Ils n’auraient pas osé des choses pareilles ?

Introduction.

Chers lecteurs, nous vivons actuellement l’apocalypse, c’est-à-dire, le temps du dévoilement. En observant la confusion qui règne dans tous les domaines, nous constatons que les masques tombent et la Vérité se fait jour. Cette excellente nouvelle est la révélation que notre destin NOUS appartient pleinement.

Pour contribuer activement au futur de l’humanité, reprenons confiance en l’Être que nous sommes vraiment et agissons individuellement pour construire collectivement le merveilleux monde de demain. Ce blog, qui traite de « l’écume des choses », a pour ambition de vous y aider.

Si vous désirez être pleinement acteur de « l’ardente obligation » de changer vraiment ce monde, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques, ce sera votre manière de m’aider très concrètement à poursuivre mon travail et améliorer sa qualité.

Sujet du jour Quelques rappels relatifs à la dangerosité des injections.

Les vacances viennent de commencer pour les « juilletistes », ou plutôt, pour les « privilégiés » qui peuvent encore s’offrir des vacances d’été. Mon propos n’est pas de classifier des personnes pour les amener à s’opposer, nos chères « élites » le font très efficacement depuis suffisamment longtemps.

Je souhaite juste vous faire prendre conscience que le bénéfice d’un certain confort de vie, acquis après une somme d’efforts et de sacrifices plus ou moins importants, ne doit pas NOUS (je n’échappe pas à la règle) faire oublier que, parfois, hélas de plus en plus souvent, un « accident de la vie » fait s’écrouler le bel édifice de « notre réussite ».

Notre vie occidentale : technologique, superficielle, stressante, artificielle… nous fait oublier le principe universel de l’impermanence des choses : « Le monde et tout ce qu’il contient sont provisoires ». C’est la notion bouddhique du « Anitya » en sanskrit ou du « Anicca » en pali. Notre culture, principalement judéo-chrétienne, nous fait appréhender la mort comme notre fin, générant une peur panique et le refus de l’accepter. Pourquoi la craindre, alors qu’elle n’est que le passage d’un état d’être à un autre ?

Nous trouvons « normal » de voir un tronc d’arbre mort, autour duquel se dressent de vigoureuses nouvelles pousses. Nous admettons parfaitement qu’une chenille meurt en se transformant en papillon. Pourquoi donc refusons-nous de mourir, pour donner naissance à « autre chose ». Notre « mort » est le point de départ de cet « autre chose ». N’est-ce pas réjouissant ?

Chers juilletistes, je ne vous avais pas oubliés. Vous avez bien que vous êtes… inoubliables . Je vous propose quelques documents que vous aurez tous le temps de lire et analyser tranquillement… à vos « moments perdus ». Non seulement, ils ne seront pas perdus du tout, ces moments, mais l’analyse de ces documents vous sera fort utile… à la rentrée. Je sens poindre une réelle curiosité chez beaucoup d’entre vous !!!

Soyez bien conscients que dans quelques semaines, dans quelques mois tout au plus, disons… avant la fin de l’année… une campagne « d’injection de produits expérimentaux » massive, jeunes enfants compris, va être promue avec vigueur par le gouvernement. Je n’exclus pas « l’incitation obligatoire » à cette « tuerie organisée ». Cela va être le moment de « juger sur pièce » l’engagement des nouveaux députés que vous venez d’élire. Beaucoup de masques vont tomber à cette occasion.

Pour que vous ayez une meilleure connaissance de choses, si soigneusement occultées par nos chers « merdias », voici quelques éléments qui vous permettront d’alimenter vos réflexions au moment de prendre votre décision de subir (ou pas) la prochaine « injection perlimpinpinesque » (avant les suivantes):

Nos parlementaires (députés et sénateurs), sont mandatés par le peuple (nous) pour « fabriquer la loi » et aussi, autre tâche tellement négligée : CON TRÔ LER le gouvernement !!!

Connaissez-vous l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Composé de dix-huit députés et dix-huit sénateurs, ce « machin » a pour mission, aux termes de la loi : « d’informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique afin, notamment, d’éclairer ses décisions ».

Alors qu’il était présidé par Cédric VILLANI, l’office a rendu public le 9 juin dernier, son rapport sur « Les effets indésirables des vaccins contre la Covid-19 et le système de pharmacovigilance français ». Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est partiel, voire résolument partial :

  • Il auditionne publiquement onze « pro » et seulement trois « anti » ;
  • Il auditionne à huis clos, quarante-neuf « pro» et seulement neuf « anti » ;
  • Pourquoi l’OPECST ne rend-il pas publics TOUS ses débats ?

Vous avez dit partial ?

Parmi les auditions cachées au public, celles de Christine COTTON, biostatisticienne, Emmanuelle DARLES et Vincent PAVAN, enseignants-chercheurs des universités de Poitiers et Marseille. Ces personnalités ont pourtant demandé à pouvoir faire part de leurs travaux pendant l’audition publique du 24 mai dernier. Bien qu’elles se soient rendues devant le Sénat, le jour même de l’audition, elles ont trouvé porte close.

Soucieux de bien fixer les responsabilités, ils ont fait délivrer une sommation interpellative au président de l’OPECST. Grâce à cette procédure juridique, il n’est plus possible aux membres et au président de cette institution de prétendre « qu’ils ne savaient pas ». Un jour viendra, c’est à nous tous de faire en sorte qu’il soit proche, ou les gouvernants et les parlementaires auront des comptes à rendre.

Sachez que des avocats courageux n’hésitent pas à mettre leur carrière en jeu pour défendre le droit à notre libre choix en matière de santé. C’est notamment le cas de l’avocate du barreau de Paris, Virginie de ARAUJO-RECCHIA, que les abonnés aux « Rendez-vous d’Hubert » connaissent déjà pour les nombreuses actions qu’elle a engagées pour NO TRE BIEN. Afin de vous faire « toucher du doigt », voire plus, si affinité , l’importance et la nature de la faillite de nos élites, sachez qu’elle a porté plainte contre des parlementaires pour « empoisonnement, génocide et association de malfaiteurs ». Elle est « gonflée », ne trouvez-vous pas, « l’amie Virginie » ? Tout cela POUR NOUS !!! Grand MERCI, Virginie.

Revenons au rapport de l’OPECST. Le sociologue Laurent MUCCHIELLI, directeur de recherche au CNRS, relève quelques difficultés de réalisme à son sujet :

  • « Importants problèmes méthodologiques dans les essais cliniques ayant conduit à l’Autorisation d’Urgence dès décembre 2020.
  • Opacité des données publiques sur les vaccins qui ne sont ouvertes ni au public ni aux chercheurs, un fait inédit dans l’histoire de la pharmacovigilance française.
  • Chiffres de mortalité alarmants ressortent des bases de données de pharmacovigilance européennes (EMA) qui font état, à ce jour, d’environ 30 000 décès en Europe pouvant être liés au vaccin. En outre, ces bases de données font état de 1 788% d’augmentation des troubles de cycles menstruels, 732% d’augmentation d’AVC et autant de cécité en quelques mois de vaccination que sur 30 années cumulées tous vaccins confondus, plus de 60% de ces effets indésirables graves survenant le jour même de la vaccination».

C’est pourquoi, en compagnie d’universitaires, de chercheurs, de professionnels de la santé et de professionnels du droit( déjà 900 signatures), il demande à l’OPECST de rendre publiques l’ensemble des auditions effectuées pendant ses travaux, par vidéo et par retranscription écrite.

Dans le numéro du 14 avril 2022 des « Rendez-vous d’Hubert », j’ai expliqué comment des scientifiques américains avaient pu obtenir d’un juge, la divulgation par la FDA (l’équivalent de notre agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) des documents du laboratoire PFIZER qui les avaient conduits à la mise sur le marché des « produits injectés ».

Les fameux documents « commencent à parler » et ce qu’ils nous disent est « surprenant »… quoi que !!! Pouvait-on s’attendre à des choses différentes que les « annonces officielles » ??? Les rapports de cas inclus dans les documents d’essais cliniques de Pfizer révèlent une tendance à classer presque tous les effets indésirables et en particulier les effets indésirables graves, comme étant « non liés » au vaccin !!! NON, ils n’auraient pas osé !!! Si, ils ont osé… et le monde politique l’a entériné !!!

Voilà, maintenant vous savez !!! Vous pouvez repartir bronzer à la plage ou vaquer à d’autres activités estivales. C’est à vous seul qu’il appartiendra de prendre, en conscience, « la bonne » décision lorsque nos élites vont « remettre le couvert » en vous demandant de subir la « X ième dose » pour vous …et/ou pour vos enfants.

« L’individu est handicapé de se retrouver face à une conspiration si monstrueuse qu’il ne peut croire qu’elle existe »

(John Edgard Hoover)

Chers lecteurs, juilletistes ou pas, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.