La gendarmerie oubliée de Plum

Les racines d’un bagnan s’y enchevêtrent avec le patrimoine de la commune. Sur un terrain militaire, à Plum, les vestiges de la vieille gendarmerie viennent d’être inscrits sur la liste des monuments historiques.

Le lieu est envoûtant. Mais les vestiges de la gendarmerie de Plum se trouvent sur un terrain militaire fermé au public. Photo Théo Rouby

On passe à côté sans y prêter une grande attention. Un gigantesque banian a pris racine dans les vieilles pierres de l’ancienne gendarmerie de Plum, située entre la route du Sud et le bord de mer, un peu après la plage des Piroguiers. Même la date de fermeture est devenue floue. La piste la plus sérieuse nous mène dans les années 1950, après la mise en service de la gendarmerie de Yaté. Ce vestige de la fin du XIXe siècle s’efface des mémoires collectives, comme tant d’autres à travers le Grand Nouméa. La municipalité du Mont-Dore a donc demandé son inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Un vœu exhaussé en mars par la province Sud, qui permet de protéger ce petit morceau de patrimoine (lire ci-contre).

Evadés. « C’est une excellente nouvelle, se réjouit Monique Villisseck, bien connue pour ses recherches sur la commune. Il y a urgence à protéger tous ces bâtiments qui sont le reflet d’une page de l’histoire. » Et l’expression n’a rien d’exagérée. Car, avant d’être réduite à quatre murs en ruines, cette gendarmerie s’est trouvée au centre de toutes les attentions. Un peu comme cette seconde route du Mont-Dore réclamée aujourd’hui par tant d’habitants. Retour en 1889, deux ans avant la construction du bâtiment. La région de Plum doit faire face aux problèmes causés par les bagnards, toujours plus nombreux à s’échapper des camps de condamnés voisins. « Pour tenter de survivre, ils volaient tout ce qu’ils trouvaient, même le linge, raconte Monique Villisseck, qui ne compte plus les « exploits d’évadés » dans les journaux de l’époque. La population était excédée et réclamait une gendarmerie à cor et à cri. Elle avait même protesté contre l’administration coloniale, qui tardait à la budgéter »… rejetant la responsabilité à l’administration pénitentiaire.

Incontournable. Jusqu’à ce que se produise un fait divers particulièrement marquant. En 1889, donc, des évadés souhaitent voler une embarcation sur la célèbre propriété Daly, pour rejoindre l’Australie. Ils incendient le bâtiment pour faire diversion. L’ensemble des installations sont dévastées. « C’était une famille très appréciée. Elle était connue pour les exploits de ses chevaux, Flanneur et Uppercut, sur l’hippodrome de Magenta », poursuit Monique Villisseck. Selon elle, ce fait divers a été décisif pour la construction de la gendarmerie, en 1891.
Quatre gendarmes y seront affectés. En plus de leur mission de maintien de l’ordre, ils étaient souvent les seules personnes habilitées à éditer des documents officiels. Autant dire que le petit établissement a dû rapidement occuper une place centrale dans la région de Plum, reliée à Nouméa par une route de très mauvaise qualité. Aujourd’hui située sur un terrain de l’armée, qui sert principalement aux entraînements sportifs, elle n’est plus accessible au public. A moins que sa nouvelle classification ne permette de lever la barrière, pourquoi pas le temps du Mois du patrimoine ?

Une mesure de protection

L’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques est cadrée par la législation de la province Sud. C’est le premier niveau de protection des bâtiments à intérêts patrimoniaux, en dessous du classement au titre des monuments historiques. Le propriétaire doit informer l’administration avant d’effectuer tous types de travaux. La province peut donner son avis, et même décider de les bloquer en classant le bâtiment. Elle peut aussi accorder une subvention pour la conservation ou la rénovation de l’édifice, de 25 % à 40 %, dans des cas exceptionnels. Les chantiers sur les structures classées peuvent être soutenus à 50 %, et jusqu’à 70 % dans des cas exceptionnels.

Source : Les Nouvelles Calédoniennes

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.