L’Algérie attend des excuses de la France pour son passé colonial, selon le président Tebboune

899ab018ef18c3b984b4d8749f3da398ccc173dc

Un Algérien rend hommage aux restes de 24 combattants tués au début de la colonisation française restitués par la France, le 4 juillet 2020 [RYAD KRAMDI / AFP]

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré samedi attendre des excuses de la France pour la colonisation de l’Algérie et estimé que son homologue Emmanuel Macron était «quelqu’un de très honnête» susceptible de contribuer à ce climat d’apaisement.

Interrogé lors d’une interview à la chaîne internationale France 24 sur d’éventuelles excuses de Paris, il a répondu: «On a déjà reçu des demi-excuses. Il faut faire un autre pas (…) On le souhaite».

«Cela va permettre d’apaiser le climat et le rendre plus serein pour des relations économiques, pour des relations culturelles, pour des relations de voisinage», poursuit-il en rappelant que plus de six millions d’Algériens vivent en France et qu’ils «peuvent emmener quelque chose là-bas et ici».

La France a fait un geste fort d’apaisement en matière de mémoire en restituant vendredi les restes de 24 combattants algériens tués au début de la colonisation française au XIXe siècle.

Cette restitution offre une détente dans les relations entre l’Algérie et l’ancienne puissance coloniale, marquées depuis l’indépendance en 1962 par des polémiques récurrentes et des crispations.

«Je trouve qu’avec le président Macron nous pouvons aller loin dans l’apaisement, dans le réglement du problème de la mémoire», estime le président Tebboune.

«C’est quelqu’un de très honnête, qui veut apaiser la situation (..) et permettre à nos relations de retrouver leur niveau naturel», a-t-il poursuivi, le qualifiant aussi de «très sincère», «très propre du point de vue historique».

Lors d’une visite à Alger en décembre 2017, le président français Emmanuel Macron s’était engagé à restituer les restes humains algériens entreposés au Musée de l’Homme. La même année, mais avant son élection, il avait qualifié à Alger la colonisation de l’Algérie de «crime contre l’humanité».

La question mémorielle reste au coeur des relations volatiles entre la France et l’Algérie, où la perception est que la France ne fait pas assez pour solder son passé colonial.

Source : CNews

What do you want to do ?

New mail

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :
« Je pose la question à notre Président, qui en terre étrangère dénigre l’action du pays en se répandant en repentances : pourquoi les descendants des peuples prédateurs d’Afrique ou du Moyen Orient ne se repentent-ils pas que leurs ancêtres aient vendus leurs frères. Pourquoi ne dénonce-t-il pas les pays ou l’esclavage est toujours d’actualité ? Si ce monsieur avait seulement une once de culture, il ne pourrait nier tout ce que la France a apporté de positif dans les pays qu’elle a colonisé, aussi bien moralement que matériellement : il suffit de comparer l’état de l’Algérie, qui est une création entièrement Française, en 1830 et en 1962, ou celle du Sénégal entre 1860 et 1960 pour ne citer que deux exemples « de la malfaisance » de l’action de la France !
Non messieurs les faux-culs, je refuse de me repentir de ce qu’ont fait mes ancêtres, ils ont agi en accord avec les lois et les mœurs en pratique au moment ou ils ont agi. »
Extrait de Lettre ouverte aux « historio-pénitents » https://www.profession-gendarme.com/lettre-ouverte-aux…/

« Quand on nous parle d’esclavage, à l’école, à la télévision ou dans les discours politiques, on ne parle quasi-exclusivement que de la traite organisée par les méchants occidentaux dans le cadre du commerce triangulaire. Jamais il n’est question d’une autre traite, pourtant bien plus ancienne, bien plus longue, bien plus importante, violente et meurtrière : la traite arabo-musulmane. Pourquoi ce tabou et que recouvre-t-il ? »

Voir Le tabou de l’esclavagisme arabo musulmanhttps://www.profession-gendarme.com/le-tabou-de…/

« Pour les personnes d’origines non européenne qui se prétendent victimes de racisme ou descendants des victimes de l’esclavage, voici la petite Histoire dans la grande Histoire qui permettra je l’espère de remettre le clocher au centre du village… »

A lire ici : Histoire : La traite oubliée des esclaves blancs en Afrique du Nordhttps://www.profession-gendarme.com/histoire-la-traite…/
What do you want to do ?

New mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *