Inflation, vous avez dit inflation ?

Introduction.

Chers lecteurs, nous vivons actuellement l’apocalypse, c’est-à-dire, le temps du dévoilement. En observant la confusion qui règne dans tous les domaines, nous constatons que les masques tombent et la Vérité se fait jour. Cette excellente nouvelle est la révélation que notre destin NOUS appartient pleinement.

Pour contribuer activement au futur de l’humanité, reprenons confiance en l’Être que nous sommes vraiment et agissons individuellement pour construire collectivement le merveilleux monde de demain. Ce blog, qui traite de « l’écume des choses », a pour ambition de vous y aider.

Si vous désirez être pleinement acteur de « l’ardente obligation » de changer vraiment ce monde, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques, ce sera votre manière de m’aider très concrètement à poursuivre mon travail et améliorer sa qualité.

Sujet du jour : l’inflation et ses conséquences sur l’assurance vie.

La semaine dernière, la banque de France nous informe que :  « Selon la Financial Stability Review de la BCE, la guerre entre la Russie et l’Ukraine accroît les risques pour la stabilité financière ». Dès que quelque chose ne va pas bien dans ce bas monde… ce n’est ni la faute à Voltaire, ni la faute à Rousseau… C’est « La fôte à Poutine » !!!

Morceaux choisis du document de la BCE :

« Les perspectives de rentabilité pour les banques européennes se sont encore détériorées, après une forte reprise en 2021.

Seules quelques banques ont une exposition directe significative vis-à-vis de la Russie et de l’Ukraine et une récente analyse de la vulnérabilité effectuée par la BCE indique que le système bancaire de la zone euro devrait rester résilient même dans des scénarios économiques très défavorables ».

Retenez bien la conclusion :

« Les conditions de la stabilité financière dans la zone euro se sont détériorées, car l’invasion del’Ukraine par la Russie a entraîné une hausse des prix de l’énergie et des matières premières etaccentué les risques pour l’inflation et la croissance dans la zone euro».

 Connaissez-vous François VILLEROY de GALHAU ? Il est élu en janvier 2022, président de la banque des règlements internationaux (BRI), souvent appelée « la banque centrale des banques centrales ». Les plus anciens lecteurs de ce blog savent que la BRI est « le bras armé » de l’oligarchie financière mondialiste anglo-saxonne.

Le « gars Françoué » est aussi gouverneur de la banque de France… après avoir été directeur général délégué à la BNP, sans oublier les cabinets ministériels, bref, c’est un homme de valeur.

À propos de « valeurs », vous n’allez pas le croire, pendant le forum économique mondial qui s’est tenu du 22 au 26 courant à DAVOS…  « l’ami François » a déclaré, à propos de la guerre en Ukraine :

« Nous savions que cela signifierait moins de croissance, plus d’inflation, mais d’une certaine façon, c’est le prix à payer pour défendre nos valeurs ».

Puisqu’il semble y avoir un consensus sur le fait qu’il y a de l’inflation… à cause du « méchant Vlad », je me suis demandé… ce qu’en pensait notre très sérieux institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Pour rappel, il nous définit ainsi l’inflation :

« L’inflation est la perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix. Elle doit être distinguée de l’augmentation du coût de la vie. La perte de valeur de la monnaie est un phénomène qui frappe l’économie nationale dans son ensemble (ménages, entreprises, etc.).

L’indice des prix à la consommation (IPC) est utilisé pour évaluer l’inflation. Cette mesure est partielle étant donné que l’inflation couvre un champ plus large que celui de la seule consommation des ménages »

Pour illustrer mon propos sur l’inflation, prenons l’exemple de l’indice des prix à la production et à l’importation dans l’industrie, plus connu par son acronyme IPPI. Il mesure l’évolution des prix de transaction de biens issus des activités de l’industrie française et vendus sur le marché français. Voyez son évolution depuis un an : + 32,6% .

Ce graphe de l’INSEE me semble prouver qu’au moins dans le domaine de l’IPPI, la cause est à chercher ailleurs qu’en Ukraine !!!

Dès le 16 mars 2020, j’anticipais pour les abonnés aux « Rendez-vous d’Hubert », une hyper inflation et les conséquences patrimoniales à en tirer.

Pour vous montrer à quel point je vous aime, je vous rappelle à nouveau que le 5° de l’article L 631-2-1 du code monétaire et financier permet la mise en œuvre du « gel » des contrats d’assurance vie : « afin de prévenir des risques représentant une menace grave et caractérisée pour la situation financière »… des assureurs !!!

L’hyper inflation ne ferait-elle pas partie « des risques représentant une menace grave et caractérisée pour la situation financière des assureurs » ??? Prenez bien conscience que le temps pour agir s’amenuise.

« Il n’est rien qui ne s’arrange par la pratique du non-agir »

(Lao TSEU)

Chers lecteurs, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.