Il voulait décorer le mur de son baraquement à Bangui Le gendarme reçoit plus de mille cartes postales !

Les forces de sécurité et les gendarmes en premier lieu ont la cote ! Le capitaine Fabrice Bourdiec, en mission à Bangui au sein de l’UETM RCA vient illustrer concrètement ce que disent toutes les études d’opinion.

 

«Il s’agit d’un concours de circonstances involontaire au départ », explique l’officier joint par l’Essor via sa messagerie instantanée. «J’avais posté en privé à mes amis Facebook un message tout simple pour leur demander des cartes postales pour décorer le mur de mon “Corimec” un peu vide ».

Cadre à l’école la gendarmerie de Chateaulin, membre de l’EuroGendFor, Fabrice Bourdiec est arrivé en Centrafrique en septembre pour participer à la mission européenne de formation de l’armée centrafricaine.

 

Le message qu’il poste sur son compte privé va faire le buzz. « Parmi mes contacts, une amie de France Bleu a relayé mon post en écrivant qu’il s’agissait d’un gendarme, et sur sa radio et leur site. Ça a très vite pris d’un média à l’autre : France info, Louise Ekland sur Europe 1, le Télégramme, etc. »

 

« Une fois lancé, je n’avais plus qu’à jouer le jeu. J’ai au total environ 1100 cartes des quatre coins du monde ».

 

Les envois sont le fait des retraités de la gendarmerie, de personnels d’active, d’élèves gendarmes, de

gendarmes adjoints volontaires, de réservistes qui sont fiers de cette aventure. De familles de gendarmes et de militaires aussi.

 

Mais les correspondants ne sont pas seulement français. « Il y a des Américains,

des Australiens, des Britanniques, des Irlandais, des Autrichiens, des Allemands, et des Français du bout du monde vivant au Bengladesh, à Bangkok, et j’en passe », souligne Fabrice Bourdiec.

 

« Les gens m’adressent des courriers en nombre mais ils s’adressent aux forces de sécurité, militaires, gendarmes, policiers, etc. Tous ceux vers qui ils ont besoin de se tourner aujourd’hui plus que jamais et qu’ils veulent aussi remercier d’être là sur ou hors du territoire national », s’émeut-il.

La teneur des messages ?

 

«Globalement : bravo ! nous sommes fiers de ce que vous faites pour nous, nous pensons à vous», résume l’officier. Mais la mission prime et Fabrice Bourdiec, malgré les sentiments qu’il porte à ses correspondants, n’entend pas se laisser déborder par son succès involontaire : « toutes les belles choses doivent avoir une fin et la beauté réside aussi dans le côté éphémère du phénomène».

Bourdiec

Sur cette photo qu’il nous a adressée via Facebook, le capitaine Bourdiec pose devant le mur de son logement désormais décoré de plus de mille cartes postales qui sont autant d’hommages aux forces de sécurité.

 

Source : L’Essor

 

Note de la rédaction de Profession-Gendarme:

Le 30 novembre 2016 nous avons déjà publié un article concernant concernant ces faits sous le titre “Cartes Postales : Le gendarme fait le Buzz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *