La gendarmerie de Matignon devient brigade autonome

Le major Serge Kerivin (à droite), le commandant Nicolas Catroux et trois  des nouvelles affectées, Marion Lachever, Justine Louvet, Alexia Lucas.

Le major Serge Kerivin (à droite), le commandant Nicolas Catroux et trois des nouvelles affectées, Marion Lachever, Justine Louvet, Alexia Lucas. |

C’est à la salle des fêtes que les maires du canton ont rencontré les gendarmes de la brigade de Matignon pour l’inspection annuelle. Cette rencontre, placée sous l’autorité du commandant Nicolas Catroux, commandant la compagnie de Dinan et du major Serge Kerivin, à la tête de la gendarmerie de Matignon, a été l’occasion de faire le bilan sur la délinquance et la sécurité routière sur le territoire du Pays de Matignon.

L’effectif se féminise

L’effectif de la brigade de Matignon compte 15 militaires, il se féminise avec l’arrivée de Valérie Vire, Marion Lachever, Alexia Lucas, Justine Louvet, fraîchement affectées, elles renforcent ainsi les membres féminins, dont Sonia Couépel qui vient de recevoir la médaille de la sécurité intérieure pour avoir sauvé une vie. Cette augmentation d’effectif est due au fait que la brigade de Matignon, qui était rattachée par le passé à la communauté de brigade, Matignon, Plancoët, Ploubalay, est devenue aujourd’hui brigade autonome.

Baisse des cambriolages

Les hommes de la sécurité ne chôment pas, sécurité routière, contrôles d’alcoolémie, accidents, délinquance, cambriolages, affaires de stups. Contrairement à ce qui se passe au plan national, le canton de Matignon affiche une baisse des cambriolages, a commenté dans le détail le major Kerivin, (42 cambriolages, contre 58 en 2012), avec toutefois une recrudescence pendant la saison estivale liée à l’afflux touristique. Ce résultat positif est dû à la présence renforcée des gendarmes sur le terrain. Côté sécurité routière, l’année 2013 enregistre sept accidents, dont un mortel et dix blessés, alcool en cause pour cinq cas. Le commandant Catrous a également félicité les maires pour leur coopération avec les forces de l’ordre et les a informés que le gendarme Eric Cornu est devenu, après formation « référent pour les atteintes à l’environnement et à la santé publique ».

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.