Le capitaine Perreaux «officiellement» à la tête des gendarmes ternésiens

Instant solennel, lundi, pour la prise de commandement du capitaine Perreaux, à la tête de la compagnie de gendarmerie depuis août. Cérémonie où plusieurs gendarmes ont également été mis à l’honneur.

873149639_B973689673Z.1_20140930153528_000_GKV37FKEI.1-0.jpg

La prise de commandement s’est déroulée lundi après-midi, dans la cour de la caserne de Saint-Pol.

Le capitaine Perreaux a pris le commandement de la compagnie de gendarmerie de Saint-Pol le 1er août. Mais si la nomination est une chose, chez les militaires, la prise de commandement en est une autre. Un moment solennel, réglé comme du papier à musique. Lundi après-midi, dans la cour de la caserne de Saint-Pol, le capitaine Perreaux a donc pris officiellement ses fonctions, devant un parterre d’élus, de la sous-préfète Anne Laubies ou encore du colonel Vincent Bereziat, chef du groupement de gendarmerie du Pas-de-Calais. « Vous reconnaîtrez pour chef le capitaine Perreaut et lui obéirez », a lancé le colonel aux militaires de la compagnie juste avant « d’introniser » le capitaine dans son commandement. Instant solennel, donc, voulu lors d’une cérémonie sobre, sans chichi, sans bla-bla. Rigueur militaire, serait-on tenté de dire…

Cérémonie au cours de laquelle le chef du groupement a retracé les grandes lignes de la carrière du capitaine Perreaux, qui est entré en gendarmerie en 1991, qui a gravi les échelons. Dans le Ternois, « vous n’avez pas la compagnie avec l’effectif le plus important, poursuit le colonel Bereziat. Mais vous êtes le seul à commander une compagnie en zone 100 % gendarmerie… » Un gradé qui a aussi rappelé que « les gendarmes, avec d’autres professions, sont un peu les sentinelles de notre société. »

Lettres de félicitations

Des sentinelles dont certaines ont été mises à l’honneur, lors de cette prise de commandement. L’adjudant-chef Demandrille, le maréchal des logis chef Poignant et le gendarme Maris ont en effet reçu des lettres de félicitations. Les deux premiers, rattachés à la brigade du Parcq, ont en effet permis d’élucider une affaire de vol dans une boulangerie de Pernes. Vol qui n’était pas le seul « fait d’armes » de l’auteur, qui a aussi à son actif une douzaine de cambriolages, des vols à la roulotte. Quant au gendarme Maris, rattaché à la brigade d’Heuchin, c’est une enquête menée alors qu’il était détaché sur la côte d’Opale qui lui a valu la lettre de félicitations. Enquête qui avait abouti à une interpellation dans le cadre d’une affaire de fausse monnaie. Trois gendarmes à l’honneur, donc, qui ont désormais officiellement un nouveau chef en la personne du capitaine Perreaux.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.