Le bureau de l’Académie de Médecine expose sa complicité d’empoisonnement en bande organisée

19 juillet 2022

Le bureau de l’Académie de Médecine
expose sa complicité d’empoisonnement en bande organisée

Fausse nouvelle sous forme de libelle prophétique de Christian Cotten

Le 19 juillet 2022, l’Académie nationale de médecine a rendu public un communiqué intitulé : « Réintégrer les soignants non vaccinés contre la Covid-19 serait une faute. »

Extraits.
« L’opportunité de réintégrer les soignants suspendus pour non-vaccination ayant été évoquée lors des débats à l’Assemblée nationale, l’Académie nationale de médecine tient à rappeler :
– que tout refus de se faire vacciner (…) est (…) incompatible avec le métier de soignant ;

– que la baisse d’efficacité des vaccins pour prévenir l’infection et la contagion par les nouveaux variants du SARS-CoV-2 ne saurait justifier la réintégration des non vaccinés : les vaccins actuels conservent une efficacité résiduelle contre la transmission (…) ;

– qu’aucun des arguments ressassés (absence d’efficacité, effets indésirables, manque de recul…) ne permet de valider scientifiquement le refus de se faire vacciner (…).

La réintégration de professionnels de la santé non vaccinés au sein de l’équipe soignante compromettrait le climat de confiance et la cohésion qui doivent exister entre ses membres et avec les malades.
Elle mettrait en péril les malades fragiles. Ne concernant qu’un nombre très limité de soignants, elle ne résoudrait pas les difficultés actuelles de fonctionnement de l’hôpital.

C’est pourquoi l’Académie nationale de médecine exprime sa ferme opposition à un tel revirement. »

Ce discours purement politique constitue formellement une complicité active et intentionnelle d’un crime d’empoisonnement en bande organisée. Les authentiques médecins intègres et indépendants de la mafia pharmaceutique savent tous à quel point les prétendus vaccins contre la Covid 19 sont une soupe de multiples poisons qui entraînent la mort. Les dossiers juridiques parfaitement documentés sont d’ores et déjà établis par de nombreux avocats courageux de différents pays.

L’article 221-5 du Code pénal expose que « Le fait d’attenter à la vie d’autrui par l’emploi ou l’administration de substances de nature à entraîner la mort constitue un empoisonnement. L’empoisonnement est puni de trente ans de réclusion criminelle. »

La suite du texte :

https://drive.google.com/file/d/1fPcu_K8KJprQ_3BdHrHoWPqe4i2i4EiL/view?usp=sharing

Également sur Odysee

Source : Rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.