L’Amérique propage les virus en utilisant les oiseaux migrateurs

On se croirait dans un film d’horreur. Nous découvrons avec effroi comment nos « alliés » américains avec la complicité des britanniques, des allemands et des français, utilisent les migrations des oiseaux pour disséminer et propager leurs maudits virus. Et bien évidemment, nous ne pouvons nous empêcher de nous questionner sur la manière dont le Covid19 a pu être propagé dans le monde. Et puis comment ne pas s’interroger sur la propagation de la peste porcine ou la dengue subies par Cuba ? Et aussi comment ne pas s’interroger sur cette grippe aviaire qui oblige les fermiers à abattre des millions de poules, de poulets dans de nombreux pays pour favoriser la pénurie alimentaire prévue dans la feuille de route Covid19 qu’appliquent les gouvernements criminels occidentaux. Un début de réponse à nos questions ?

Par Beatriz Talegon

Ignacio Ramonet est journaliste, professeur de théorie de la communication et spécialiste de la géopolitique. Il est actuellement directeur du Monde Diplomatique en espagnol.

Sur son profil Facebook personnel, ce journaliste de premier plan a rédigé un texte, soulignant au début qu’il est « urgent » d’expliquer ce qui s’est passé lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le texte écrit par Ramonet est le suivant :

« … Urgent*.

Lors d’une réunion bruyante du Conseil de sécurité des Nations unies, tenue à la demande de la Russie, sur le développement d’armes biologiques américaines à ses frontières, à l’intérieur de l’Ukraine, les éléments suivants sont apparus :

1- Le délégué russe a remis des documents et des preuves pour le compte rendu de la réunion confirmant ce qui suit :

*Financement officiel par le Pentagone d’un programme « apparent » d’armes biologiques en Ukraine.

*Noms des personnes et des entreprises américaines spécialisées dans les tests et les documents impliqués dans ce programme.

*La localisation des laboratoires en Ukraine et les tentatives faites jusqu’à présent pour dissimuler les tests.

2- Annonce d’une autre surprise de la part du représentant russe sur la localisation des laboratoires américains fabriquant et testant des armes biologiques dans 36 pays du monde (soit une augmentation de 12 pays par rapport à la session précédente).

3- Le délégué russe a précisé les maladies et épidémies, les moyens de leur diffusion, les pays dans lesquels ils sont testés et quand et où les expériences ont été menées avec ou sans la connaissance des gouvernements de ces pays.

4- Le délégué russe a confirmé publiquement que parmi les expériences et les effets se trouve le virus responsable de la pandémie actuelle et le grand nombre de chauves-souris utilisées pour transmettre ce virus.

5- Les Etats-Unis le nient, la France et la Grande-Bretagne sont alliées (et l’écho parmi les populations de ces pays est très violent), et tendent à croire à ce roman sous la pression psychologique que la pandémie a laissé sur tout le monde.

6- L’Organisation Mondiale de la Santé nie avoir connaissance de l’existence d’expériences biologiques en Ukraine et déclare : Toutes nos informations sont qu’il s’agit de laboratoires de recherche médicale pour combattre les maladies (et la Russie prouve par des preuves la correspondance régulière et les visites d’experts de l’Organisation Mondiale de la Santé) à des laboratoires américains présumés dans le monde entier.

7- La Chine attaque tout le monde, et dit au délégué américain : « Tant que vous niez et que vous êtes sûr de votre innocence, pourquoi refusez-vous désespérément de permettre une enquête par des spécialistes pour découvrir la vérité, surtout avec des documents et des preuves tangibles ?

A ceux qui veulent savoir ce que sont les oiseaux numérotés… et comment l’Amérique tue le monde sans un seul coup de feu… Voici l’information :

Oiseaux de destruction massive…

La Russie ne s’attendait pas à découvrir, dans le cadre de sa campagne militaire en Ukraine, des oiseaux numérotés produits par des laboratoires biologiques et bactériologiques ukrainiens financés et supervisés par les États-Unis d’Amérique.

Mais que sont les oiseaux numérotés ? !

Après avoir étudié la migration des oiseaux et les avoir observés au fil des saisons, les spécialistes de l’environnement et les zoologues seront en mesure de connaître le chemin que ces oiseaux empruntent chaque année au cours de leur voyage saisonnier, y compris ceux qui se déplacent d’un pays à l’autre, voire d’un continent à l’autre.

C’est là qu’intervient le rôle de l’intelligence des parties exécutant un plan malveillant, un groupe de ces oiseaux migrateurs est « arrêté », numérisé et équipé d’une capsule de germes portant une puce à surveiller par ordinateur, puis relâché à nouveau pour rejoindre les oiseaux migrateurs dans les pays où les dégâts sont prévus.

On sait que ces oiseaux empruntent un chemin de la mer Baltique et de la mer Caspienne vers le continent africain et l’Asie du Sud-Est, et deux autres vols du Canada vers l’Amérique latine au printemps et en automne. Pendant leur long vol, leur mouvement est suivi pas à pas au moyen de satellites, et leur position exacte est déterminée.

S’ils veulent, par exemple, nuire à la Syrie ou à l’Égypte, la puce est détruite lorsque l’oiseau se trouve dans leur ciel. L’oiseau est tué et tombe porteur de l’épidémie, et les maladies se propagent dans tel ou tel pays. Ainsi, le pays ennemi a été endommagé sans aucun coût militaire, économique et politique.

La numérotation des oiseaux migrateurs est considérée comme un crime en vertu du droit international, car ce sont des oiseaux qui pénètrent dans le ciel et l’air d’autres pays, et s’ils sont pourvus de germes, alors cet oiseau devient une arme de destruction massive.

Par conséquent, dans le droit international, il est considéré comme interdit d’utiliser des oiseaux pour lancer des attaques mortelles contre un adversaire, et quiconque commet un tel acte immoral et inhumain est puni, et c’est ce qui a fait trembler l’Amérique, non pas d’une quelconque punition (personne n’ose les punir) mais de la stigmatisation qui accompagnera la vie de tous ces gens et qui l’exclura complètement en tant que pays crédible, même de ses alliés.

Les Russes disposent d’une forte monnaie d’échange : lorsqu’ils disent avoir capturé les oiseaux, cela signifie que les Américains sont pris en flagrant délit, tous les détails qu’ils contiennent constituant la conviction décisive. Cela oblige à réfléchir à la possibilité que tous les virus qui ont infecté l’homme au cours de ce siècle, surtout les plus récents, comme Ebola, qui a touché l’Afrique, l’anthrax, la grippe porcine et la grippe aviaire, et actuellement le Covid-19, proviennent tous de laboratoires financés et gérés par les États-Unis d’Amérique, et c’est ce qui a poussé la Chine à présenter une demande urgente, sérieuse et stricte d’enquête internationale sur l’apparition soudaine du coronavirus, il est très probable que les États-Unis aient utilisé des oiseaux migrateurs pour tuer des citoyens chinois.

L’important, c’est que les scandales de l’Amérique du Nord se multiplient et qu’elle a commencé à modérer son hostilité à l’égard de la Russie et tente de renouer avec elle, dans l’espoir de parvenir à un accord politique avec les Russes qui la protégera du mal de ses actions et afin qu’elle ne constitue pas une menace pour la Russie à l’avenir.

Source : Média Zone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.