La compagnie de gendarmerie de Pont-Audemer change de tête

Sécurité. Le commandant Éric Turmet et le capitaine Aurélien Hauteville ont pris les rênes de la compagnie de gendarmerie de Pont-Audemer, début août. Rencontre avec deux militaires engagés.

Le commandant Eric Turmet (à gauche) et le capitaine Aurélien Hauteville (à droite) sont à la tête de la compagnie
Le commandant Eric Turmet (à gauche) et le capitaine Aurélien Hauteville (à droite) sont à la tête de la compagnie

Cet été est marqué par du changement à la tête de la compagnie de gendarmerie de Pont-Audemer. Le commandant Éric Turmet, 51 ans, est né à Vire (Calvados). Marié, père d’un garçon de 20 ans, il a été sous-officier pendant douze ans au sein du regroupement Bernay-Evreux. Passé officier, il a continué sa mission dans l’Orne, la Manche et en Bretagne, avant de devenir secrétaire général adjoint du Conseil de la fonction militaire de la gendarmerie, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), ces quatre dernières années. « J’étais en charge du dialogue social en interne, ainsi que des relations politiques, avec les ministères de l’Intérieur et de la Défense. » Il succède au commandant Rose-Anne Vaillant.

Adapter leur mission selonles phénomènes constatés

Promu capitaine et arrivé dans l’Eure le 1er août, Aurélien Hauteville, 41 ans, est originaire d’Alençon (Orne). Également marié, il est père de six enfants, âgés de 2 à 13 ans. Sous-officier de 2000 à 2010, il a servi dans la gendarmerie mobile, la VBRG (Véhicule blindé à roues de la gendarmerie), pendant cinq ans, avant d’être officier de police judiciaire, jusqu’en 2010, à Courseulles-sur-Mer (Calvados). Il est passé par l’école d’officier de Melun (Seine-et-Marne), de 2010 à 2012, avant d’intégrer, en tant qu’instructeur, l’école de sous-officier de Montluçon (Allier), jusqu’à cet été. Il prend la succession du capitaine Jean-Luc Bouexel.

Leur arrivée à Pont-Audemer fait suite à des souhaits de changement. « Je souhaitais revenir dans l’opérationnel », glisse le capitaine Hauteville. « J’ai demandé à devenir commandant dans l’Ouest de la France », ajoute le commandant Turmet.

Les deux hommes ont en commun d’avoir eu envie d’intégrer la gendarmerie lors de leur service militaire. « Ce fut un déclic, explique Éric Turmet. La gendarmerie est un ascenseur social, avec des perspectives d’évolution réelles, tout le monde s’y retrouve. » « J’ai toujours été attiré par le côté militaire de l’armée, la rigueur, l’idée de servir mon pays et l’ouverture au monde civil, confie Aurélien Hauteville. Le service militaire m’a conquis. »

Les deux hommes soulignent ne pas avoir d’axe de travail prioritaire dans le secteur de Pont-Audemer. « Nous devons préserver l’ordre public, lutter contre la délinquance, l’insécurité routière mais aussi le terrorisme. Nous travaillons également avec les élus et collectivités territoriales. Nous adapterons notre mission selon les phénomènes constatés. »

La compagnie de gendarmerie de Pont-Audemer compte 110 personnels, répartis entre le Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie (Psig), la brigade de recherche, et ses trois communautés de brigades, regroupant Pont-Audemer, Routot et Saint-Georges-du-Vièvre.

Source : Paris Normandie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.