Insécurité : les préconisations de la gendarmerie

Cyclotourisme – Rodez (12) – Cyclotourisme

Rouler en groupe comporte quelques règles utiles et bons réflexes./Photo DDM.
Rouler en groupe comporte quelques règles utiles et bons réflexes./Photo DDM.

En première ligne dans le dossier du sentiment d’insécurité croissante ressenti par les cyclotouristes aveyronnais (voir nos éditions des dimanches 4, 11 et 18 janvier 2015), car confrontée elle aussi à des cas douloureux, la gendarmerie, par le biais de son groupement départemental, tient à rappeler quelques règles et judicieux réflexes inhérents à la pratique du vélo. En partant de ce postulat que le cyclotouriste (comme tout véhicule) est assujetti à l’application du code de la route.

Les premières de ces règles concernent les équipements du vélo et du cycliste. La bicyclette doit être munie de deux freins (un à l’avant, l’autre à l’arrière), si possible d’un avertisseur sonore, de deux feux à l’avant et à l’arrière et de catadioptres, voire d’un écarteur de danger.

Le cycliste, lui, est invité à revêtir un gilet rétro réfléchissant (obligatoire lorsqu’on circule hors agglomération, la nuit ou lorsque la visibilité est insuffisante) et à porter un casque non obligatoire, mais fortement conseillé, surtout pour les enfants.

Deux cyclistes peuvent rouler de front

S’agissant de la pratique, la gendarmerie tient surtout à sensibiliser les cyclotouristes sur les bons réflexes à avoir lors de leurs éventuelles sorties en groupe, car les militaires le rappellent : «Rouler en groupe est autorisé comme à deux de front, mais le passage en simple file s’impose à la tombée de la nuit ou par manque de visibilité et lorsqu’un véhicule voulant dépasser annonce son approche». Se déplacer en petits groupes de moins de vingt personnes est certes toléré, mais davantage est recommandé de se scinder en sous-groupes de quatre à huit cyclistes avec, dans ce cas, la précaution de laisser un espace d’un demi-vélo entre chacun des participants et de deux voitures entre chaque sous-groupe. De même, ces groupes ou sous-groupes sont invités à emprunter, dès que possible, les voies cyclables spéciales.

70 % des chutes provenant d’un manque de vigilance dans les groupes, les cyclotouristes circulant collectivement sont conviés à redoubler d’attention, notamment en prévision de ralentissements ou de changements de direction impromptus. La gestuelle est ainsi expressément conseillée pour signaler un obstacle, un ralentissement ou un changement de direction.

Enfin, la gendarmerie insiste là-dessus : «La déclaration en préfecture est obligatoire dans le cas d’une randonnée à vélo sur la voie publique qui dépasse cinquante cyclistes».

A bons entendeurs…


Les deux sorties de la semaine

1- 41 km, 450 m de dénivelé (pour débutants et «non-violents).

Parcours : départ de Fontanges, Vabre, Salles-la-Source, dans Salles-la-Source, hauts de Salles-la-Source, près Fontcoussergues, Solsac Vieux (hauts des poubelles de Marcillac), près Mondalazac, Cadayrac, La Garde, gare de Salles-la-Source, Onet l’Eglise, près Mézeilles, dans Vabre, Fontanges.

° Profil : «gentiment accidenté» avec deux côtes marquantes ; la première, raide sur 2 km à 6,5 % de moyenne (passages à 8 et 9 %), entre le cascade de Salles-la-Source et le haut du village ; la deuxième, musclée, sur 500 m entre la gare de Salles-la-Source et Bennac.

A savoir : route étroite et escarpée entre le centre et les hauts de Salles-la-Source, mais la beauté du site et la splendeur du panorama se méritent. Revêtement défectueux entre les hauts de Salles-la-Source et Solsac Vieux (hauts des poubelles de Marcillac).

Pour rallier la gare de Salles-la-Source, à La Garde, 800 mètres après Cadayrac, bifurquer à droite. Pour passer dans Vabre à la sortie d’Onet l’Eglise, tourner à droite et, 300 mètres après le faux-plat montant, à gauche au croisement.

2- 70 km, 1100 m de dénivelé (pour chevronnés et affûtés).

Parcours : départ de Fontanges, Vabre, dans Aubert, Onet l’Eglise, gare de Salles-la-Source, Ronne, domaine de Ferrals, Les Espeyroux, Muret-le-Château, Villecomtal, Polissal, D46, Campuac, D20, près Saint-Julien-de-Rodelle, Rodelle, Bezonnes, Sébazac, Lapanouse (ancienne route de Rodez), la Roque, Les Cabaniols, Fontanges.

Profil : très accidenté avec trois ascensions principales (Villecomtal-Polissal-Campuac, 10 km à 5,5 % de moyenne avec des passages à 9 % ; Rodelle, 3 km à 7 % de moyenne, et Les Cabaniols, 800 mètres à 8 % avec un passage à 10 %) et deux zones vallonnées (la première nerveuse sur 7 km entre la gare Salles-la-Source et le domaine de Ferrals ; la deuxième, exigeante en fin de parcours entre Bezonnes et Sébazac).

A savoir : pour rallier Campuac, à droite 500 mètres à la sortie de Polissal. Attention ! Si vent du Midi, de face quasiment sans interruption à partir de Polissal. Pour rejoindre Rodelle, 1 km avant Saint-Julien-de-Rodelle, au garage, prendre la descente à droite.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.