Isère : des véhicules personnels de gendarmes incendiés à Meylan en pleine nuit

L'incendie des voitures a noirci la façade des logements de la caserne de gendarmerie.
L’incendie des voitures a noirci la façade des logements de la caserne de gendarmerie. © Radio France – Alexandre Berthaud.
Un incendie s’est déclaré à la caserne de gendarmerie de Meylan, dans la nuit de mercredi à jeudi. Le départ de feu est volontaire. Une ou plusieurs personnes sont rentrées dans la caserne en faisant un trou dans le grillage. Ce sont des véhicules personnels des gendarmes qui ont été visés.Plusieurs véhicules personnels de la gendarmerie de Meylan ont été incendiés vers 3h35 du matin, ce jeudi. Selon les gendarmes, il s’agit d’un incendie volontaire selon le parquet et les premiers éléments de l’enquête.

Les familles des gendarmes visées

« Ce sont les familles qui étaient visées« , confie le colonel Yves Marzin, commandant de la gendarmerie de l’Isère. « Les gendarmes ont été réveillé par les odeurs de fumée, elles provenaient de dessous les bâtiments où sont logés les militaires et leurs familles. » Les occupants des logements ont été évacués et le feu a été rapidement maîtrisé par les pompiers. « Les véhicules visés sont des véhicules civils, qui appartiennent aux familles. C’est un nouveau cap qui est franchi« , enchaîne le colonel Yves Marzin.

« Les véhicules visés sont des véhicules civils, qui appartiennent aux familles. C’est un nouveau cap qui est franchi » — Yves Marzin, commandant de la gendarmerie de l’Isère

Quelques voitures auraient été détruites par les flammes. Le ou les incendiaires seraient rentrés dans la caserne en faisant un trou dans le grillage. C’est le même mode opératoire que lors de l‘incendie de la gendarmerie de Grenoble, ciblée fin septembre. Cette action avait alors revendiquée par des membres de la mouvance anarcho-libertaire.

Une attaque préparée, du grillage découpé

Le maire de Meylan, Jean-Philippe Blanc raconte : il est arrivé sur les lieux à 5 heures du matin. « Deux voitures ont pris feu sous l’auvent de l’immeuble, ce qui a provoqué l’incendie de la façade. Des fenêtres ont fondu, d’autres ont explosé, mais la fumée n’est pas rentrée dans les appartements, il ne devrait heureusement pas y avoir de relogement« . Les services techniques de la ville sont mobilisés pour rétablir l’eau et l’électricité.

L’incendie a touché un immeuble de trois étages où vivent des gendarmes avec leurs familles. Il est situé derrière la gendarmerie de Meylan. Selon les premiers éléments l’attaque était préparée et ciblée : les malfaiteurs ont découpé le grillage à la cisaille, mis le feu à trois véhicules, crevé les pneus d’un autre et ont cadenassé le portail donnant accès au parking afin de ralentir les secours.

Conférence de presse du procureur de la République de Grenoble

Le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, donnera une conférence de presse à 15 heures au tribunal concernant l’incendie à Meylan. Le feu est parti de deux voitures, dans un immeuble situé derrière la brigade de gendarmerie, allée des Frênes, et non pas de la compagnie de gendarmerie. Neuf familles, soit 24 personnes, vivent dans l’immeuble touché mais ne seront pas relogées, confirme la gendarmerie : les gendarmes logés font partie de la brigade.

Le procureur de la République de Grenoble : Jean-Yves Coquillat. - Radio France
Le procureur de la République de Grenoble : Jean-Yves Coquillat. © Radio France
Meylan, dans la périphérie grenobloise - Radio France
Meylan, dans la périphérie grenobloise © Radio France – Denis Souilla
Source : France Bleu
bandeau APG
Scandalisé par cet acte criminel qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques pour les personnels et leurs familles, l’Association Professionnelle Gendarmerie (APG) se porte solidaire de nos camarades de la brigade de gendarmerie de Meylan et souhaite vivement que les auteurs de ces faits inqualifiables soient confondus et punis très sévèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.