La Nouvelle-Zélande approuve l’euthanasie pour les patients du COVID

Simon CaldwellDecember 20, 2021 at 10:44 am

Les patients admis à l’hôpital avec le COVID-19 peuvent mourir par euthanasie si les médecins décident qu’ils ne survivront pas, a déclaré le gouvernement néo-zélandais.

Le ministère de la Santé a confirmé que le droit à l’injection létale prévu par la nouvelle loi sur l’euthanasie pourrait s’appliquer aux patients qui sont en train de mourir du coronavirus ou qui souffrent de manière insupportable de ses conséquences.

En réponse à une demande de clarification de la loi sur l’euthanasie entrée en vigueur le mois dernier, le gouvernement a déclaré que « dans certaines circonstances, une personne atteinte du COVID-19 peut bénéficier de l’aide à mourir ».

Henoch Kloosterboer, rédacteur en chef du site Web anti-euthanasie The Defender, a admis que les patients COVID pouvaient bénéficier d’une injection létale après avoir fait une demande en vertu de l’Official Information Act, l’équivalent néo-zélandais de la loi sur la liberté d’information de 2000.

Il a déclaré que cette politique laissait « la porte grande ouverte aux abus » à l’encontre des patients âgés et vulnérables, en particulier si le service de santé du pays était soumis à la pression d’une vague de COVID.

Il a déclaré : « Il ne serait pas difficile d’envisager une situation dans laquelle une augmentation rapide et importante des hospitalisations liées au COVID-19 pourrait entraîner une pression en faveur du recours à l’euthanasie et au suicide assisté comme outils pour résoudre une crise aussi grave. »

La loi sur l’euthanasie, a-t-il ajouté, « a maintenant rendu la pandémie de COVID-19 potentiellement encore plus dangereuse pour les habitants d’Aotearoa Nouvelle-Zélande ».

La loi de 2019 sur le choix de la fin de vie est considérée comme l’une des lois sur l’euthanasie les plus extrêmes au monde, et ses détracteurs affirment que les garanties sont si minces qu’elles peuvent être facilement contournées.

Elle autorise à la fois l’euthanasie et le suicide assisté pour les adultes souffrant d’une maladie qui serait en phase terminale dans les six mois, ou qui sont dans un état avancé de déclin physique irréversible ou qui souffrent de manière insupportable.

La loi, ratifiée à la suite d’un référendum en 2020, garantit à tous les résidents le droit d’accéder à un médecin qui les tuera dans un délai aussi court que quatre jours à compter de la réception d’une demande.

Les médecins reçoivent une rémunération gouvernementale de 1 000 dollars plus les frais pour chaque décès par euthanasie qu’ils effectuent.

Cependant, seuls 96 des 16 000 médecins du pays ont proposé de participer au projet, et les 32 hospices du pays, à l’exception d’un seul, ont indiqué qu’ils n’autoriseraient pas l’euthanasie.

La seule exception – l’hospice Totara à South Auckland – a accepté d’allouer un espace dans ses locaux pour cette pratique, mais son personnel s’opposera en toute conscience à toute participation.

Au Royaume-Uni, la baronne Finlay de Llandaff, professeur de médecine palliative, a déclaré que la loi néo-zélandaise sur l’euthanasie contredisait l’objectif fondamental de la médecine et des services de santé, qui est de guérir les malades.

Elle a déclaré : « Il est bizarre qu’un pays qui a essayé de protéger ses citoyens en se fermant complètement à un virus dont les gens peuvent se remettre complètement … suggère maintenant que ces patients devraient être tués par leurs médecins.

« Cela renverse l’éthique de la médecine », dit-elle.

« On ne peut vraiment pas prévoir la mort à 100 % », a-t-elle ajouté. « Alors pourquoi ne pas les soutenir pendant qu’ils sont en train de mourir et laisser la porte ouverte au cas où ils feraient partie du groupe qui défie toutes les probabilités et se rétablit complètement ? ».

À l’heure actuelle, la baronne Meacher cherche à légaliser le suicide assisté en Angleterre et au Pays de Galles par le biais de son projet de loi sur l’aide à la mort, qui a fait l’objet d’une deuxième lecture à la Chambre des Lords en octobre.

La pair de l’opposition, qui préside le groupe de campagne Dignity in Dying, a également déposé un amendement au projet de loi sur la santé et les soins sociaux afin de faire du suicide assisté une partie des soins palliatifs.

En Écosse, Liam MacArthur, député libéral démocrate, a l’intention de présenter un projet de loi sur le suicide assisté et, à Jersey, les politiciens ont accepté le mois dernier le principe de la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie.

L’écrasante majorité des praticiens des soins palliatifs et les 12 organisations de défense des droits des personnes handicapées au Royaume-Uni s’opposent toutefois farouchement à une modification de la loi.

Ils affirment que le suicide assisté et l’euthanasie seraient discriminatoires et dangereux et qu’ils pourraient donner lieu à des abus, indépendamment de toute garantie, ce qui constituerait une grave menace pour la sécurité des patients et des autres personnes vulnérables.

Ils affirment également que l’expérience d’autres pays suggère que même une loi modeste sur le suicide assisté servirait de tête de pont pour des amendements plus larges et libéralisants qui supprimeraient les garanties initiales en tant que « barrières à l’accès ».

Le mois dernier, il a été révélé que Nancy Russell, une Canadienne de 90 ans, a choisi de mourir par suicide assisté plutôt que de subir un autre enfermement COVID dans sa maison de soins qui l’aurait isolée de ses amis et de sa famille.

(Photo : sfam_photo/Shutterstock via Catholic News Agency)

Source : Catholic Hérald

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.