium américain depuis des lustres (dès Monnet-Clemenceau en fait). Nous ne voyons guère ces qualités obligatoires pour recouvrer notre place dans le monde, se bousculer au portillon. Après 40 ans de diatribes Kalergistes, de démagogies sociétales, de soumissions idéologiques avec corruption à la clef, le résultat donne la mentalité générale individualiste de ce pays décharné voire désincarné. Il n’y a plus de conscience collective et les rebuts politiques sont en tête de ce naufrage identitaire. L’idée du destin commun dans un espace historique n’est plus. Nous foulons au pied les combats, les sacrifices et la volonté de nos aïeux qui ont toujours voulu la liberté et le bien-être pour tous, par tous. Nous nous sommes fracassés sur les écueils de la globalisation et nous coulons. La baie des Trépassés n’est plus loin à présent.

Pourtant, il est de notre devoir de lutter pour faire perdurer notre nation dans le nouveau paradigme mondial qui s’ébauche sous nos yeux. Même si notre volonté de s’insérer dans la nouvelle ronde mondiale sera bloquée par les nouveaux maîtres du jeu, où il semble bien que les Russes tiennent le leadership, ce sera au moins notre dernier baroud d’honneur. On le doit autant pour nos ascendants que nos descendants. C’est une question de principe, une question de morale, une question de survie. Dans notre monde wokiste actuel, le dernier propos est obsolète, mais nous devons nous y accrocher comme des arapèdes.

Signé : WD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.