D’origine khazare, Klaus Schwab est le fils d’un collaborateur nazi. Klaus a aidé l’Afrique du Sud (et Israël) à construire leurs premières bombes atomiques

Résumé de la biographie de Schwab qui remet en cause certaines affirmations sur son lien généalogique avec la famille Rothschild ; ce qui n’en fait pas un personnage recommandable pour autant.

Il n’y a pas un seul jour depuis au moins deux ans où l’on ne parle pas de ce fameux Forum économique mondial, mieux connu sous le nom de forum de Davos. Reprenons donc les mots de Winter Oak (une organisation à but non lucratif qui se consacre à la diffusion d’informations et d’idées sur des questions sociales, environnementales et philosophiques) afin de présenter le fondateur de cette organisation mondialiste, qui se nommait à l’origine “European Management Forum”. Né à Ravensburg en 1938, Klaus Schwab est un enfant juif de l’Allemagne d’Adolf Hitler, un régime d’État policier fondé sur la peur et la violence, sur le lavage de cerveau et le contrôle, sur la propagande et le mensonge, sur l’industrialisme et l’eugénisme, sur la déshumanisation et la « désinfection », sur une vision effrayante et grandiose d’un « nouvel ordre » qui durerait mille ans.
Schwab semble avoir consacré sa vie à réinventer ce cauchemar et à essayer de le transformer en réalité non seulement pour l’Allemagne mais pour le monde entier.

Klaus Schwab en 1972
Klaus Schwab en 1972

Pire encore, comme ses propres mots le confirment à maintes reprises, sa vision technocratique fasciste est aussi une vision transhumaniste tordue, qui fusionnerait les humains et les machines dans « de curieux mélanges de vie numérique et analogique », qui infectera nos corps avec de la “Smart Dust” et dans laquelle la police serait apparemment capable de lire nos cerveaux. Et lui et ses complices utilisent la crise Covid-19 pour contourner la responsabilité démocratique, pour passer outre l’opposition, pour accélérer leur programme et l’imposer au reste de l’humanité contre notre volonté dans ce qu’il appelle la “Grande Réinitialisation” ou le “Great Reset”.

Klaus Schwab (D),  et le rabbin Arthur Schneier (C), fondateur et président d’Appeal of Conscience, allument des bougies le 3 février 2002 à Ground Zero lors de la visite de chefs religieux participant à la 32e réunion annuelle du Forum économique mondial à New York.—Getty Images

(G à D) Elie Wiesel, lauréat du prix Nobel de la paix, cheikh égyptien al-Zafzaf, président du Comité permanent pour le dialogue entre les religions monothéistes, Lord Carey de Clifton, ancien archevêque de Canterbury, David Rosen, directeur international des affaires interreligieuses de l’American Comité juif, le rabbin Awraham S Soetendorp des Pays-Bas et Klaus Schwab,  assistent à une cérémonie de commémoration de l’Holocauste qui s’est tenue à l’hôtel de ville de Davos le 26 janvier 2005.
(Photo par ERIC FEFERBERG/AFP via Getty Images)

Schwab n’est bien sûr pas un nazi au sens classique du terme, n’étant ni nationaliste ni antisémite, comme en témoigne le prix Dan David d’un million de dollars qui lui a été décerné par Israël en 2004 (bien qu’étrangement en octobre 2021 toute référence à Schwab semble avoir été retirée du site Web du prix Dan David !). Mais le fascisme du 21e siècle a trouvé différentes formes politiques à travers lesquelles il peut poursuivre son projet de base qui consiste à remodeler l’humanité en fonction du capitalisme par des moyens ouvertement autoritaires. Ce nouveau fascisme est aujourd’hui mis en avant sous le couvert de la gouvernance mondiale, de la biosécurité, de la « nouvelle normalité », du « New Deal pour la nature » et de la « quatrième révolution industrielle ».

Schwab, un octogénaire, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, est au centre de cette matrice comme une araignée sur une toile géante. Le projet fasciste initial, en Italie et en Allemagne, consistait en une fusion de l’État et des entreprises. Alors que le communisme envisage la prise de contrôle des entreprises et de l’industrie par le gouvernement, qui – en théorie ! – agit dans l’intérêt du peuple, le fascisme se sert de l’État pour protéger et promouvoir les intérêts de l’élite fortunée. Schwab poursuivait cette approche dans un contexte d’après-guerre dénazifié, lorsqu’il a fondé en 1971 le “European Management Forum”, qui tenait des réunions annuelles à Davos en Suisse.

Henry Kissinger et son ancien élève, Klaus Schwab, accueillent l'ancien Premier ministre britannique Ted Heath lors de la réunion annuelle du FEM en 1980.
Henry Kissinger et son ancien élève, Klaus Schwab, accueillent l’ancien Premier ministre britannique Ted Heath lors de la réunion annuelle du FEM en 1980. Source : Forum économique mondial.

L’origine de la famille Schwab

Les armoiries de la famille Schwab

Contrairement à ce que plusieurs personnes affirment sur internet, les parents de Klaus Schwab ne sont pas Fred et Marianne Schwab, née sous le nom de Rothschild. C’est par la faute des individus qui diffusent ce genre de fausses informations que les chercheurs sincères se font aussi qualifier de « conspirationnistes ». C’est bien de vouloir dénoncer des complots, mais ceci n’autorise aucunement à inventer des histoires et à créer des liens douteux. Tous les chercheurs et communicateurs qui se respectent doivent faire un minimum d’investigation avant de rendre publiques certaines informations. On a le droit à l’erreur, mais on n’a pas le droit au mensonge.

Il n’y a donc aucun lien de parenté entre Klaus Schwab et Marianne Schwab (née Rothschild), sauf que le nom de famille correspond.

Le site du projet “Jewish Life Frankfurt am Main” décrit la vie du couple Schwab, né en Allemagne et qui a ensuite fui aux États-Unis.  L’article mentionne une fille des deux, Madeleine Gerrish, qui, comme d’autres membres de la famille, continue de vivre aux États-Unis. Celle-ci a écrit dans un message : « Ce sont de fausses informations. Klaus Schwab n’est pas parent avec nous ! » Klaus Schwab n’est pas non plus l’enfant de Marianne et Fred Schwab, comme le prétend l’arbre généalogique partagé. Gerrish note également : « Ma mère, qui est née Rothschild, n’est pas liée à la célèbre famille bancaire Rothschild. » Klaus Schwab a d’ailleurs remercié son père Eugen Wilhelm et sa belle-mère Erika en mentionnant leurs noms dans son livre récemment publié chez l’éditeur Wiley : “Stakeholder Capitalism”.

Selon Ancestry.com, les parents de Klaus Schwab sont Eugen Wilhelm Schwab (né le 27 avril 1899 – décédé en 1982) et la Suissesse d’origine juive Emma Gisela Tekelius Schwab (née Kilian), mariés à Karlsruhe en Allemagne le 2 octobre 1926. L’arbre généalogique de Klaus Schwab a été publié dans la “Crimeline & Evidence Library” gérée par les enquêteurs du site “Americans for Innovation”.

Le quotidien suisse “Berner Zeitung” nous informe que Eugen Wilhelm Schwab dirigeait une usine de la société suisse « Escher, Wyss & Cie » à Ravensburg, où Klaus Schwab est né le 30 mars 1938, selon son curriculum vitae publié par le FEM. Des détails sur la famille paternelle de Klaus Schwab sont également divulgués dans un arrêt du Tribunal fédéral suisse de 1950, consultable à l’Université de Berne. Klaus Schwab se trouve dans l’exécution de la cour avec son frère cadet Urs Reiner mentionné à la page 376 du document. Toujours selon son curriculum vitae, de 1967 à 1970 Klaus Schwab a été membre du directoire à Zurich pour la même entreprise que son père, « Escher, Wyss & Cie », rachetée en 1969 par le groupe industriel Winterthur Sulzer, qui changea de nom en 1983 pour « Sulzer-Escher Wyss AG ».Pour lever le voile sur ses parents, Klaus Schwab a dédicacé son livre “Stakeholder Capitalism” à son père Eugen Wilhelm et sa belle-mère Erika en précisant qu’elle n’est pas sa mère biologique. Sa mère est Emma Kilian, 1ère épouse de Eugen, qui abandonna Klaus Schwab à sa naissance. Il n’y a donc aucun lien de parenté entre ce dernier et Marianne Schwab (née Rothschild), sauf que le nom de famille correspond.


Toujours selon Ancestry.com, le nom de famille Schwab a une origine allemande et juive, c’est-à-dire ashkénaze. Par exemple, nous retrouvons les Mémoires d’Henri Schwab (né en 1890), un locuteur yiddish du village alsacien de Gerstheim, dans le Bas-Rhin, qui furent publiées dans la revue Yod en 2011. Ou bien encore le rabbin Marvin Schwab qui, en 2013, examinait un rouleau de la Torah qui a survécu dans la Tchécoslovaquie des années 1940. Cette ascendance est confirmée par le site “Jewish Genealogy in Argentina” (Hebrew Surnames) qui écrit à propos du nom Schwab : « La grande majorité des Juifs argentins descendent d’immigrants venus d’Europe. Ces Juifs ashkénazes ont émigré de petites villes ou shtetels de Pologne, de Lituanie, de Russie, d’Allemagne, de Roumanie ou d’Ukraine, laissant derrière eux la plupart de leurs parents juifs. Après deux ou trois générations, ces familles juives ont perdu la trace de leurs proches, ayant été sauvées de la guerre, ont émigré vers d’autres pays comme les États-Unis, l’Angleterre ou l’Australie. »

Lui-même né dans une famille juive ashkénaze, Benjamin H. Freedman, affirme dans son livre « Les faits sont les faits, la vérité sur les Khazars » que les juifs ashkénazes descendent des anciens Khazars, royaume caucasien de l’époque du Moyen Âge, convertis en masse au judaïsme à la suite de leur roi, en l’an 838. Après la destruction du royaume khazar, les nombreux « Juifs » de Russie, et de toute l’Europe orientale, n’étaient plus connus comme « des Khazars », mais comme « les populations yiddish / ashkénaze » de tous ces pays. Cette prise de position intervenait après la publication en 1941 du professeur Abraham N. Poliak, titulaire de la chaire d’histoire à l’université de Tel-Aviv, intitulée « La conversion des Khazars au judaïsme ». Les thèses de Freedman seront reprises plus tard par le journaliste et essayiste d’origine juive hongroise, Arthur Koestler, dans son livre « La Treizième Tribu ».

La théorie connaît un regain d’intérêt avec la publication du livre « Comment le peuple juif fut inventé » de l’historien israélien Shlomo Sand, qui reprend les idées de Koestler pour étayer sa propre thèse, selon laquelle la diaspora juive serait le fruit de conversions successives.

Dans l’Armorial général de Johannes Baptista Rietstap (1828-1891), les armoiries de la famille Schwab se lisent comme suit : « De gueule à la licorne saillante d’argent. Cimier: la licorne, issant. »

La généalogie de Klaus Schwab
Ce qui suit est un long extrait d’un article écrit par le journaliste d’investigation Johnny Vedmore le 20 février 2021, s’intitulant « Schwab Family Values ». J’ai traduit et transcrit ce texte avec l’aimable autorisation de l’auteur : « J’autorise bien une telle entreprise et je vous en remercie. »

Klaus et Hilde Schwab
Klaus et Hilde Schwab

Klaus Martin Schwab – Homme de mystère international

Klaus Schwab accueille les membres du « Club de Davos »
Klaus Schwab accueille les membres du « Club de Davos »

Né le 30 mars 1938 à Ravensburg, en Allemagne, Klaus Schwab était l’aîné d’une famille  normale. Entre 1945 et 1947, Klaus a fréquenté l’école primaire à Au, en Allemagne. Klaus Schwab rappelle dans une interview accordée à l’Irish Times en 2006 que : « Après la guerre, j’ai présidé l’association régionale franco-allemande de la jeunesse. Mes héros étaient Adenauer, De Gasperi et De Gaulle. »

Klaus Schwab et son frère cadet, Urs Reiner Schwab, devaient tous deux suivre les traces de leur grand-père, Gottfried, et de leur père, Eugen, et se formeraient tous deux initialement en tant qu’ingénieurs en machines. Le père de Klaus avait dit au jeune Schwab que s’il voulait avoir un impact sur le monde, alors il devrait suivre une formation d’ingénieur en machine. Ce ne serait que le début des diplômes universitaires de Schwab.

Klaus commencera à étudier pour obtenir sa pléthore de diplômes au Spohn-Gymnasium Ravensburg entre 1949 et 1957, pour finalement obtenir son diplôme du Humanistisches Gymnasium de Ravensburg. Entre 1958 et 1962, Klaus a commencé à travailler avec diverses sociétés d’ingénierie et, en 1962, il a terminé ses études d’ingénieur en mécanique à l’École polytechnique fédérale  (ETH) de Zurich avec un diplôme d’ingénieur. L’année suivante, il a également suivi un cours d’économie à l’Université de Fribourg, en Suisse. De 1963 à 1966, Klaus a travaillé comme assistant du directeur général de l’Association allemande de construction de machines (VDMA), à Francfort.

En 1965, Klaus Schwab préparait également son doctorat à l’EPF de Zurich et rédigeait sa thèse sur le thème : « Le crédit à l’exportation à long terme en tant que problème commercial dans la construction mécanique ». Puis, en 1966, il a obtenu son doctorat en ingénierie de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETH). A cette époque, le père de Klaus, Eugen Schwab, nageait dans des cercles plus grands qu’il n’avait nagé auparavant. Après avoir été une personnalité bien connue à Ravensburg en tant que directeur général de l’usine Escher-Wyss avant la guerre, Eugen sera finalement élu président de la Chambre de commerce de Ravensburg. En 1966, lors de la fondation du comité allemand pour le tunnel ferroviaire du Splügen, Eugen Schwab a défini la fondation du comité allemand comme un projet « qui crée une connexion meilleure et plus rapide pour les grands cercles dans notre Europe de plus en plus convergente et offre ainsi de nouvelles opportunités de développement culturel, économique et social ».

En 1967, Klaus Schwab a obtenu un doctorat en économie de l’Université de Fribourg, en Suisse, ainsi qu’une maîtrise en administration publique de la John F. Kennedy School of Government de Harvard aux États-Unis. Pendant son séjour à Harvard, Schwab a été l’élève de Henry Kissinger, qui, selon lui, faisait partie des 3-4 personnalités qui ont le plus influencé sa pensée au cours de sa vie.Cela nous conduit vers les connexions nucléaires de Klaus.

Nello Celio, Jean Rey, Olivier Giscard d'Estaing, Klaus Schwab capturés lors du European Management Symposium, prédécesseur du Forum économique mondial de Davos en 1975
Nello Celio, Jean Rey, Olivier Giscard d’Estaing, Klaus Schwab capturés lors du European Management Symposium, prédécesseur du Forum économique mondial de Davos en 1975.

…..

En 1967, Klaus Schwab a officiellement fait irruption sur la scène du monde des affaires suisse et a pris la tête de la fusion entre Sulzer et Escher-Wyss, ainsi que des alliances fructueuses avec Brown Boveri et d’autres. En décembre 1967, Klaus s’exprimait lors d’un événement à Zurich devant les plus grandes organisations suisses d’ingénierie mécanique ; l’Association patronale des fabricants suisses de machines et de métaux et l’Association des fabricants suisses de machines.

Dans son discours, il prédirait correctement l’importance d’intégrer les ordinateurs dans l’ingénierie des machines suisses modernes, déclarant que :

« En 1971, les produits qui ne sont même pas sur le marché aujourd’hui devraient représenter jusqu’à un quart des ventes. Cela oblige les entreprises à rechercher systématiquement les développements possibles et à identifier les lacunes du marché. Aujourd’hui, 18 des 20 plus grandes entreprises de notre industrie des machines ont des services de planification qui sont chargés de ces tâches. Bien entendu, chacun doit utiliser les dernières avancées technologiques, et l’ordinateur en fait partie. Les nombreuses petites et moyennes entreprises de notre industrie des machines empruntent la voie de la coopération ou utilisent les services de prestataires de services de traitement de données spéciaux. »

Les ordinateurs et les données étaient évidemment considérés comme importants pour l’avenir, selon Schwab, et cela a été davantage projeté dans la réorganisation de Sulzer Escher-Wyss lors de leur fusion. Le site Internet moderne de Sulzer reflète ce changement d’orientation notable, déclarant qu’en 1968 : « Les activités de technologie des matériaux sont intensifiées [par Sulzer] et forment la base des produits de technologie médicale. Le changement fondamental d’une entreprise de construction de machines à une entreprise technologique commence à devenir évident. »…..

Une arme nucléaire sud-africaine entreposée.
Une arme nucléaire sud-africaine entreposée.

Plutonium et Pretoria

Escher-Wyss a été le pionnier de certaines des technologies les plus importantes de la production d’électricité. Comme le souligne le département américain de l’Énergie dans son article sur le développement du cycle de Brayton au CO2 supercritique (CBC), un dispositif utilisé dans les centrales hydroélectriques et nucléaires, « Escher-Wyss a été la première entreprise connue à développer les turbomachines pour les systèmes CBC à partir de 1939. » Poursuivant en affirmant que 24 systèmes ont été construits, « Escher-Wyss concevant les cycles de conversion de puissance et construisant les turbomachines pour tous sauf 3 ». En 1966, juste avant l’entrée de Schwab dans Escher-Wyss et le début de la fusion Sulzer, le compresseur à hélium Escher-Wyss a été conçu pour La Fleur Corporation et a poursuivi l’évolution du développement du cycle de Brayton. Cette technologie était encore importante pour l’industrie de l’armement en 1986, les drones à propulsion nucléaire étant équipés d’un réacteur nucléaire à cycle de Brayton refroidi à l’hélium.

Escher-Wyss avait participé à la fabrication et à l’installation de la technologie nucléaire au moins dès 1962, comme le montrent ce brevet pour un « dispositif d’échange de chaleur pour une centrale nucléaire » et ce brevet de 1966 pour un « réacteur nucléaire à turbine à gaz. avec refroidissement d’urgence ». Après que Schwab ait quitté Sulzer Escher-Wyss, Sulzer aiderait également à développer des turbocompresseurs spéciaux pour l’enrichissement de l’uranium afin de produire des combustibles pour réacteurs.

Lorsque Klaus Schwab a rejoint Sulzer Escher-Wyss en 1967 et a commencé la réorganisation de l’entreprise en une société technologique, l’implication de Sulzer Escher-Wyss dans les aspects les plus sombres de la course mondiale aux armements nucléaires est devenue immédiatement plus prononcée. Avant que Klaus ne s’implique, Escher-Wyss s’était souvent concentré sur l’aide à la conception et à la construction de pièces pour les utilisations civiles de la technologie nucléaire, par exemple la production d’énergie nucléaire. Pourtant, avec l’arrivée de l’ardent M. Schwab, l’entreprise a également participé à la prolifération illégale de la technologie des armes nucléaires. En 1969, l’incorporation d’Escher Wyss dans Sulzer était entièrement achevée et ils seraient renommés en Sulzer AG, supprimant le nom historique Escher-Wyss de leur nom.

Il a finalement été révélé, grâce à un examen et à un rapport réalisé par les autorités suisses et un homme du nom de Peter Hug, que Sulzer Escher-Wyss avait commencé secrètement à se procurer et à fabriquer des pièces clés pour les armes nucléaires au cours des années 1960. La société, alors que Schwab était membre du conseil d’administration, a également commencé à jouer un rôle clé dans le développement du programme d’armes nucléaires illégales de l’Afrique du Sud pendant les années les plus sombres du régime d’apartheid. Klaus Schwab était une figure de proue dans la fondation d’une culture d’entreprise qui a aidé Pretoria à construire six armes nucléaires et à en assembler partiellement une septième.

Dans le rapport, Peter Hug a expliqué comment Sulzer Escher Wyss AG (appelé juste après la fusion Sulzer AG) avait fourni des composants essentiels au gouvernement sud-africain et avait trouvé des preuves du rôle de l’Allemagne dans le soutien du régime raciste, révélant également que le gouvernement suisse « était au courant des accords illégaux mais les « tolérait en silence » tout en soutenant activement certains d’entre eux ou ne les critiquait que du bout des lèvres ». Le rapport de Hug a finalement été finalisé dans un ouvrage intitulé: « Switzerland and South Africa 1948-1994 – Final Report of the NFP 42+ commissioned by the Swiss Federal Council » qui a été compilé et écrit par Georg Kreis et publié en 2007. [Voir : Swiss National Science Foundation — (SNSF)]

En 1967, l’Afrique du Sud avait construit un réacteur dans le cadre d’un plan de production de plutonium, le SAFARI-2 situé à Pelindaba. SAFARI-2 faisait partie d’un projet de développement d’un réacteur modéré à l’eau lourde qui serait alimenté à l’uranium naturel et refroidi au sodium. Ce lien avec le développement de l’eau lourde pour la création d’uranium, la même technologie qui avait été utilisée par les nazis également avec l’aide d’Escher-Wyss, peut expliquer pourquoi les Sud-Africains ont initialement impliqué Escher-Wyss. Mais en 1969, l’Afrique du Sud a abandonné le projet de réacteur à eau lourde à Pelindaba parce qu’il drainait les ressources de son programme d’enrichissement d’uranium qui avait commencé en 1967.

En 1970, Escher-Wyss était définitivement et profondément impliqué dans la technologie nucléaire, comme le montre un dossier disponible dans les Landesarchivs Baden-Württemberg. Le dossier présente les détails d’un processus de passation de marchés publics et contient des informations sur les pourparlers d’attribution avec des entreprises spécifiques impliquées dans l’achat de technologie et de matériaux nucléaires. Les entreprises citées sont : NUKEM ; Uhde; Krantz ; Préussag ; Escher-Wyss ; Siemens ; Rheintal ; Leybold; Lurgi ; et le tristement célèbre Transnuklear.

Les Suisses et les Sud-Africains ont entretenu des relations étroites tout au long de cette période de l’histoire, alors qu’il n’était guère facile pour le brutal régime sud-africain de trouver des alliés proches. Le 4 novembre 1977, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait promulgué la résolution 418 qui imposait un embargo obligatoire sur les armes contre l’Afrique du Sud, un embargo qui ne sera complètement levé qu’en 1994.

Georg Kreis a souligné ce qui suit dans son évaluation détaillée du rapport Hug :

« Le fait que les autorités aient adopté une attitude de laisser-faire même après mai 1978 est mis en évidence dans un échange de lettres entre le mouvement anti-apartheid et le DFMA en octobre/décembre 1978. Comme l’explique l’étude de Hug, l’Anti-Apartheid – l’« Apartheid Movement of Switzerland » a signalé des rapports allemands selon lesquels Sulzer Escher-Wyss et une société appelée BBC avaient fourni des pièces pour l’usine d’enrichissement d’uranium sud-africaine, et des crédits répétés à ESCOM, qui comprenaient également des contributions considérables de banques suisses. Ces affirmations ont conduit à se demander si le Conseil fédéral — à la lumière du soutien fondamental de l’embargo de l’ONU, ne devrait pas inciter la Banque nationale à cesser d’autoriser des crédits pour ESCOM à l’avenir. »

Les banques suisses aideraient à financer la course sud-africaine aux armes nucléaires et, en 1986, Sulzer Escher-Wyss produisait avec succès des compresseurs spéciaux pour l’enrichissement de l’uranium.

Klaus et Hilde Schwab (née Stoll) lors de leur mariage en 1971 dans la vallée de Sertig, près de Davos.
Klaus et Hilde Schwab (née Stoll) lors de leur mariage en 1971 dans la vallée de Sertig, près de Davos.

La fondation du Forum économique mondial

En 1970, le jeune arriviste Klaus Schwab écrit à la Commission européenne et demande de l’aide pour mettre en place un « think tank non commercial pour les chefs d’entreprise européens ». La Commission européenne parrainerait également l’événement, envoyant l’homme politique français Raymond Barre agir en tant que « mentor intellectuel » du forum. Raymond Barre, qui était à l’époque commissaire européen aux Affaires économiques et financières, deviendra plus tard Premier ministre français et sera accusé d’avoir tenu des propos antisémites pendant son mandat.

Ainsi, en 1970, Schwab a quitté Escher Wyss pour organiser une conférence de gestion d’entreprise de deux semaines. En 1971, la première réunion du Forum économique mondial – alors appelé European Management Symposium – s’est tenue à Davos, en Suisse. Environ 450 participants de 31 pays prendraient part au premier Symposium européen de gestion de Schwab, principalement composé de dirigeants de diverses entreprises européennes, de politiciens et d’universitaires américains. Le projet a été enregistré comme organisé par Klaus Schwab et sa secrétaire Hilde Stoll qui, plus tard la même année, deviendra l’épouse de Klaus Schwab .

Le symposium européen de Klaus n’était pas une idée originale. Comme l’a déclaré l’écrivain Ganga Jey Aratnam de manière assez cohérente en 2018 : « “Spirit of Davos” de Klaus Schwab était également “Spirit of Harvard”. L’école de commerce n’avait pas seulement défendu l’idée d’un symposium. L’éminent économiste de Harvard, John Kenneth Galbraith, a défendu la société d’abondance ainsi que les besoins de planification du capitalisme et le rapprochement de l’Est et de l’Ouest. »

Il était également vrai que, comme l’a également souligné Aratnam, ce n’était pas la première fois que Davos accueillait de tels événements. Entre 1928 et 1931, les Conférences universitaires de Davos ont eu lieu à l’Hôtel Belvédère, des événements co-fondés par Albert Einstein et qui n’ont été interrompus que par la Grande Dépression et la menace d’une guerre imminente.

Le Club de Rome et le FEM

Le groupe le plus influent qui a stimulé la création du symposium de Klaus Schwab était le Club de Rome, un groupe de réflexion influent de l’élite scientifique et financière qui reflète le Forum économique mondial à bien des égards, y compris dans sa promotion d’un modèle de gouvernance mondiale dirigé par un élite technocratique. Le Club avait été fondé en 1968 par l’industriel italien Aurelio Peccei et le chimiste écossais Alexander King lors d’une réunion privée dans une résidence appartenant à la famille Rockefeller à Bellagio, en Italie.

Parmi ses premières réalisations figurait un livre de 1972 intitulé « Les limites de la croissance » qui se concentrait largement sur la surpopulation mondiale, avertissant que « si les modes de consommation et la croissance démographique du monde continuaient aux mêmes taux élevés qu’à l’époque, la terre atteindrait ses limites d’ici un siècle. » Lors de la troisième réunion du Forum économique mondial en 1973, Peccei a prononcé un discours résumant le livre, dont le site Web du Forum économique mondial se souvient comme ayant été l’événement marquant de cette réunion historique. La même année, le Club de Rome publierait un rapport détaillant un modèle « adaptatif » de gouvernance mondiale qui diviserait le monde en dix régions économiques/politiques interconnectées.

Le Club de Rome a longtemps été controversé pour son obsession de réduire la population mondiale et bon nombre de ses politiques antérieures, que les critiques ont décrites comme étant influencées par l’eugénisme et le néo-malthusien. Cependant, dans le tristement célèbre livre du Club de 1991, « La première révolution mondiale » (The First Global Revolution), il a été soutenu que de telles politiques pourraient gagner le soutien populaire si les masses étaient capables de les associer à une lutte existentielle contre un ennemi commun.

À cet effet, “The First Global Revolution” contient un passage intitulé « L’ennemi commun de l’humanité est l’homme », qui énonce ce qui suit :

« En cherchant un ennemi commun contre lequel nous pouvons nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement climatique, les pénuries d’eau, la famine, etc., feraient l’affaire. Dans leur ensemble et leurs interactions, ces phénomènes constituent une menace commune à laquelle tous doivent faire face ensemble. Mais en désignant ces dangers comme l’ennemi, nous tombons dans le piège, contre lequel nous avons déjà mis en garde les lecteurs, à savoir confondre les symptômes avec les causes. Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine dans les processus naturels, et ce n’est qu’en modifiant les attitudes et les comportements qu’ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi est alors l’humanité elle-même. »

Dans les années qui ont suivi, l’élite qui peuple le Club de Rome et le Forum économique mondial ont fréquemment soutenu que les méthodes de contrôle de la population sont essentielles à la protection de l’environnement. Il n’est donc pas surprenant que le Forum économique mondial utilise de la même manière les questions climatiques et environnementales comme moyen de commercialiser des politiques autrement impopulaires, telles que celles de la Grande Réinitialisation, si nécessaire.


Source 

VOIR AUSSI :

–  Les gens « très peu sympas » du Forum Économique Mondial
–  Les Juifs et la victimisation compétitive
–  La dangereuse alliance des Rothschild et du Vatican de François 1er (F. William Engdahl)

Hannibal Genséric

Source : Numidia Liberum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.