La gendarmerie a son radar dernier cri

La gendarmerie a une nouvelle arme pour lutter contre les excès de vitesse / Photo DDM, L.C.

La gendarmerie a une nouvelle arme pour lutter contre les excès de vitesse / Photo DDM, L.C.

Cela fait maintenant deux semaines qu’elle sillonne les routes de l’Aveyron. Elle, c’est une Citroën Berlingo grise équipée à l’avant d’un radar mobile nouvelle génération : le premier du genre dans le département. Dissimulé sous la plaque d’immatriculation, ce radar est un moyen pour la gendarmerie de contrôler la vitesse des autres véhicules, tout en roulant. Bien que le dispositif – voiture plus radar, soit coûteux, aux alentours de 88 000 euros, son acquisition répond avant tout à un constat inquiétant. En effet, à la fin du mois de juin le bilan de l’accidentologie faisait apparaître le chiffre de 14 tués sur les routes du département. Pour le capitaine Villar, cet équipement de terrain mobile (ETM) est donc d’une aide précieuse pour faire baisser ces statistiques. «La vitesse, en zone gendarmerie est la première cause d’accidents de la route, soit près d’un tiers d’entre eux, explique-t-il, ce véhicule va nous permettre de lutter contre les grands excès de vitesse sur des lieux jusqu’alors inaccessibles».

Flasher… sans flash

À bord du véhicule, un opérateur formé accompagne le conducteur. Sa mission est de régler manuellement la vitesse contrôlée. En effet, ces deux gendarmes ont devant eux un appareil photo 15 millions de pixels et une tablette tactile sur laquelle apparaissent les clichés pris, en cas d’infractions, par le radar. Ce nouveau joujou peut d’ailleurs contrôler la vitesse des véhicules l’approchant, le dépassant, devant lui et, d’ici peu, derrière lui. En outre, ce dispositif se veut discret, «pour juger du comportement habituel des conducteurs», et n’est pas doté de flash «pour ne pas surprendre les automobilistes». Néanmoins, «le but n’est pas de matraquer les automobilistes mais bien de sanctionner les comportements dangereux» explique le sous-préfet de l’arrondissement de Rodez, Sébastien Cauwel. Pouvant également être utilisé comme en position fixe, il est, à longs termes, destiné à remplacer les radars ancienne génération.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.