La loi sur les mesures d’urgence invoquées par Justin Trudeau : une suspension autocratique des libertés civiles qui est un échec dangereux

Le premier ministre Justin Trudeau a soumis la population canadienne à la première et unique invocation de la vaste Loi sur les mesures d’urgence sans justification pour un problème qu’il a créé, délibérément exacerbé et n’a rien fait pour résoudre. Plutôt que l’indignation des progressistes libertaires civils et la plupart des commentaires pour ce dépassement massif (à l’exception louable de deux associations de libertés civiles et de certains membres du clergé), nous avons droit à des points de discussion libéraux et à des attaques désordonnées contre ceux qui s’opposent à son imposition.

Prétendre que nos droits fondamentaux ne sont pas érodés est évidemment faux, malgré le préambule de la loi et les assurances apaisantes du Premier ministre, qui ont été immédiatement suivies d’un récit glaçant par la ministre des Finances des mesures qu’elle allait prendre.

Un nombre inconnu de personnes ont vu leurs comptes bancaires gelés sans ordonnance du tribunal. Nous ne savons pas si les personnes ciblées par nos maîtres politiques ont participé aux blocages, ont fait don au « Convoi de la liberté », se sont juste présentées pour montrer leur soutien ou par curiosité, ont étreint un camionneur (comme la police de Coutts Alberta), ont exprimé un point de vue critique de la gestion de la situation par le gouvernement, ou a félicité les camionneurs pour avoir appelé à la fin des restrictions COVID. Nos institutions financières sont obligées d’appliquer des mesures draconiennes comparables à celles imposées aux contrevenants à la loi Magnitski pour violation des droits de l’homme. Ces mesures attirent la dérision internationale et inquiètent les Canadiens non impliqués quant à l’accès à leur épargne. https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=guyboulianne&dnt=true&embedId=twitter-widget-1&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1495490899593338881&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fguyboulianne.com%2F2022%2F02%2F21%2Fla-loi-sur-les-mesures-durgence-invoquees-par-justin-trudeau-une-suspension-autocratique-des-libertes-civiles-qui-est-un-echec-dangereux%2F&sessionId=16ca4f4759473f6274183cbf9ff6b1c10e0cf93e&siteScreenName=guyboulianne&theme=light&widgetsVersion=2582c61%3A1645036219416&width=550px

Le ministre de la Justice, David Lametti, a clairement indiqué le potentiel d’application arbitraire de la loi lorsqu’il a déclaré : « Si vous êtes membre d’un mouvement pro-Trump qui fait un don… à ce genre de chose, alors vous devriez vous inquiéter. » Ainsi, la mauvaise affiliation politique peut signifier que le gouvernement libéral vous empêchera d’avoir accès à de l’argent ou de payer vos factures. Oups. Monsieur le ministre, je plaisante quand j’ai fait l’éloge de l’opération Warp Speed. J’espère que vous pardonnerez toutes les choses méchantes que j’ai dites à propos de votre patron, peut-être le premier ministre le plus délibérément source de division de l’histoire du Canada.

Soixante-trois pour cent des Canadiens conviennent qu’il est temps d’abandonner les restrictions imposées par le gouvernement concernant la COVID-19 et de « commencer à vivre avec ce virus au lieu de le fuir constamment ». Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, s’est exclamé : « Nous en avons fini avec ça. » Trudeau aurait pu diffuser la situation en parlant aux camionneurs et en annulant les restrictions inutiles, ce que de nombreux autres pays ont déjà fait. Il a fait le contraire.

Avant que la loi ne soit imposée, la police a appliqué la loi au pont Ambassador et au blocus de Coutts, et Ottawa aurait également pu être dégagé en même temps. L’incapacité de remorquer des camions a été invoquée pour justifier la suspension des droits de 38 millions de Canadiens. Mais la police aurait pu arrêter les chauffeurs, mettre les véhicules sous tension et les chasser. Cela ne s’est pas produit plus tôt parce que le chef de la police d’Ottawa récemment congédié a refusé de faire son travail. Le gouvernement fédéral a sauté toutes les étapes intermédiaires et est passé au nucléaire avec un remède tyrannique qui est légalement requis en dernier recours. Si la Cour suprême conclut que l’urgence peut « être efficacement traitée en vertu de toute autre loi » et que l’imposition de la loi est donc invalide, le coup porté à la crédibilité du gouvernement sera dévastateur.

La suspension des libertés civiles peut créer un précédent, surtout lorsque la barre est placée si bas. Si une urgence peut être invoquée pour une manifestation pacifique qui s’est transformée en une occupation pacifique mais qui aurait pu être traitée par une action policière normale, cela risque de mettre un frein à la liberté de réunion et d’expression.

Nous avons atteint ce point dangereux parce qu’en janvier, le premier ministre a imposé un mandat de vaccination aux camionneurs, sans raison épidémiologique. Il a exacerbé la crise avec des caractérisations fausses et abusives des camionneurs de la classe ouvrière comme racistes et misogynes avec des opinions « inacceptables », ce qui rappelle le commentaire sourd d’Hillary Clinton sur les partisans de son adversaire comme déplorables lors de l’échec de sa candidature présidentielle.

Trudeau s’est caché et est allé skier au fur et à mesure que les événements se déroulaient, jusqu’à ce que le président Biden le pousse à l’action. C’était comme s’il voulait provoquer les manifestants comme une tactique de coin afin qu’il puisse prendre des mesures fortes comme son père, Pierre Trudeau, l’a fait il y a 32 ans lors de la crise du FLQ. Bien que les insultes aient renforcé la détermination des manifestants, ils sont restés pacifiques, quelle que soit la gravité des provocations.

Voir la vidéo ICI

Nous avons atteint ce point dangereux parce qu’en janvier, le premier ministre a imposé un mandat de vaccination aux camionneurs, sans raison épidémiologique. Il a exacerbé la crise avec des caractérisations fausses et abusives des camionneurs de la classe ouvrière comme racistes et misogynes avec des opinions « inacceptables », ce qui rappelle le commentaire sourd d’Hillary Clinton sur les partisans de son adversaire comme déplorables lors de l’échec de sa candidature présidentielle.

Trudeau s’est caché et est allé skier au fur et à mesure que les événements se déroulaient, jusqu’à ce que le président Biden le pousse à l’action. C’était comme s’il voulait provoquer les manifestants comme une tactique de coin afin qu’il puisse prendre des mesures fortes comme son père, Pierre Trudeau, l’a fait il y a 32 ans lors de la crise du FLQ. Bien que les insultes aient renforcé la détermination des manifestants, ils sont restés pacifiques, quelle que soit la gravité des provocations.

La tactique par défaut du Premier ministre est d’accuser les personnes qui ne sont pas d’accord avec lui de sectarisme et de suprématie blanche sans la moindre justification pour de telles accusations ignobles. La semaine dernière, il a atteint un nouveau creux. Pendant la période des questions, Trudeau a faussement accusé des députés conservateurs, dont Melissa Lantsman, une députée juive issue d’une famille de survivants de l’Holocauste, de se tenir aux côtés de personnes portant des drapeaux nazis. Dire quelque chose d’aussi répugnant et tout simplement stupide sape son autorité morale à diriger le pays.

Même si Trudeau peut croire que déclarer une urgence inutile démontre un leadership fort et attirera le soutien du public à court terme, à mesure que les faits seront révélés, la puanteur autocratique restera avec lui pour le reste de sa carrière politique expirante et au-delà.

Source : Guy Boulianne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.