La gendarmerie et le Sedima coopèrent

Le lieutenant-colonel Pascal Collet signe la convention avec Raphaël Lucchesi, président du Syndicat des entreprises de services et distribution du machinisme agricole (Sedima).

Le lieutenant-colonel Pascal Collet signe la convention avec Raphaël Lucchesi, président du Syndicat des entreprises de services et distribution du machinisme agricole (Sedima). |

La gendarmerie et les concessionnaires de matériel agricole ont signé une convention pour leurs sites des cambriolages.

Deux questions à…

Pascal Collet, lieutenant-colonel, adjoint du groupement de gendarmerie de la Mayenne.

PUBLICITÉ

Mardi, Pascal Collet a signé une convention avec Raphaël Lucchesi, président national du Syndicat des entreprises de services et distribution du machinisme agricole (Sedima). Les gendarmes prodiguent des conseils de sécurisation des lieux de stockage, du matériel, ainsi que des consignes aux membres du personnel des concessionnaires de matériel agricole.

Pourquoi cette convention ?

Initiée depuis deux ans en Mayenne, la coopération entre la gendarmerie et les concessionnaires de matériels agricoles a pour but de favoriser le développement d’une stratégie commune de sécurité reposant sur trois piliers : sensibilisation, sécurisation, solidarité.

Fin 2014, un concessionnaire de matériels agricoles du Nord-Mayenne a été victime d’un vol de six tracteurs neufs. Dans le Sud-Mayenne, un autre s’est vu délesté de trois tracteurs. La délinquance d’appropriation de matériels agricoles (à l’intérieur des locaux ou du parc de stockage) a entraîné des préjudices financiers très élevés pour les concessionnaires. Un tracteur coûte entre 80 000 et 200 000 €.

Nous avons affaire à des malfaiteurs chevronnés, très organisés, spécialisés dans le vol de matériels agricoles et sachant déjouer nombre de parades électroniques.

Quels dispositifs ont été mis en place ?

Depuis 2015, un réseau d’alerte a été mis en place. Chaque professionnel s’engage à prévenir très rapidement la gendarmerie la plus proche ou les deux référents sûreté de gendarmerie de la Mayenne, qui s’appuient sur vingt correspondants sûreté implantés dans les brigades. Ce réseau a déjà permis d’anticiper des vols ou d’arrêter dans les départements limitrophes les auteurs de délits.

Les référents sûreté peuvent être contactés au 02 53 59 57 10 ou jacky.lecroc@gendarmerie.interieur.gouv.fr ou à npascal.loury@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.