La gendarmerie de Clécy fermera au 1er septembre 2016

Dans quelques jours, il n’y aura plus de militaires à la brigade de Clécy.

La gendarmerie de Clécy va fermer ses portes au 1er septembre.
La gendarmerie de Clécy va fermer ses portes au 1er septembre.

Le Groupement de gendarmerie du Calvados compte 70 unités différentes, réparties sur 43 sites.

Une organisation qui ne correspond plus aux réalités du terrain, selon le Colonel Bruno Bresson, commandant de Région, qui s’exprimait début août chez nos confrères de Liberté Le Bonhomme Libre.

« Nous devons nous adapter à la réalité du territoire. Aujourd’hui, nous raisonnons à une échelle plus vaste que la commune. Nous avons donc ajusté notre architecture territoriale avec l’objectif de rentabiliser les moyens dont nous disposons, afin d’assurer une présence renforcée et une meilleure réactivité dans nos interventions. »

Résultat : Saint-Sever-Calvados, Potigny, Deauville, Lisieux et donc Clécy vont fermer leurs portes au 1er septembre 2016.

« Michel Bar, le maire, a été averti la veille du 14 juillet. On savait que Clécy était sur la sellette », explique défaitiste René Chenneviere, adjoint au maire de Clécy.

La décision fait grincer des dents. « On a refait les locaux il n’y a pas longtemps et les militaires présents s’y sentent bien », poursuit l’adjoint. Le bail de la caserne venait également d’être renouvelé.

« Les locaux seront libres au 1er novembre. » Selon nos informations, sur les cinq militaires de Clécy, deux seront transférés au Hom, deux à Pont-d’Ouilly et un à la brigade de recherche de Falaise.

Pour René Chenneviere, cette fermeture va à l’encontre du contexte actuel : « On fait la course aux réservistes et on déshabille le peu qu’on a. La gendarmerie de Clécy couvre un secteur important pourtant. »

À la demande du député Alain Tourret, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, devrait se rendre à Saint-Sever (Calvados) à la fin du mois. Les élus de Clécy comptent bien se faire entendre également lors de cette rencontre.

« La présence physique des gendarmes est indispensable. Il y a déjà un fort sentiment d’abandon en milieu rural, avec la suppression des maternités, des postes, etc. », expliquait également début août le député Alain Tourret, le député de la 6e circonscription du Calvados, au sujet de la fermeture des brigades de proximité.

Source : L’Orne combattante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.