Il se fait contrôler sans permis et positif au cannabis… quatre fois en quinze jours !

Photo d'illustration. - Archives Eric Roger

Les gendarmes n’ont pas dû en croire leurs jumelles… Le 23 juillet dernier, ils ont interpellé un jeune homme au volant d’une Opel Corsa sur l’autoroute A20 à hauteur de Bessines, alors qu’il roulait à 157 km/h au lieu de 130.

Classiquement, les forces de l’ordre le contrôlent. Le jeune conducteur s’avère rouler sans permis et sous l’emprise du cannabis. Il repart avec une convocation devant la justice et sa voiture est immobilisée.

Mais deux jours plus tard, rebelote. Le garçon de 23 ans est retourné chercher sa voiture et recommet les mêmes infractions, toujours sans permis, toujours avec un taux de THC positif.

Comportement dangereux

Jamais deux sans trois ? Le 1er août, il réitère… et invente un nouveau proverbe : “jamais trois sans quatre”, le 4 août ! Ce qui devait arriver arriva et le conducteur – qui ne devrait pas en être un – a fini en garde à vue avant d’être présenté en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Limoges, jeudi 14 août.

« Ces deux jours de prison, ça m’a mis une calotte »

Malgré ces faits d’une grande bêtise, c’est un jeune homme visiblement intelligent, ancien compagnon à la carrière prometteuse, qui a fait face aux juges.

« Difficile de se faire une opinion sur Monsieur qui paraît pourtant sensé mais dont le comportement est dangereux », résume le parquet.

L’intéressé explique ses infractions par une vie personnelle d’une grande complexité, entre des problèmes familiaux importants et des ennuis de santé assez graves. « J’en avais marre de tout, je n’avais plus peur du danger… Mais ces deux jours de prison, ça m’a mis une calotte. Et je suis conscient de la dangerosité de mon comportement. »

Soupir de soulagement

Le jeune homme, qui vit chez des amis, a poussé un gros soupir de soulagement quand le président du tribunal Patrice Deyrat lui a annoncé qu’il ne retournerait pas en prison le soir même.

Néanmoins, il a été condamné, jeudi, à six mois de prison dont quatre assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans, avec l’obligation de se soigner pour le cannabis et de travailler.

Il devra également payer 300 € pour l’excès de vitesse et le non-respect de l’immobilisation du véhicule.

Source : Le Populaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.