Le gendarme qui espionnait sa femme condamné à de la prison avec sursis

Un gendarme de Nancy et l’un de ses collègues qui travaillait au service de la section de recherche de Metz ont été respectivement condamnés à 4 et 3 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nancy. Le premier a demandé au second, d’espionner son épouse

870x489_maxnewsworldfour581589

un gendarme a été condamné pour avoir espionné sa femme © Maxppp – Maxppp
Nancy, France

Il pourrait s’agir d’une histoire banale de séparation sauf que dans ce dossier, il s’agit de deux gendarmes. Les faits remontent à l’été 2015. L’un des gendarme qui travaille à Nancy vient d’apprendre que sa femme veut divorcer. Il ne le supporte pas et soupçonne son épouse de le tromper depuis longtemps. Il demande donc à l’un de ses amis, lui aussi gendarme au service de la section de recherche de Metz de mettre en place une surveillance des appels téléphoniques de l’épouse présumée infidèle. Les fadettes (factures détaillées mensuelles des communications téléphoniques) révèlent en effet qu’elle était régulièrement en lien avec un autre homme, un ami de la famille.

Le gendarme aurait très bien pu garder l’information pour lui sauf que lors d’une dispute entachée de violence avec sa femme, il lui dit tout et lui montre même le document. Elle décide alors de déposer plainte.

Les faits sont très graves,  François Perain, procureur de la République de Nancy

A la barre du tribunal ce lundi 17 septembre, le gendarme reconnait sa faute, mais c’est insuffisant pour le procureur : « Ce que vous avez fait est très grave » dit il en s’adressant aux deux prévenus « vous avez profité de votre profession pour avoir accès à des informations à des fins personnels ! C’est inadmissible, c’est une trahison alors que avez prêté serment. Si vous avez des prérogatives, c’est pour servir la loi« .

Les deux gendarmes ont déjà été sanctionnés administrativement. Ce ne sera donc que des peines avec sursis avec non-inscription au casier judiciaire. C’est ce que souhaitaient leurs avocats.

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.