La « propagande russe » est la dernière excuse pour étendre la censure

« Je suis préoccupé par la désinformation russe qui se propage en ligne, j’ai donc écrit aujourd’hui aux PDG des grandes entreprises technologiques pour leur demander de restreindre la diffusion de la propagande russe », a tweeté vendredi le sénateur américain Mark Warner.

Depuis lors, YouTube a annoncé qu’il avait supprimé les vidéos des médias d’État russes afin qu’elles soient vues par moins de personnes, conformément à sa politique ouvertement reconnue de censure algorithmique des contenus non autorisés, ainsi que de démonétisation de toutes ces vidéos sur la plateforme. Google et Meta, la société mère de Facebook/Instagram, ont tous deux interdit aux médias d’État russes de diffuser des publicités et de monétiser sur leurs plateformes en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Twitter a annoncé une pause dans les publicités en Russie et en Ukraine.

« Je suis heureux de constater que les entreprises technologiques prennent des mesures pour lutter contre la propagande et la désinformation russes après la lettre que j’ai adressée hier à leurs PDG », a tweeté M. Warner samedi. « Ce sont des premiers pas importants, mais je continuerai à faire pression pour en obtenir davantage. »

Pendant des années, les législateurs américains ont utilisé des menaces de conséquences destructrices de profits pour faire pression sur les entreprises de la Silicon Valley afin qu’elles limitent les discours en ligne d’une manière qui s’aligne sur les intérêts de Washington, créant effectivement un système de censure gouvernementale par procuration. Il semblerait que nous assistions aujourd’hui à une nouvelle expansion de ce phénomène.

Et les médias impériaux ne cessent d’insister. Des articles et des segments d’information mettant en garde contre la menace sinistre que représente la propagande russe pour désinformer et diviser les populations occidentales par le biais d’Internet sont publiés à un rythme qui ne peut que s’accélérer à mesure que cette dernière campagne de gestion narrative bat son plein. Par exemple, l’Associated Press a publié un nouvel article intitulé « War via TikTok : Le nouvel outil de la machine de propagande russe« .

« Des armées de trolls et de bots attisent le sentiment anti-ukrainien. Les médias contrôlés par l’État cherchent à diviser le public occidental. Des vidéos TikTok intelligentes servent le nationalisme russe avec une touche d’humour », avertit AP.

« Les analystes de plusieurs organismes de recherche contactés par l’Associated Press ont déclaré qu’ils observaient une forte augmentation de l’activité en ligne des groupes affiliés à l’État russe », écrit AP. « Cela s’inscrit dans la stratégie de la Russie qui consiste à utiliser les médias sociaux et les médias d’État pour galvaniser le soutien national tout en cherchant à déstabiliser l’alliance occidentale. »

Les « différentes organisations de recherche » qu’AP finit par citer comprennent « Cyabra, une société technologique israélienne qui travaille à la détection de la désinformation », ainsi que la société de gestion narrative de l’OTAN financée par l’État, The Atlantic Council.

Comme cela tend à se produire chaque fois qu’un consensus commence à se former sur le fait qu’une certaine catégorie de discours doit être purgée d’Internet, les manipulateurs impériaux travaillent déjà à élargir la définition de la « propagande russe » qui doit être purgée d’Internet pour inclure les commentateurs indépendants anti-impérialistes comme moi.

Le responsable de la narration impériale, Robert Potter, a lancé un fil de discussion sur Twitter pour que moi et d’autres créateurs de contenu anti-impérialiste soyons étiquetés « médias affiliés à l’État » sur Twitter et idéalement dé-platformés sur tous les médias sociaux occidentaux, dans mon cas uniquement parce que RT est l’un des nombreux médias qui choisissent occasionnellement de republier gratuitement certains de mes articles de blog.

Je ne suis pas, comme le prétend Potter, « un chroniqueur d’OP Ed pour Russia Today ». Je ne travaille pas pour RT, je n’écris pas pour RT, je ne soumets pas d’articles à RT, et je n’ai jamais été payé par RT ou le gouvernement russe. RT n’est que l’un des médias qui profitent parfois de l’invitation que je lance depuis longtemps à tous ceux qui le souhaitent de republier gratuitement mes articles. Que les rédacteurs de RT trouvent agréables mes diatribes quotidiennes contre l’impérialisme occidental n’a rien de scandaleux ou de conspirationniste, mais est normal et évident.

Pourtant, pour les agents du contrôle narratif impérial comme Potter (qui, ironiquement, travaille directement pour le département d’État américain mais pense que mes articles devraient être étiquetés « médias affiliés à l’État » par Twitter), même cela est suffisant pour justifier un silence complet. Je ne serai pas le moins du monde surpris de voir beaucoup plus d’efforts de ce genre alors que la nouvelle guerre froide continue de s’intensifier.

Le Center for Countering Digital Hate (CCDH), une ONG loyale à l’empire qui se consacre essentiellement à la lutte contre le racisme et les préjugés, a publié un rapport accusant Facebook de ne pas étiqueter la propagande russe comme telle 91 % du temps. Le CCDH a décrié « l’incapacité de Mark Zuckerberg à empêcher l’armement de Facebook par l’État russe ».

Cette soudaine poussée de gestion narrative a également entraîné le retrait de RT de l’antenne dans des pays comme l’Australie, l’Allemagne et la Pologne, et des pressions croissantes en France et au Royaume-Uni pour qu’ils fassent de même.

Et ce, en dépit du fait que les puissances occidentales n’auraient qu’à commencer à autoriser les voix gauchistes et anti-impérialistes à se faire entendre sur les plateformes médiatiques traditionnelles pour éliminer complètement RT. Cela aspirerait immédiatement toute l’audience étrangère de RT, car les personnes qui devaient auparavant chercher des perspectives saines en dehors du courant dominant graviteraient vers des médias bien mieux financés et plus talentueux.

Mais bien sûr, nous savons tous que cela n’arrivera jamais. Les médias impériaux ne vont pas subvertir RT en mettant en avant des voix qui contestent les récits de l’empire, peu importe à quel point ils la détestent, parce que la raison exacte pour laquelle ils détestent RT est qu’elle conteste les récits de l’empire. Ils ne s’inquiètent pas des opérations de propagande russes, ils s’inquiètent que quelqu’un d’autre interfère dans leurs propres opérations de propagande.

L’audience de RT représente environ 0,04% des téléspectateurs au Royaume-Uni. Il ne s’agit pas de RT, mais de l’agenda visant à étendre et à normaliser continuellement la censure des discours non autorisés. C’est de cela qu’il s’agissait lorsqu’ils prétendaient qu’il s’agissait de la nécessité de lutter contre la désinformation de Covid avant cela, et lorsqu’ils prétendaient qu’il s’agissait de la nécessité de lutter contre l’extrémisme intérieur américain avant cela, et lorsqu’ils prétendaient qu’il s’agissait de la nécessité de défendre la sécurité des élections avant cela, et lorsqu’ils prétendaient qu’il s’agissait de la nécessité de lutter contre la propagande russe la première fois avant que cela ne recommence.

Celui qui contrôle la narration contrôle le monde. Les humains sont des créatures qui racontent des histoires, donc celui qui peut contrôler les histoires que les humains se racontent sur ce qui se passe dans le monde a un grand contrôle sur les humains. Notre bavardage mental tend à dominer un si grand pourcentage de notre existence que s’il peut être contrôlé, le contrôleur peut exercer une énorme influence sur notre façon de penser, d’agir et de voter.

Les puissants comprennent cela, alors que le grand public ne le comprend généralement pas. C’est tout ce que nous avons vu dans ces tentatives de régulation des idées et de l’information, alors que la communication humaine devient de plus en plus rapide et en réseau. Tout un empire oligarchique est construit sur la capacité à nous empêcher de réaliser à grande échelle que cet empire ne nous sert pas et inflige un grand mal à notre monde. La question de savoir si notre espèce peut s’éveiller à son plus haut potentiel se résume à savoir si nos dominateurs parviendront à verrouiller nos esprits, ou si nous trouverons un moyen de nous en libérer.

Lire aussi : Remettez tout en question – La propagande occidentale actuelle sur l’Ukraine est d’une ampleur épique

Sources : Zero Hedge, Caitlin Johnstone via Medium.com – Traduit par Anguille sous roche

Source : Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.