L’anti-globalisme se généralise, un désastre artificiel est sur le point de se produire

J’ai remarqué par le passé que les criminels ont tendance à se vanter de leur criminalité lorsqu’ils pensent que personne ne peut rien y faire. Franchement, dans leur narcissisme, beaucoup d’entre eux ne peuvent s’empêcher de se délecter du moment et de faire savoir à tous combien ils sont « supérieurs » au reste d’entre nous. Nous avons assisté à de nombreux moments de ce genre de la part des élitistes au sein des institutions globalistes ces deux dernières années, au plus fort de la pandémie.

Il y avait des gens comme les universitaires globalistes du MIT qui proclamaient que nous ne reviendrions « jamais à la normale » et que nous allions devoir accepter la perte de beaucoup de nos libertés pour le reste de notre vie afin de combattre la propagation de la Covid-19. Il y a eu des gens comme Klaus Schwab qui ont déclaré le début du « Grand Reset«  et le lancement de ce que la mafia de Davos appelle la « 4e révolution industrielle ». Il y a eu aussi de NOMBREUX leaders politiques comme Joe Biden qui se pavanent sur la scène médiatique en accusant leurs adversaires idéologiques (conservateurs pour la plupart) d’être des « ennemis de la démocratie« .

Si leur vision de la « démocratie » est la tyrannie médicale et l’expansion forcée du marxisme culturel, ou si leur idée de la démocratie est la coopération du gouvernement avec le monopole des entreprises et l’effacement des principes fondateurs de notre pays, alors oui, je suppose que je suis effectivement un ennemi de la « démocratie ».

Les globalistes se prélassaient vraiment dans l’éclat de leur victoire présumée. Ils pensaient qu’ils nous tenaient, nous les paysans, par la peau du cou et que leur agenda était pratiquement assuré. Mais comme je le dis depuis l’année dernière, les élites financières ont peut-être célébré leur victoire un peu trop tôt.

Le programme Covid a complètement échoué si l’objectif était de mettre en œuvre des obligations et des restrictions de longue date en Amérique du Nord et en Europe. Si vous voulez savoir à quoi aurait ressemblé le succès des globalistes, il suffit d’examiner la Chine avec ses cycles de confinement sans fin et ses passeports vaccinaux numériques. Les élites voulaient ce résultat pour l’Occident et ils ne l’ont pas obtenu. Elles ont failli, mais des millions d’Américains, de Canadiens et d’Européens ont tenu bon et le coût pour nous forcer à nous conformer aurait été trop élevé.

Même Joe Biden a ouvertement admis que la pandémie était terminée. Ils ont abandonné les obligations parce qu’ils savaient que s’il fallait en venir à la guerre, ils perdraient.

Si l’objectif de l’usine à peur de la pandémie était simplement de faire injecter à la population des vaccins à ARNm, là aussi ils ont échoué. Avec de nombreux États américains non vaccinés à 40 % (selon les chiffres officiels) et de nombreuses régions du monde avec de grandes populations non vaccinées, il existe un groupe de contrôle massif pour les vaccins Covid. Si des problèmes de santé liés au vaccin ARNm se développent constamment (comme la myocardite), le public saura ce qui les a causés grâce à ce groupe témoin. Les globalistes avaient besoin d’une vaccination proche de 100 % et ils ne l’ont pas eue et de loin.

Il n’y a pas d’échappatoire pour eux, Ils ont largement surestimé l’apathie du public face à l’autoritarisme. La rébellion est trop importante et ils finiront par devoir répondre de leurs offenses.

Un exemple concret : Les dernières élections en Italie se sont soldées par une victoire écrasante de la coalition conservatrice et le nouveau premier ministre (et première femme premier ministre), Georgia Meloni, a prononcé cette semaine un discours de victoire enthousiaste qui dénonce directement l’invasion des nations occidentales par l’extrême gauche, le globalisme et la collusion empoisonnée avec les grandes entreprises pour faire taire les dissidents. Elle a appelé à un retour à la liberté, et quelle a été la réponse des médias traditionnels ? Ils l’ont traitée de « fasciste« .

L’élection italienne n’est qu’une petite partie d’une tendance en cours, un réveil du peuple aux menaces imminentes présentées par les globalistes, et les globalistes ne peuvent pas l’arrêter.

La peur qu’ils éprouvent est palpable. L’antiglobalisme est en train de se généraliser, et les gens vont commencer à chercher des réponses. Pourquoi nos conditions économiques se sont-elles autant dégradées ? Pourquoi sommes-nous confrontés à une crise stagflationniste ? Pourquoi les prix de tout continuent-ils à grimper ? Pourquoi avons-nous presque perdu toutes nos libertés civiles au nom de la lutte contre un virus dont le taux de létalité médian officiel est de 0,23 % ? Pourquoi des contrôles inutiles des politiques carbones sont-ils institués en pleine crise de la chaîne d’approvisionnement ? Pourquoi les politiciens et les banques ne font-ils qu’empirer les choses ?

L’opinion publique réclame de plus en plus de comptes, et ce sont les têtes des globalistes qui finiront sur le billot. Tous les chemins de la destruction mènent à eux et aux politiques qu’ils ont imposées à la population.

Bien sûr, lorsque les criminels ont l’impression d’être acculés, ils déclenchent parfois des incendies et prennent des otages dans un ultime effort pour rester en vie et passer entre les mailles du filet. Je crois que nous nous rapprochons de cette étape de ce terrible drame. Il est important d’accepter les conditions du champ de bataille telles qu’elles sont et de ne pas sous-estimer l’ennemi. La vérité, c’est que les globalistes disposent de moyens considérables pour faire des ravages et qu’ils ont déjà mis en branle certains de ces désastres.

Comme je l’ai averti il y a de nombreuses années (bien avant en 2017 dans mon article « La fin du jeu économique continue« ), les tensions avec les nations orientales sont utilisées pour diminuer le rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale et pétro-monnaie. Le conflit provoque également des pénuries de ressources et une faiblesse de la chaîne d’approvisionnement, sans parler d’une crise énergétique en Europe qui est maintenant irréversible avec le sabotage des pipelines du Nord.

J’ai également prédit en 2017 que la Réserve fédérale répéterait un modèle de relèvement des taux d’intérêt dans une grave faiblesse économique, provoquant une augmentation des turbulences économiques. Ils ont utilisé une tactique très similaire au début de la Grande Dépression, que l’ancien président de la réserve fédérale Ben Bernanke a ouvertement admis comme étant la cause de l’effondrement déflationniste à long terme.

Extrait de mon article de 2017 :

Le changement de président de la Fed n’a absolument aucune signification en ce qui concerne la politique. Jerome Powell poursuivra exactement les mêmes initiatives que Yellen ; les mesures de stimulation seront supprimées, les taux seront augmentés et le bilan sera réduit, laissant la bulle de marché massive que la Fed a initialement créée vulnérable à l’implosion.

Une personne observatrice… aurait pu remarquer que les banques centrales du monde entier semblent agir de manière coordonnée pour retirer les mesures de relance des marchés et augmenter les taux d’intérêt, coupant ainsi les lignes d’approvisionnement en argent facile qui ont longtemps été une béquille pour notre économie paralysée.

La Banque des règlements internationaux, la banque centrale des banques centrales et l’institution qui rédige les initiatives de politique globale pour toutes les autres banques membres, a appelé à PLUS de hausses de taux la semaine dernière. En dehors d’une intervention mineure de la Banque d’Angleterre, les preuves montrent que les globalistes souhaitent un crash et créent des conditions d’instabilité. Ils ont installé les dominos à l’avance et ont maintenant décidé de les faire tomber. Je pense qu’il s’agit d’un dispositif de sécurité, d’un déclencheur de panique au cas où ils n’obtiendraient pas le contrôle qu’ils voulaient de la pandémie de Covid.

Ils accuseront la Russie, la Chine, les conservateurs, n’importe quoi et n’importe qui d’autre qu’eux-mêmes pour tenter de détourner l’attention du public des actions bancaires internationales qui ont créé les conditions du crash en premier lieu. Nous ne pouvons pas les laisser faire. Quoi qu’il arrive ensuite, il est essentiel que les gens se souviennent qui nous a vraiment fait ça et qui doit être puni.

Au cours des deux prochaines années, les courtiers en pouvoir de l’establishment vont tenter d’utiliser un écran de chaos afin de semer les graines de la peur dans la population. Ils vont essayer d’exploiter cette peur pour obtenir une gouvernance encore plus centralisée et modifier les fondements mêmes de notre société tout en étouffant ce qui reste de nos libertés. C’est le seul jeu qu’il leur reste, mais au moins nous savons maintenant avec certitude que nous sommes des millions et des millions de personnes qui ne se soumettront pas et qui se battront. Et nous savons que les globalistes ont peur ; s’ils n’avaient pas peur, ils ne recourraient pas à des mesures aussi radicales.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Source : L’Echelle de Jacob

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.