Le mandat va être marqué par la construction d’une nouvelle gendarmerie à Marcoing

Didier Drieux est un homme optimiste, alors, même si les moyens ne sont plus ce qu’ils étaient, pas question de ne pas avoir de projets. Nouvelle gendarmerie, fin des travaux à l’église et logements sont au programme

Le mode de scrutin électoral ayant changé au profit de la proportionnelle, deux sièges (sur les 19 du conseil municipal) sont revenus à la liste opposée à celle du maire sortant. Une cohabitation qui se passe de façon « impeccable » selon les propres termes de Didier Drieux.

Les projets ne manquent pas durant ce nouveau mandat. Le pricipal porte sur la construction de la nouvelle gendarmerie au bout de la rue Berthelot. « Marcoing a été retenue pour être l’une des cinq gendarmeries en France à faire l’objet d’une nouvelle construction. » Outre l’hébergement de seize gendarmes, ce chantier qui commencera au début de l’année 2015. permet à la commune d’aménager cinq lots à bâtir. Autre projet pour lequel un démarrage des travaux est espéré en 2016 : la construction de seize logements locatifs intergénérationnels du côté du terrain des sports.

Ce mandat sera aussi marqué par la fin des travaux à l’église. Un chantier très important, débuté depuis plusieurs année,s et pour lequel le montant des gros travaux s’est élevé à 700 000 €. Avec la rénovation de la sacristie, c’est désormais dans cet endroit qu’est accueillie la catéchèse.

Ces différents chantiers seront assortis d’une étude pour une réfection des trottoirs plus importante que celle engagée chaque année.

L’écologie n’est pas oubliée. « L’aménagement de la mare Riondel en mare pédagogique est en cours de réalisation avec un circuit pédestre et éducatif. »

Même pression fiscale

Les travaux engagés ou à venir le sont sans variation de la pression fiscale. La taxe d’habitation s’établit à 15,47 %, celle du foncier bâti à 13,09 % et celle du foncier non bâti à 49,07 %.

Sur le plan de l’intercommunalité, Didier Drieux regrette que lamutualisation ne se ressente pas encore. « C’est un bel outil de travail, on ne peut pas faire autrement mais il faut se remettre en question pcar on ne peut plus travailler en 2014 comme en 1992 au moment de sa mise en place ».

Depuis septembre, l’école s’est mise aux nouveaux rythmes scolaires. À l’issue de sondages avec les parents d’élèves et les enseignants, c’est la formule de quatre fois 45 minutes qui a été retenue. C’est l’association des Familles rurales, déjà chargée du périscolaiure, qui prend en charge les activités : sports, travaux manuels, arts plastiques, échecs, lecture du conte et d’histoires en anglais, relaxation, jeux de société, sophrologie, théâtre. Le coût de participation par séquence s’élève à 18 €. « Nous voulions que les parents se responsabilisent », avoue le maire étonné par l’importance de la participation de 25 % des élèves entre septembre et la Toussaint.

Source : La Voix du Nord

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.