Ivre, en Seine-Maritime, il force trois barrages de gendarmerie

Dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 février 2016, un automobiliste de 36 ans a refusé, à trois reprises de s’arrêter à un contrôle de gendarmerie. Il conduisait avec 2,3 g/L.

Trois fois, l'homme aurait refusé de s'arrêter à un contrôle de gendarmerie. Une herse a été utilisée pour crever ses pneus. (Photo d'illustration © LJV)
Trois fois, l’homme aurait refusé de s’arrêter à un contrôle de gendarmerie. Une herse a été utilisée pour crever ses pneus. (Photo d’illustration © LJV)

 

Dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 février 2016, les gendarmes organisaient une vaste opération de contrôles routiers, sur les principaux axes du département de Seine-Maritime. Objectif : contrôler les flux de circulation et l’alcoolémie des automobilistes. Près de 200 militaires étaient mobilisés.

Les gendarmes crèvent son pneu, il s’arrête au bout de deux kilomètres

L’opération a permis d’interpeller plusieurs conducteurs ives ou sous stupéfiants. Mais en deuxième partie de nuit, c’est un conducteur de 36 ans, qui a mobilisé les gendarmes. L’homme a refusé de s’arrêter lors d’un barrage routier… à trois reprises. Sa troisième confrontation avec les forces de l’ordre, vers 4h45, a cependant permis de l’interpeller.
Les gendarmes ont déployé, sur son passage, une herse, qui a permis de crever un pneumatique de sa voiture. L’automobiliste a été contraint de s’arrêter quelques kilomètres plus loin, une fois son pneu totalement dégonflé. C’est là que lui et les occupants de son véhicule ont été retrouvés.

2,3 g/L d’alcool dans le sang

Il a été soumis à un dépistage d’alcoolémie. Le résultat est sans appel : avec un taux de 2,3 grammes d’alcool par litre de sang, il a été interpellé et placé en cellule de dégrisement, puis en garde à vue.

Source : Normandie Actu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.