Ils habitent près d’une maison abandonnée depuis 10 ans et vivent un cauchemar

201810011399-fullDepuis dix ans, la nature a repris ses droits / Photo DDM

Un peu à l’écart du village de Saint-étienne-de-Tulmont, le chemin des Pradelles est bordé de maisons souvent jolies et bien entretenues, sauf une propriété devenue un no man’s land. Denise et Pascal Bellanger habitent à côté de la maison abandonnée. En 1999, ils achètent leur pavillon et ont pour voisin l’ancien dentiste dont la maison sera rachetée par un Anglais, ingénieur à Toulouse. Denise se souvient : «C’était un homme agréable et passionné de jardinage, il avait rénové la maison avec soin et fait une piscine avec un club house. Son épouse et ses enfants venaient pendant les vacances, c’était joyeux». Malheureusement ce monsieur est décédé en 2008 et la maison est restée en l’état.

La piscine a disparu sous un inextricable roncier

Depuis 10 ans la nature a repris ses droits, la végétation est devenue une jungle inextricable et la piscine a disparu sous un monumental roncier. Les boutures de pyracantha se sont transformées en de redoutables buissons ardents aux épines acérées. Les taillis et les arbres ont largement débordé des clôtures.

«Nous avons dû engager un jardinier pour la clôture»

Le couple de retraités ne sait plus à quel saint se vouer. Les désagréments sont de plus en plus insupportables. «Nous comptons sur nos chiens pour tenir les animaux sauvages à distance mais l’un d’entre eux a été mordu, il est toujours sous antibiotiques». Nous avons dû engager un jardinier qui vient araser la clôture mitoyenne deux fois par mois.

Le portail est régulièrement ouvert…

Un fort sentiment d’insécurité les habite alors qu’ils constatent que le portail de la maison abandonnée est régulièrement ouvert.

En 2017 ils ont été reçus à leur demande par le maire Vincent Teulières qui leur aurait donné son aval pour «nettoyer eux-mêmes la propriété voisine». Denise s’insurge : «A notre âge, il en est hors de question, et puis c’est une propriété privée !». Cette année, quelques rondes de gendarmerie ont été effectuées et le policier municipal est venu fermer le portail, une fois de plus…

Le maire : «Je ne peux qu’user de mon pouvoir de police»

Le maire, Vincent Teulières connaît bien l’épineux problème de la maison abandonnée : «J’ai été sensibilisé aux problèmes des époux Bellanger. À ma demande la gendarmerie s’est rendue plusieurs fois sur place ainsi que le policier municipal. Cette maison fait partie d’une succession dont le dossier est géré en Angleterre. Nous avons fait des recherches pour retrouver les propriétaires mais elles sont restées vaines. Cependant l’impôt foncier est acquitté, nous ne pouvons donc pas engager une quelconque procédure, nous sommes dans le cadre d’une propriété privée. Je ne peux qu’user de mon pouvoir de police aux abords, sur la voie publique uniquement.»

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.