La psychologue clinicienne Ariane Bilheran : « Seuls 3 types de profils résistent au déferlement totalitaire »

Ariane Bilheran est diplômée de l’École normale supérieure (Ulm), psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie et philosophe. Spécialiste de la psychologie du pouvoir, elle a prononcé des conférences en France et à l’étranger sur les thèmes de la paranoïa, de l’emprise, du harcèlement, de la manipulation et de l’autorité. 

Epoch Times a interrogé la psychologue clinicienne Ariane Bilheran à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage Chroniques du totalitarisme 2021. Un livre qui rassemble ses chroniques publiées l’année dernière, ainsi que plusieurs textes qui traitent du phénomène totalitaire, notamment sous le prisme de la crise sanitaire.

En quoi notre société faisait-elle déjà l’expérience d’une forme de « dégénérescence » avant l’irruption de la crise sanitaire ? L’émergence du phénomène totalitaire est-elle le produit d’une société malade, qui a perdu ses repères ? Comment les peuples ont-ils été dépossédés de leur capacité à exercer leur esprit critique ? En quoi nous a-t-on supprimé le droit de mener une « vie héroïque » ? Quelles sont les principales caractéristiques des personnes susceptibles de participer activement au phénomène totalitaire ? Quels sont les profils de celles qui sont, au contraire, en mesure de lui résister ? En quoi est-il important de faire un travail sur soi pour être capable de résister à l’embrigadement ? Le phénomène totalitaire n’agit-il pas comme un aiguillon qui exige que nous revoyions à la hausse l’échelle de nos valeurs et notre conception de la vie ? En quoi vivons-nous « le prolongement de notre fermeture de cœur » ? Pourquoi la charité est-elle « le remède au totalitarisme » ?

Source : Le Média en 442

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.