Le Colonel (Honoraire) AMIOT Jacques nous adresse 4 documents

Le Colonel (Honoraire) AMIOT Jacques nous adresse 4 documents dont un écrit qui fait suite à sa lettre du 28 juillet 2021 adressée à nos principaux dirigeants :

Besançon le 2 mai 2022

A destinataires « in fine »

Fin juillet 2O21 j’ai adressé un courrier à nos principaux dirigeants, courrier dans lequel j’accusais ces gouvernants d’être responsables du décès d’un grand nombre de nos compatriotes ; mon argumentation reposait sur le fait qu’ils avaient interdit, aux médecins généralistes, l’utilisation des soins précoces (hydroxychloroquine…) pour soigner la Covid 19, en début de maladie.

Depuis cette date, des documents précis et très documentés ont légitimé et fortifié ma conviction, les analyses du général DELAWARDE, et surtout le livre de Robert F. KENNEDY, Jr, Anthony FAUCI, Bill GATES, Big Pharma- leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique.

Je concluais en affirmant que tous les protagonistes, chefs d’Etat, instigateurs et responsables de certaines lois (en France en particulier), FAUCI et ses acolytes, patrons de laboratoires pharmaceutiques, médias de propagande…, devront être poursuivis et sévèrement punis. Aujourd’hui cela me parait encore plus nécessaire ; il faudra que la justice reprenne ses droits, dans notre pays comme dans d’autres.

Le livre de KENNEDY constitue un véritable réquisitoire contre FAUCI, et tous ceux qui l’ont aidé dans sa funeste entreprise, qui nagent dans les conflits d’intérêts jusqu’au menton, et ne sont pas loin de se noyer.

Il est évident que, si Robert F. KENNEDY avait écrit de fausses informations, il serait déjà sous le coup de très graves représailles. Or ce n’est pas le cas ; il est inattaquable comme l’est, en France, le professeur PERONNE qui d’ailleurs a écrit la préface du livre.

KENNEDY prouve et démontre des faits incontestables. Depuis longtemps, j’ai la certitude que ces machinations existent. En bon avocat, il a listé des pages et des pages de références ; tout est sourcé. Il argumente, pas seulement pour les Etats Unis, mais pour le monde entier. En particulier, il est à souligner que l’exécutif français a suivi avec zèle les prescriptions de FAUCI, et donc que les accusations de KENNEDY sont valables pour nos dirigeants.

Je résume (en vrac) :

  • Principal but poursuivi par FAUCI et ses acolytes, les laboratoires, voire les gouvernements : engranger des sommes énormes.
  • Révélation au grand jour de la manipulation frauduleuse de la médecine depuis quelques décennies.
  • Mainmise de Big Pharma sur l’évaluation des connaissances médicales, l’enseignement de la médecine…
  • Promotion de médicaments très chers et discrédit des anciens.
  • La covid 19 est moins mortelle que certaines maladies annuelles (grippe…) ; la « pandémie » a été montée de toutes pièces pour asservir les peuples.
  • Volonté d’imposer au monde entier une seule solution, les « vaccins » (qui n’en sont pas), alors qu’ils sont inefficaces, dangereux, et ont été « autorisés » dans la précipitation.
  • L’Ivermectine, l’Hydroxychloroquine…sont des médicaments efficaces et tout a été fait pour les discréditer, avec le but maintenant bien connu.
  • Les pays qui ont utilisé les soins précoces ont un nombre de décès (rapporté à la population) très inférieur à ceux, comme la France, qui ont refusé les traitements préventifs.
  • Etudes trompeuses et frauduleuses, relayées par les plus grands journaux médicaux, grassement rémunérés.
  • Expérimentation des « vaccins » sur des cobayes, notamment des enfants en Afrique.
  • Suspension abusive de milliers de soignants et d’autres professionnels, laissés sans ressources.
  • « Vaccination » forcée de jeunes, qui entraîne pour eux, une mortalité très supérieure à la normale.
  • D’une manière générale, grand nombre d’effets secondaires graves et de décès dus à la « vaccination » souvent cachés par les gouvernements et les médias (c’est le cas de la France) ; sans parler de probables effets secondaires à plus long terme, inconnus à ce jour.

J’en passe… ; il est difficile de résumer 600 pages d’accusations en quelques lignes. Comme l’a écrit le professeur PERONNE, il y a dans ce livre une mine d’informations, pour ceux qui attaqueront en justice cette « caste» malfaisante, avide de gains.

Revenir à l’obligation vaccinale dans ces conditions serait scandaleux, et certainement très mal accepté.

Il est évident que les vérités finiront par éclater, certainement rapidement car les preuves s’accumulent. Je ne voudrais pas être à la place de ceux qui ont trempé dans ce génocide mondial.

================

Pfizer rejoint les complotistes

Article rédigé par Liberté politique, le 29 avril 2022

Chacun le sait : critiquer la politique vaccinale, critiquer le pass vaccinal, critiquer la stratégie gouvernementale concernant le covid, critiquer les incohérences des instances décisionnaires concernant le covid, tout cela relève à l’évidence du complotisme le plus stupide et doit être réprimé autant que faire se peut.

À cet égard, le très célèbre vaccin Pfizer, devenu l’alpha et l’oméga de la lutte mondiale contre le covid, est prôné à haute dose comme étant le remède miracle permettant de terrasser la pandémie, notamment dans l’Union européenne. Les liens particulièrement affectueux qu’entretiennent certains dirigeants de l’Union – Ursula von der Leyen ou Emmanuel Macron, pour ne pas les nommer – avec les dirigeants de Pfizer sont à l’évidence une chance pour l’Europe, qui a profité de ces liens pour accumuler des stocks considérables de doses de vaccin en prévision d’une politique vaccinale future, rendant obligatoire le vaccin pour tous, de 3 ans peut-être à 97 ans sûrement. Politique qui tombera à pic pour écouler les montagnes de stock de doses Pfizer.

Mais voilà que vient de surgir un petit problème inattendu : le laboratoire, après avoir accumulé de gigantesques profits par la vente de son vaccin dans le monde entier, profits se chiffrant en dizaines de milliards d’euros, semble désormais se rapprocher dangereusement du camp des complotistes. Selon un magazine boursier, Pfizer aurait publié un communiqué dans lequel il serait dit en substance que le laboratoire ne pourrait être en mesure de démontrer que son vaccin est véritablement efficace, et qu’il n’offrirait pas de sécurité suffisante pour obtenir une autorisation de mise sur le marché définitive. Rien que ça…
Pour ceux qui savent lire entre les lignes, une telle déclaration tend à démontrer que Pfizer prend toutes les précautions juridiques préalables à un constat simple mais résolument complotiste : tout ce qui est dit depuis deux ans sur son vaccin-miracle est tout simplement un leurre.
Les milliards de doses injectées dont les effets secondaires pourraient être terribles, les dizaines de milliards de profits réalisés pour le plus grand bonheur des actionnaires de Pfizer, deux années de mensonges à répétition au niveau du système politico-médiatique mondial : tout cela n’a cessé d’être dit et répété par le monde détesté du « complotisme ». C’est donc avec un grand plaisir que les complotistes accueillent un nouveau venu, le laboratoire Pfizer !

================

Les directeurs financiers de Pfizer et de Moderna démissionnent. Qu’arrive-t-il à Big Pharma?

1 Mai 2022, 16:41pm

Maurizio Blondet 28 avril 2022 – Traduit de l’italien au français

Nous n’aurions pas aimé que vous manquiez ceci:

« David Meline, directeur financier de Moderna, et Frank D’Amelio, de Pfizer, quittent leurs fonctions. Les nouveaux directeurs financiers des sociétés ont tous deux été annoncés le 11 avril quelques heures plus tard : Jorge Gomez pour Moderna, et David Denton pour Pfizer. Tous deux prendront leurs nouvelles fonctions en mai; leurs prédécesseurs agiront à titre de conseillers pour la période de transition.

Non seulement BioNTech a dû souligner dans son rapport annuel les risques que son vaccin Covid comporte pour l’entreprise, mais Pfizer explique également que les nouvelles découvertes sur les questions de sécurité et la faible efficacité du vaccin Comirnaty peuvent entraîner d’énormes pertes financières:

« Nos revenus futurs provenant de la vente de notre vaccin contre la COVID-19 dépendent d’un certain nombre de facteurs, notamment :

  • Concurrence avec d’autres vaccins contre la COVID-19, y compris ceux qui ont des mécanismes d’action différents et des restrictions de production et de distribution différentes, notamment en fonction de l’efficacité, du coût, de la facilité de stockage et de distribution, de l’étendue de l’utilisation approuvée, du profil d’effets secondaires et de la durée de la réponse immunitaire;
  • l’étendue de la propagation de l’infection à la COVID-19;
  • la mesure dans laquelle un vaccin contre la COVID-19 est encore nécessaire au-delà de la pandémie actuelle, même s’il s’agit d’un virus endémique;
  • la durée de la réponse immunitaire générée par notre vaccin contre la COVID-19, qui n’a pas encore été démontrée dans les essais cliniques;
  • notre capacité d’obtenir des approbations réglementaires complètes si nous avons actuellement des permis d’urgence ou des permis équivalents;
  • notre capacité à élargir notre clientèle géographique;
  • nos négociations sur les prix et la couverture avec les organismes gouvernementaux, les assureurs-maladie privés et d’autres tiers payeurs à la suite de nos ventes initiales aux gouvernements nationaux;
  • la mesure dans laquelle le SRAS-CoV-2 mute et l’efficacité de notre vaccin contre la COVID-19 dans la prévention de l’infection par la COVID-19 par des souches mutantes;
  • la capacité des pays et des juridictions à stocker des doses de notre vaccin contre la COVID-19 à basse température et à les distribuer aux utilisateurs finaux;
  • le profil d’innocuité de notre vaccin contre la COVID-19, y compris si des effets secondaires jusque-là inconnus ou une incidence ou une gravité plus élevée d’effets indésirables connus que ceux observés dans les essais cliniques sont détectés dans notre vaccin contre la COVID-19 avec une utilisation répandue dans le monde entier après approbation;
  • les futurs litiges de propriété intellectuelle relatifs aux vaccins contre la COVID-19, en particulier lorsque ces litiges concernent notre vaccin contre la COVID-19 ; et
  • nos capacités de production et de distribution de notre vaccin contre la COVID-19.
  •  

En résumé: il ne peut être garanti qu’à l’avenir une vaccination contre le Covid-19 sera toujours nécessaire, ni que le produit a une efficacité et une durée d’action convaincantes, ni que le vaccin est sûr.

La même chose peut également être lue dans le rapport annuel de Moderna. La bénédiction financière des vaccins controversés contre le Covid pourrait rapidement prendre fin – et même être soudainement annulée par des demandes de dommages-intérêts. Aujourd’hui, chez Pfizer et Moderna, les directeurs financiers qui ont géré financièrement ces laboratoires pharmaceutiques pendant la « pandémie » sont remplacés.

Le timing est assez intéressant : D’Amelio a annoncé en novembre qu’il prendrait sa retraite ; À l’époque, les cours des actions de Pfizer avaient encore leur plus haut niveau historique devant eux en décembre. Début 2022, le prix était alors soudainement entré en chute libre ; depuis lors, il n’a pas pu se rétablir à long terme. Une fin glorieuse à la carrière de D’Amelio chez Pfizer n’est donc pas en vue.

La démission de Meline, en revanche, n’est devenue publique qu’au début du mois d’avril. Sa décision n’est pas surprenante : après le plus haut historique de septembre, le prix de Moderna est en baisse – là aussi, vous pouvez voir une tendance à la baisse encore plus claire depuis le début de 2022. Cela est probablement dû aussi au fait que la société a rencontré des effets secondaires graves dans les essais cliniques de son nouveau produit: un vaccin à ARNm contre la grippe. En dehors du vaccin Spikevax Covid, Moderna n’a toujours pas d’autre produit valide sur le marché.

Pour BioNTech et Pfizer, le vaccin controversé contre le Covid comporte de grands risques : si pour le moment ils baignent encore dans la manne financière que la « pandémie » a apportée aux entreprises, toutes les personnes impliquées sont conscientes que l’humeur peut changer rapidement. Tous les rapports des entreprises à l’autorité de surveillance boursière (voir iciici et ici) signalent les vaccins comme des facteurs de risque, car dans les essais cliniques de préparations d’urgence ou conditionnellement approuvées uniquement, en plus d’une efficacité inadéquate, des risques de sécurité graves supplémentaires peuvent survenir à tout moment en plus d’une faible efficacité. La conséquence de cela n’est pas seulement un effondrement des revenus provenant de la non-vente de vaccins: il pourrait également s’agir de demandes élevées de dommages et intérêts et donc d’énormes pertes financières. Depuis que la FDA américaine a été contrainte par un juge de publier les documents d’approbation confidentiels de Pfizer, de nombreux investisseurs s’attendaient à un effondrement majeur. Le vaccin de Moderna n’est en aucun cas meilleur que celui de BioNTech/Pfizer en termes d’effets secondaires.

Il n’est donc pas exclu que les directeurs financiers de Pfizer et de Moderna quittent désormais leurs postes pour échapper à la tempête à venir – selon la devise: « Les souris quittent le navire en train de couler ». Quoi qu’il en soit, communiquer les risques des produits Covid aux investisseurs sera désormais la tâche des nouveaux directeurs financiers – ainsi que de faire face aux conséquences d’une éventuelle (et très probable) vague de poursuites judiciaires…

La démission peut-elle avoir un rapport avec les informations rapportées par Scenari Economico ?

Pfizer : Nous ne serons peut-être pas en mesure de prouver que le vaccin contre le covid est efficace

Étant donné que l’argent est une question sérieuse et que les investisseurs veulent vraiment être protégés, les communications avec la SEC et les régulateurs doivent être sérieuses. Et dans l’une de ces communications, Pfizer fait une déclaration étonnante. Dans un formulaire F-20 envoyé à la SEC, la Securities and Exchange Commission, l’organisme boursier américain, met en garde les investisseurs contre d’éventuels risques financiers liés au développement du vaccin Covid. À la page 6, il fait une déclaration solennelle :

« Il se peut que nous ne soyons pas en mesure de démontrer l’efficacité ou l’innocuité suffisantes de notre vaccin contre la COVID-19 et/ou de nos formulations spécifiques à un variant pour obtenir une approbation réglementaire permanente aux États-Unis, au Royaume-Uni, dans l’Union européenne ou dans d’autres pays où son utilisation d’urgence ou son autorisation de mise sur le marché conditionnelle a été autorisée »

De toute évidence, Pfizer nous dit qu’elle n’est pas sûre de pouvoir prouver que son vaccin est efficace et donc avoir l’approbation finale des organismes de contrôle médical. Elle le fait dans un document officiel et daté du 31 décembre 2021, après un an d’utilisation du vaccin ».

L’avocate Renate Holzeisen : « C’est un document de confession »

« C’est un document de confession qui confirme ce que nous avons toujours dit : beaucoup d’études n’ont pas été faites de manière adéquate et beaucoup n’ont jamais été faites. Les études ne concernaient pas les personnes fragiles et les femmes enceintes ou certaines pathologies. Cela était connu depuis le début, mais la version officielle disait le contraire. Ces rapports d’investisseurs vont là où il existe des pools d’avocats aux États-Unis qui, à partir de documents, montrent comment BioNtech, mais aussi Moderna, savaient que ces substances provoquent des événements indésirables très graves. Ces rapports doivent être déposés auprès de la bourse de l’autorité américaine. Si ces déclarations n’avaient pas été faites, les responsables du secteur financier de Biontech et de Moderna auraient risqué beaucoup. »

Au nom de ce pseudo-vaccin, on a imposé des obligations, des amendes, des laissez-passer sanitaires. Ce produit est devenu un instrument de discrimination sociale, puis, nonchalamment, la société qui le produit dit que, peut-être, il ne sera pas approuvé sous une forme définitive parce que son efficacité n’a pas été suffisamment prouvée. Tout cela pour ne prendre de responsabilité envers personne, même envers les actionnaires ».

Mais puisque cet aveu officiel est daté du 31 décembre 2021 et intervient après une année d’inoculations massives du vaccin (avec des effets indésirables connexes même mortels) en toute impunité juridique, nous avons tendance à croire que la démission n’est pas due à cela, ou seulement à cela.

Cet événement peut aussi avoir son poids :

La Pologne ne veut plus payer pour les vaccins Covid : « L’urgence est maintenant en Ukraine »

« Nous avons exercé la clause de force majeure et informé la Commission européenne et Pfizer que nous refusons d’accepter d’autres vaccins contre le Covid-19 et refusons d’effectuer des paiements pour eux », a déclaré le ministre polonais de la Santé Adam Niedzielski à Tvn24, expliquant que la situation épidémiologique est très différente aujourd’hui qu’il y a un an. que le pays n’a plus besoin de toutes ces doses et que la crise migratoire met à rude épreuve les finances de l’État.

Le cas polonais ouvre un aperçu de la gestion des vaccins Covid. Comme EuropaToday l’avait écrit le 30 mars, les contrats signés par la Commission européenne depuis le début de la crise pandémique prévoient que les États de l’UE achèteront au moins 3,2 milliards de vaccins (1 milliard supplémentaire est facultatif, c’est-à-dire qu’il ne sera pas payé sauf sur demande). Plus de la moitié d’entre eux proviennent des usines BioNTech/Pfizer, tandis que les autres sociétés pharmaceutiques se partagent la part restante de l’approvisionnement. Mais les vingt-sept États membres ont jusqu’à présent utilisé environ 900 millions de doses. Qu’adviendra-t-il des plus de 2 milliards de vaccins que les pays de l’UE se sont engagés à acheter?

Bruxelles prend pour l’instant du temps, soulignant que les doses supplémentaires peuvent être utilisées pour couvrir d’éventuels rappels, même avec des vaccins adaptés à de nouveaux variants. En outre, il y a le chapitre sur les dons aux pays les plus pauvres. La décision de la Pologne est toutefois un signe que certains doutes sur la gestion de l’offre excédentaire commencent à circuler parmi les gouvernements de l’UE. Après tout, ils devront payer pour ces doses, même au risque de ne pas les utiliser. En faisant un calcul sommaire, nous parlons d’un chiffre total de plus de 40 milliards d’euros ».

Que dire?

Dans l’ensemble, le géant du sérum, qui avec Ursula a signé un contrat de plusieurs milliards de dollars à nos dépens (y compris la santé) ne semble pas si sûr de son arrogance. Peut-être révèle-t-il des pieds d’argile qui font craindre à ses maîtres un avenir au tribunal.

Après tout, les concurrents semblent déjà un peu en difficulté…

https://www.sec.gov/Archives/edgar/data/1682852/000168285221000006/mrna-20201231.htm

=============

Les statistiques britanniques nous démontrent qu’en 2021 le risque de décéder (toutes causes confondues) pour les 10 à 14 ans était cinquante fois plus élevé pour les vaccinés que pour non vaccinés covid: 238 décès pour 100 000 contre 4,5

Pfizeriser les jeunes est un crime et pourtant en France plus de 80% des 12 à 17 ans ont été injectés!

Seuls les moins de 12 ans sont épargnés mais pas pour longtemps …Les élections passées on vous parlera d’un nouveau booster et de la nécessité de vacciner tout le monde. Les preuves s’accumulent…

Macron réélu ne comptez ni sur les manifs ni sur les pétitions…Les petits passeront à la casserole

Je m’appelle Robert Malone. Je suis un médecin et scientifique, mais plus important encore, je suis père et grand-père. Je n’ai pas l’habitude de lire un discours préparé, mais ce sujet est si important que je voulais m’assurer que chaque mot et chaque fait scientifique soient exacts.

Je m’en tiens à cette déclaration, car j’ai consacré ma carrière à la recherche et au développement de vaccins. Je suis vacciné contre le Covid et je suis généralement pro-vaccination. J’ai consacré toute ma carrière au développement de moyens sûrs et efficaces pour prévenir et traiter les maladies infectieuses. Voilà mon message :

Avant de faire injecter votre enfant – une décision qui est irréversible – je voulais vous faire connaître les faits scientifiques concernant ce vaccin génétique, qui est basé sur la technologie du vaccin ARNm que j’ai créée.

Il y a trois points essentiels que les parents doivent comprendre avant de prendre cette décision irrévocable.

Le premier est qu’un gène viral sera injecté dans les cellules de votre enfant. Ce gène oblige l’organisme de votre enfant à fabriquer des protéines de pointe toxiques. Ces protéines provoquent souvent des dommages permanents dans les organes critiques des enfants. Ces organes comprennent leur cerveau et leur système nerveux, leur cœur et leurs vaisseaux sanguins, y compris des caillots sanguins, le système reproducteur. Et le plus important : ce vaccin peut déclencher des changements fondamentaux dans leur système immunitaire.

Le point le plus alarmant à ce sujet est qu’une fois que ces dommages ont eu lieu, ils sont irréparables. Ils ne peuvent pas être inversés. Vous ne pouvez pas réparer les lésions à l’intérieur de leur cerveau. Vous ne pouvez pas réparer les cicatrices du tissu cardiaque. Vous ne pouvez pas réparer un système immunitaire génétiquement réinitialisé, et ce vaccin peut causer des dommages du système reproducteur qui pourraient affecter les générations futures de votre famille.

La deuxième chose que vous devez savoir est le fait que cette nouvelle technologie n’a pas été testée de manière adéquate. Nous avons besoin d’au moins 5 ans de tests et de recherches avant que nous puissions réellement comprendre les risques associés à cette nouvelle technologie. Les effets néfastes et les risques des nouveaux médicaments sont souvent révélés des années plus tard seulement. Posez-vous s’il vous plaît, en tant que parent, cette question : voulez-vous que votre propre enfant fasse partie de l’expérience la plus radicale de l’histoire de l’humanité ?

Un dernier point : la raison qu’ils vous donnent pour vacciner votre enfant est un mensonge. Vos enfants ne représentent aucun danger pour leurs parents ou leurs grands-parents. C’est en fait le contraire. Leur immunité, après avoir reçu le Covid, est essentielle pour sauver votre famille, voire le monde, de cette maladie.

Enfin, en résumé, il n’y a aucun avantage pour vos enfants ou votre famille à les vacciner contre le faible risque du virus, compte tenu des risques sanitaires connus du vaccin avec lesquels, en tant que parent, vous et vos enfants devrez peut-être vivre pour le reste de la vie.

L’analyse bénéfice-risque n’est absolument pas favorable à ces vaccins s’agissant des enfants. En tant que parent et grand-parent, je vous recommande vivement de résister et de vous battre pour protéger vos enfants.

https://www.lifesitenews.com/news/children-in-britain-up-to-52-times-more-likely-to-die-following-a-covid-shot-report-finds/

150 % plus d’événements indésirables liés aux vaccins signalés au cours des 15 derniers mois qu’au cours des 32 ans d’historique de la base de données VAERS

Alors que le CDC nous assure que leur base de données est inexacte, le volume de réclamations devrait être suffisant pour déclencher de sérieux drapeaux rouges. Les chiffres les plus récents du CDC sont sortis le 1er avril 2022 . Les chiffres les plus récents comprennent 1 446 252 événements indésirables au total, dont 49 535 rapports d’invalidité permanente après la vaccination, 30 032 événements mettant la vie en danger, 147 361 hospitalisations, 1 030 malformations congénitales et 26 699 décès signalés.

Alors que les responsables nous disent de ne pas nous préoccuper de ces données, si nous les comparons aux données précédentes, la recommandation de les ignorer devient complètement stupide. Avant l’autorisation d’utilisation d’urgence des piqûres de covid en décembre 2020, dans toute l’histoire du VAERS, il n’y avait eu que 930 953 événements indésirables signalés au cours de 32 ans.

En seulement 15 mois, cependant, il y a eu près de 1,5 million de rapports – un nombre qui éclipse tous les rapports précédents – et tous concernent les vaccins covid.

https://t.co/gmSnwj5BgN

Le Dr Peterson Pierre a présenté des statistiques montrant que le taux de mortalité fœtale par vaccin administré aux États-Unis avait, en fait, massivement augmenté d’environ 2000% depuis la mise à disposition des vaccins COVID.

https://www.globalresearch.ca/frontline-doctor-says-fetal-deaths-up-nearly-2000-percent-since-covid-jab-rollout/5776445

Il a également précisé que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont enregistré 550 millions d’injections de COVID administrées depuis la campagne de vaccination Covid (fin 2020), avec 3.725 morts fœtales déclarées.  On observe donc un décès fœtal pour 147 651 injections. Il indique qu’il y a eu quatre milliards d’injections vaccinales administrées (autre que Covid) de 2006 à 2019, avec 1.368 décès fœtaux, soit un décès fœtal pour 3 millions d’injections ». Donc, si vous faites le calcul, vous vous rendez compte que depuis que les injections de Covid sont disponibles, il y a eu une augmentation de 1.925% des décès fœtaux », a-t-il déclaré.

================

29 avril 2022

En Allemagne : La justice s’en mêle

Un réseau de procureurs et de magistrats dissidents (KRiSta – Netzwerk Kritische Richter und Staatsanwälte n.e.V) a publié le même jour un brûlot sous forme d’analyse juridique intitulé « Prise de position dans le contexte de ces audiences d’experts sur le thème de l’obligation vaccinale » Un document qui, à en croire son retentissement médiatique, prend des airs du célèbre « J’accuse » d’Émile Zola.

En tout cas, les mots sont crus. Pour ces auxiliaires de justice, « au moyen de l’obligation vaccinale, l’État tue avec préméditation » ! (der Staat mit einter Impfpflicht vorsätzlich Menschen tötet). Ils expliquent que cet argument juridique n’a pas été suffisamment creusé, alors qu’il s’agit de la violation la plus flagrante, à la fois de la Constitution allemande et du droit à la vie (Art. 2 para. 2.2), ainsi que du droit international. Les auteurs considèrent que « dans le cas présent (rendre obligatoire les injections anti-Covid — ndlr), la survenue de la mort n’est pas simplement une éventualité, c’est une certitude statistique ».

https://www.francesoir.fr/politique-monde/obligation-vaccinale-allemagne-procureurs-magistrats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.