Hillion Côtes-d’Armor. Ils jouent avec des armes factices, la gendarmerie déploie les gros moyens

Les gendarmes ont déployé d’importants moyens près de Saint-Brieuc, mercredi 17 août, après le signalement d’hommes armés. Il s’agissait de jeunes jouant avec des armes factices.

Les gendarmes ont déployé d'importants moyens près de Saint-Brieuc, mercredi 17 août, après le signalement d'hommes armés en bord de route. Il s'agissait en réalité de jeunes jouant avec des armes factices. (Photo d'illustration : Wikimedia commons)
Les gendarmes ont déployé d’importants moyens près de Saint-Brieuc, mercredi 17 août, après le signalement d’hommes armés en bord de route. Il s’agissait en réalité de jeunes jouant avec des armes factices. (Photo : Le Penthièvre)

D’importants moyens ont été déployés par la gendarmerie à Hillion, près de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), mercredi 17 août 2016, dans la soirée. Un automobiliste a prévenu les gendarmes vers 20 heures après avoir vu un homme armé sur le bord de la route départementale 80 Hillion-Yffiniac, rapporte France Bleu Armorique. Après vérification, il s’agissait en fait de jeunes jouant avec des armes factices.

Des armes plus vraies que nature

Lors de son appel, l’automobiliste précise aux gendarmes avoir également vu une personne au sol, près d’une voiture, ainsi qu’une femme. Prenant très au sérieux cette alerte, 17 militaires sont dépêchés sur place. Sur les lieux, les gendarmes ne trouvent plus trace des individus signalés. Alors que le commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Brieuc s’apprête à faire intervenir l’hélicoptère, un riverain précise aux militaires avoir également vu des gens armés. En l’occurrence des jeunes, qui jouaient à un jeu de rôle avec des armes factices, notamment une réplique airsoft d’un fusil M24, précise Le Penthièvre.

Une procédure va être engagée contre le propriétaire du fusil factice, un jeune homme de 18 ans. Son arme va être détruite. Si de telles armes, qui ressemblent fortement à des armes réelles, sont bien autorisées, le commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Brieuc a précisé à France Bleu Armorique que « les jeunes ont évidemment le droit de jouer mais pas avec une telle arme sur le domaine public ».

Source : Le Ploermelais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.