Guerre, conflit et ennemis de la vérité

par Michael Brenner.

La frénésie engendrée par le conflit ukrainien renforce une mentalité de troupeau qui nécessite une réflexion critique.

La perception exacte, le langage précis et l’objectivité sont les premières victimes des guerres et des conflits. Et pour cause. L’émotion éclipse la raison. Le prisme « nous/ils » réfracte et déforme nos pensées. L’individu est emporté par l’humeur collective. La frénésie gronde juste sous la surface.

Les expériences de guerre et de conflit ne sont cependant pas uniformes. Elles varient. Quel sang est versé, en quelle quantité ? Sommes-nous les protagonistes directs ou simplement les partisans empathiques de certains combattants ? Dans quelle mesure et pourquoi nous identifions-nous à un camp ? À quel point haïssons-nous l’autre camp ? Notre moi collectif est-il vulnérable ou confiant ? Quel est le niveau d’anxiété préexistant ?

Par conséquent, chaque situation est particulière. La réponse subjective d’un pays et son comportement peuvent donc être très révélateurs.

Malheureusement, l’observation est floue et sélective. Nous sommes de piètres témoins de nous-mêmes. Parfois, nous n’obtenons jamais le recul nécessaire pour rendre compte clairement de ce qui s’est passé, de ce que nous avons ressenti et de ce que nous avons fait. Curieusement, plus l’expérience est singulière, moins on est enclin et capable d’y réfléchir.

C’est le cas dans l’affaire actuelle de l’Ukraine. Cette particularité est en soi remarquable. Car cela n’est pas dû à l’indifférence, bien au contraire. Washington est le producteur et le metteur en scène en puissance de ce drame, ainsi que la co-star.

Le trait qui réclame notre attention critique est la frénésie que le conflit ukrainien a engendrée. Et ce, malgré l’absence de présence militaire américaine, l’absence d’intérêt national évident de premier ordre en jeu et l’éclatement du conflit à un moment où l’on aurait pu penser que l’appétit du pays pour ce genre de choses était rassasié par deux décennies de guerres sans fin et ratées dans presque toutes les régions du monde.

Ma principale préoccupation ici n’est pas de répondre à la question du « pourquoi ». J’ai essayé d’y répondre dans de précédents commentaires ici et ici. L’objectif est plutôt de mettre en évidence les caractéristiques de la personnalité nationale collective des États-Unis qui sont mises en évidence par notre réaction aux événements.

Hypocrisie

L’air en est chargé. La réaction émotionnelle excessive aux événements, concentrée à DC, se répand dans tout le pays – d’un océan à l’autre. Comme d’habitude, ce sont les médias et les politiciens qui prennent les devants et donnent le ton.

La sympathie pour la souffrance humaine est admirable lorsqu’elle est authentique et qu’elle est l’expression d’une préoccupation sensible et empathique, lorsque nous sommes touchés par l’occasion et pas seulement par le rituel. Honorer les victimes de fusillades de masse, d’attentats haineux et de catastrophes naturelles est émouvant et, en un sens, rassurant.

Aujourd’hui, nous assistons à un déferlement de sentiments sur le sort des Ukrainiens. Le plus frappant est la multiplication des veillées, des séances de prière et des protestations dans les universités. Des démonstrations de sentiments de cette ampleur devraient nous amener à réfléchir à leur pleine signification. Voici quelques éléments à prendre en considération.

Les pertes civiles en Ukraine sont relativement peu nombreuses. Malgré les efforts considérables déployés pour en trouver, le nombre réel de morts semble être de l’ordre de 300 à 400, selon un décompte de l’ONU.

Pour de bonnes raisons, les forces russes essaient, par calcul, d’éviter les attaques contre les centres urbains. Après tout, 40% de la population est russe et concentrée dans les régions où se déroulent les combats. En outre, Moscou affirme qu’elle n’a aucun intérêt à soumettre le pays à sa domination.

En comparaison, l’armée ukrainienne a bombardé les centres-villes de Lougansk et de Donetsk, faisant 440 victimes (77 morts et 363 blessés) selon une agence de l’ONU depuis le début de l’intervention militaire russe. De plus, le système d’approvisionnement en eau a été détruit. Depuis 2014, pas moins de 13 000 personnes ont été tuées dans le Donbass. Pourtant, ces faits ne sont pas rapportés et passent inaperçus dans l’absence totale de présence des médias dans une zone qu’ils ont effacée de leur carte journalistique.

Une perspective plus large est instructive. Pendant la semaine de combat en Ukraine, un plus grand nombre de civils innocents sont morts dans d’autres endroits à cause des actions américaines.

Au Yémen, les bombardements saoudiens incessants et l’étranglement des régions houthies continuent de faire des ravages : par les armes, par la famine, par la maladie. Ce carnage n’aurait pu avoir lieu sans l’implication directe de l’armée américaine.

Bien que la contribution américaine ait diminué depuis environ un an, les États-Unis continuent de jouer un rôle considérable dans l’assaut saoudien. Des officiers américains ont siégé dans les postes de commandement de l’armée de l’air en Arabie saoudite pour déterminer les cibles, des avions américains ont ravitaillé les avions saoudiens qui, autrement, n’auraient pas pu atteindre leurs cibles, ils ont fourni les armes et les munitions marquées « Made In USA ».

Les États-Unis ont également participé à l’embargo qui a empêché la nourriture et les médicaments de parvenir aux nécessiteux. La famine a augmenté de façon incommensurable le nombre de victimes. Au cours des six dernières années, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, mutilées ou rendues invalides par la maladie.

Le carnage au Yémen dont les États-Unis sont complices n’a rien à voir avec la défense d’un quelconque intérêt national américain ou la suppression d’une quelconque menace. Sa seule rationalisation est un calcul douteux selon lequel mettre nos bras autour des épaules du boucher Mohammed bin-Salman à Riyad vaut la souffrance massive des innocents yéménites.

Au moins 15 personnes, dont des enfants, ont été tuées lorsqu’une frappe aérienne de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite a touché une maison dans la ville de Taiz, dans le sud-ouest du pays, en avril 2018.

Cette décision a été prise par le président Barack Obama et son vice-président Joe Biden, réaffirmée par le président Donald Trump. Elle se poursuit à ce jour sous la présidence de Biden – le grand humanitaire qui a versé de copieuses larmes de crocodile pour l’Ukraine.

Pourtant, on peut toujours chercher une veillée, une veillée funèbre, un service commémoratif pour honorer les victimes du manque de respect du gouvernement américain pour la vie humaine au Yémen. Il n’y a certainement pas d’excuses pour les orphelins, les veuves et les invalides. Le sang sur les mains américaines est invisible, le sang sur les mains russes subit un examen microscopique. L’hypocrisie en majuscules.

Les règles de qui ?

Examinons l’ensemble du dossier pour voir ce qu’il dit de l’attitude des États-Unis à l’égard du droit, d’un « ordre international fondé sur des règles » et des actes criminels. Les États-Unis ont envahi et occupé l’État souverain de l’Irak sans aucun mandat légal, sans aucune revendication légitime – aussi exagérée soit-elle – d’autodéfense, et sans l’approbation du peuple irakien.

Résultat : des dizaines de milliers de personnes tuées directement par l’armée américaine et ses mercenaires ; des centaines de milliers de personnes tuées dans les violences qui ont suivi, et un nombre incalculable de blessés. Les colonies ont été rasées et transformées en paysages lunaires : Fallouja (deux fois), Mossoul, Raqqa, des parties de Bagdad et de nombreuses petites villes.

À eux seuls, les Marines américains ont tiré plus de 20 000 obus d’artillerie sur la ville densément peuplée de Mossoul, sans compter les semaines de bombardements aériens. Empathie ? Le gouvernement américain a attendu trois ans avant d’« admettre » à contrecœur que 483 civils sont morts à Mossoul. Selon les normes appliquées à l’Ukraine, ce dernier chiffre aurait été porté à un million environ. En fait, le véritable chiffre a été estimé entre 9000 et 11 000 civils tués.

Ensuite, il y a l’État islamique. Les États-Unis sont responsables de son existence même et, par conséquent, de ses actes macabres. Il a vu le jour dans la prison (Camp Bucca), mise en place par le général Stanley McCrystal, où des milliers de personnes ont été rassemblées sans discernement et enfermées ensemble. Ces conditions sinistres ont constitué le terreau de ses dirigeants et leur terrain de recrutement.

En Afghanistan, la soif de vengeance du 11 septembre nous a poussés à passer 20 ans à générer un chaos violent – dont 19 ans de chaos dirigé contre les Taliban, et non contre Al-Qaïda. À ce jour, il n’existe aucun rapport indiquant que les Taliban ont tué un seul Américain en dehors de l’Afghanistan.

Les États-Unis ont tué des dizaines de milliers de personnes et infligé des souffrances à beaucoup d’autres. Maintenant, dans le sillage de la fuite honteuse des États-Unis, le pays est affamé. Des femmes désespérées vendent leurs reins à des trafiquants d’organes afin de pouvoir nourrir leurs enfants.

Une société décente, avec une personne intègre à sa tête, inviterait l’une de ces femmes à assister au discours du président sur l’état de l’Union en tant qu’invitée d’honneur – peut-être assise à côté de la première dame Jill Biden et de l’ambassadeur ukrainien. Un tel geste symbolique contribuerait davantage à la réputation et à l’influence des États-Unis dans le monde que toutes les gesticulations creuses de la bande d’amateurs maladroits de Biden en matière de politique étrangère.

Nous avons répondu à ces conditions désastreuses en imposant des sanctions économiques. Dans un geste qui devrait être inscrit dans sa propre page d’infamie, l’humanitaire Joe Biden a littéralement volé 7 milliards de dollars d’argent afghan détenus dans des banques basées aux États-Unis et à la Réserve fédérale. Ce n’est pas l’argent des Taliban, et ce n’est pas non plus l’argent de l’État. La plupart appartiennent à de petits commerçants et à des particuliers dont les dépôts ont été transférés à la banque centrale afghane pour être mis en sécurité. Willi Sutton n’a jamais eu la vie aussi belle – et il n’était pas non plus moralement assez grossier pour se vanter de ses instincts humanitaires.

Enfin, n’oublions pas le soutien total et sans faille des États-Unis aux campagnes sanglantes répétées d’Israël pour « tondre le gazon » dans les territoires palestiniens illégalement occupés. Là-bas, chaque « tonte » fait des milliers de victimes. Là-bas, les écoles, les hôpitaux et les bureaux des journalistes désobéissants sont effectivement pris pour cible.

L’acte d’accusation est long. Nous n’avons même pas abordé le régime de torture que les États-Unis ont organisé à l’échelle mondiale – en violation explicite du droit international, des traités et des lois américaines, également. Un « ordre international fondé sur des règles », en effet.

Tous les peuples victimisés, négligés et oubliés qui sont mentionnés ci-dessus ont un trait commun. Je laisse à votre imagination le soin de trouver lequel. Un indice : ajoutez-y les Bosniaques ?

Mensonge
Biden parle de l’Ukraine à la Maison Blanche. (Capture d’écran de Ruptly)

Le mensonge est le serviteur de l’hypocrisie.

Nous, Américains, nous sommes progressivement habitués au mensonge et à la tromperie de la part de nos dirigeants, qu’ils soient au gouvernement ou dans d’autres grandes institutions puissantes. Nous appelons cela de la désinformation, car le mot « mensonge » est souvent trop brutal pour nos yeux et nos oreilles sensibles. Le New York Times a d’ailleurs pour règle stricte de ne pas utiliser le mot « mensonge ». Même Donald Trump n’a jamais « menti » aux yeux de ses rédacteurs. En un sens, nous nous sommes habitués au mensonge, tant il est banal. Seuls les innocents incurables croient ce que leur disent les candidats politiques ou les fournisseurs de gadgets électroniques.

En outre, la frontière entre vérité et fiction est devenue si floue que la réalité a perdu une grande partie de sa prééminence. Tout, nous dit-on, est subjectif ; ce que vous voulez croire est la vérité. Ainsi, en dépit de l’énorme mensonge accumulé par la CIA, le Pentagone, le département d’État et les porte-parole de la Maison Blanche au fil des ans, les médias grand public avalent tout ce qui leur est vendu, puis le reconditionnent sous forme de reportage et nous le vendent mot pour mot.

En voici un exemple frappant. Le 2 mars, on a demandé à Biden si les forces russes ciblaient délibérément des zones civiles en Ukraine, le président a répondu : « Il est clair que oui ». Un mensonge pur et simple – repris et transmis sans commentaire. Le hic, c’est qu’il s’agit du même mensonge que celui diffusé par les médias depuis des jours. Un mensonge à double sens entre le chef de l’exécutif et le soi-disant quatrième pouvoir. Confortable. Ceux qui savent mieux seront tenus à l’écart – des non-personnes.

Ainsi, nous lisons dans l’auguste New York Times que la Russie lance des attaques de missiles sur des villes ukrainiennes, tandis que les pertes civiles augmentent et que l’offensive russe sur Kharkov s’enlise.

Que des absurdités, que des mensonges. Jamais corrigés. Ce ne sont que des sous-titres d’une histoire fictive conçue pour mythifier, divertir et contrôler la pensée. Tout droit sorti de « 1984 », qui a besoin de censure ?

Un corps politique incapable d’énoncer et d’observer des normes éthiques raisonnables de comportement devrait tout de même trouver en lui la force de s’engager dans une discussion et un débat honnêtes sur des questions d’importance nationale supposée. L’Ukraine a montré, une fois de plus, que les États-Unis n’en sont pas capables.

Pourquoi un président ment-il avec autant de désinvolture en public ? Eh bien, d’une part, une longue expérience lui dit qu’il peut s’en tirer. Après tout, la plupart des Américains continuent de prendre pour argent comptant tout ce qu’on leur dit sur la scène internationale, bien que leurs dirigeants leur aient menti et les aient trompés.

Ils ont menti au sujet des ADM en Irak ; ils ont menti sur l’accueil à attendre du peuple irakien, ils ont menti à plusieurs reprises sur l’insurrection, ils ont menti à plusieurs reprises sur la torture, ils ont menti sur la magnifique armée nationale irakienne du général David Petraeus qui s’est enfuie devant Mossoul.

Ils ont menti pendant 20 ans d’affilée sur les progrès réalisés en Afghanistan ; ils ont menti sur nos tractations sournoises avec Al-Qaïda et les groupes djihadistes associés en Syrie, ils ont menti sur le soutien crucial apporté à l’État islamique par la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite. Ils ont également menti en niant la surveillance électronique complète des communications des Américains. Alors pourquoi devrions-nous les croire sur parole lorsqu’ils parlent des événements en Ukraine ? Pourtant, nous le faisons – pour plusieurs raisons.

Pourquoi les croit-on ?
La secrétaire d’État adjointe américaine de l’époque, Victoria Nuland, dans son appel téléphonique ayant fait l’objet d’une fuite.

Premièrement, les Américains sont devenus un peuple crédule. Deuxièmement, ils ont une image de la réalité qui a été façonnée par les médias grand public qui n’accordent aucune valeur à l’exactitude. Troisièmement, les Américains ne sont pas particulièrement intéressés par la vérité. Ce qu’ils veulent, c’est se conformer à l’histoire qu’on leur a racontée, qui fait l’éloge des États-Unis, qu’ils ont été conditionnés à croire, et qui ne met pas à l’épreuve leurs facultés mentales ou ne remet pas en question leurs croyances.

Biden sait tout cela. Sait-il également que la crédibilité américaine en pâtit auprès des autres gouvernements avec lesquels il doit traiter ? Pour paraphraser la diplomate Victoria Nuland : « J’emmerde les Russes ! J’emmerde les Chinois ! J’emmerde les Indiens ! » Et ne prenez même pas la peine d’emmerder nos alliés européens puisqu’ils se sont déjà emmerdés eux-mêmes.

La passion actuelle et l’ampleur des réactions en Occident appellent un examen attentif. Nous sommes ici dans le domaine de la psychologie sociale et du comportement de masse – l’hystérie, parfois, dans ses expressions extrêmes. L’Université Bicocca de Milan a failli annuler un cours sur Fyodor Dostoïevski donné par un professeur italien. L’orchestre philharmonique de Munich a renvoyé son célèbre chef d’orchestre russe Valery Gergiev, parce qu’il refuse le diktat qui veut qu’il critique le président russe Vladimir Poutine et l’invasion de l’Ukraine. Ils sont secondés par les orchestres de Rotterdam, New York, Vienne et la Scala qui ont annulé tous ses engagements. Le silence n’est pas toléré.

Peter Gelb en 2010. (Peabody Awards – The Metropolitan Opera : Live in HD Series, CC BY 2.0, Wikimedia Commons).

Tout aussi scandaleux, la célèbre soprano Anna Netrebko a été contrainte de renoncer à se produire à l’Opéra de Zurich parce qu’elle est considérée comme irrémédiablement entachée par le fait d’avoir reçu de Poutine un prix pour une réalisation artistique et d’avoir voté pour lui lors d’une élection antérieure.

Résidant depuis longtemps à Vienne, mariée à un baryton uruguayen, elle a en fait publié une déclaration condamnant la guerre comme une « agression » insensée et appelant « la Russie à y mettre fin immédiatement ». Même cela n’a pas brisé la glace de l’Inquisition. Le directeur général du Met de New York, Peter Gelb, qui a assumé l’autorité du Gauleiter de New York pour la pureté culturelle, a déclaré que « dénoncer la guerre n’est pas suffisant ».

On peut supposer qu’il souhaite que Netrebko s’arme du couteau de Madame Butterfly, grimpe sur les murs du Kremlin et éviscère Poutine en pyjama. La menace d’annuler ses apparitions au printemps est aussi logique que l’annulation des représentations d’Itzhak Perlman au Carnegie Hall parce qu’il a dîné avec Bibi Netanyahou en pleine période de ravage à Gaza et qu’il y a serré la main du vice-Premier ministre raciste Avigdor Lieberman, dont la solution au problème palestinien consiste à expulser tous les Arabes de Terre sainte dans le désert, c’est-à-dire la solution arménienne.

Si les collègues de longue date de Netrebko dans le monde de la musique avaient des principes ou du cran, ils lanceraient un ultimatum : cessez sa persécution ou nous boycotterons tous la saison entière du Met. Bien sûr, cela n’arrivera jamais – de nos jours, toutes les sphères de la société occidentale sont envahies par la lâcheté.

Ces éminents personnages rejoignent ainsi les rangs des ignorants comme les restaurateurs qui rebaptisent la sauce russe en sauce ukrainienne et le bœuf Stroganoff en bœuf Zelensky. Il existe un précédent : en 2001, les solons du Congrès américain ont modifié leur menu pour remplacer les innommables frites françaises par les Frites de la Liberté parce que le président français Jacques Chirac ne pensait pas que l’invasion de l’Irak était une bonne idée. Et pendant la Première Guerre mondiale, la choucroute est devenue le Chou de la Liberté. Nous avons à faire à des enfants.

Ensuite, il y a le gouvernement tchèque qui a publié un décret déclarant qu’exprimer une opinion favorable à l’intervention russe est un crime qui vous rendra passible de poursuites et d’emprisonnement. Même le régime de Prague est dépassé par ce coup porté à la paix et à la liberté : la Fédération internationale des Félins (FIFe) a ordonné mardi l’interdiction d’importer des chats élevés en Russie, vraisemblablement partout dans le monde. « Aucun chat élevé en Russie ne peut être importé et enregistré dans un livre de pedigree de la FIFe en dehors de la Russie, quelle que soit l’organisation qui a délivré son pedigree », a déclaré le conseil de la FIFe dans un communiqué.

Pour chercher une explication à ce comportement, il faudrait plonger dans les profondeurs troubles de l’esprit humain. Cela dépasse le cadre de cet essai.  Mais quelques idées me viennent à l’esprit.

L’une d’elles est que cette réaction excessive peut être motivée en partie par des sentiments cachés de culpabilité à l’égard de l’abstention irresponsable de l’Occident qui n’a pratiquement rien fait pour empêcher ou même atténuer les atrocités commises en Bosnie et au Rwanda. Le silence, alors, était d’or.

Peut-être ces sentiments ont-ils été renforcés par les excès de la « guerre contre le terrorisme » américaine, dont les Européens ont été les complices en Irak, en Afghanistan, en Syrie et au Yémen. Outre la fourniture d’une aide tangible, chaque gouvernement de l’OTAN a été complice du programme de restitutions, d’une manière ou d’une autre – à la seule exception de la France.

Un deuxième point de conjecture, lié au premier, est que ces personnes ont vécu des vies « non morales » dans un environnement éthiquement stérile. En d’autres termes, ils n’ont jamais été placés dans des circonstances où ils ont été confrontés à des choix moraux difficiles – où ils ont dû affirmer par l’action les idéaux et les vertus auxquels ils adhèrent nominalement.

À un certain niveau, certaines de ces élites éclairées et bien éduquées ont ressenti ce vide à des degrés divers. Soudain, une occasion en or de le faire se présente. De le faire sans douleur ni coût sérieux, avec le soutien mutuel d’une grande constellation de compagnons cosmopolites.

Il peut y avoir des conséquences fâcheuses, mais dans le moment d’exaltation, elles sont sublimées. Le seul point négatif qui peut entrer dans les marges de la conscience est que les gens vont geler ou transpirer dans le noir. Même dans ce cas, les élites fortunées trouvent des moyens d’éviter de geler ou de transpirer.

Comme c’est souvent le cas à l’heure actuelle, le « problème » ne se situe pas à l’extérieur, mais plutôt en nous-mêmes.

Pensée de groupe

Les Américains sont fiers de leur indépendance, de leur individualisme et de leur autonomie en tant que citoyens. Il fut un temps où il y avait peut-être un semblant de vérité à cela. Ce temps est révolu.

Les États-Unis ont depuis longtemps atteint une mentalité de troupeau. Le scepticisme et l’application d’une logique élémentaire et commune ne sont plus que des souvenirs et des légendes. La publicité commerciale, la télévision et l’abrutissement de l’éducation ont fait leur travail. Le débat public sur les questions d’intérêt public est superficiel et diminue régulièrement d’année en année. Nos dirigeants sont à la fois un effet et une cause renforçant ce phénomène.

Il est beaucoup plus facile, beaucoup plus confortable et plus commode d’habiter un monde collectif de fable et de fantaisie. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne l’identité nationale et les relations des États-Unis avec le monde.

Au fur et à mesure que le fossé entre le monde imaginaire et le monde réel se creuse, le besoin de renforcement par le consensus se fait plus fort, et avec lui, l’intolérance à la dissidence. C’est ce qui s’est passé dans la guerre contre le terrorisme et maintenant à l’égard de la Russie et de la Chine.

Une anecdote illustrative : Certains de mes récents commentaires ont suscité un nombre inhabituellement élevé de réponses. Deux d’entre elles, reçues la semaine dernière, méritent d’être signalées. Elles émanent toutes deux d’ambassadeurs à la retraite avec lesquels j’avais eu des échanges amicaux auparavant, l’un d’entre eux portant un nom que beaucoup d’entre vous reconnaissent pour ses réalisations remarquables dans le passé. Il écrit de façon peu diplomatique :

« Combien avez-vous été payé pour écrire ceci ? Vous allez perdre le peu de crédit qu’il vous reste en tant qu’universitaire sérieux ».

L’autre diplomate retraité écrit ceci :

« Pardonnez-moi, mais vous ressemblez à un certain nombre de vieux agents du service extérieur, de soi-disant « experts russes » en politique étrangère stratégique, avec lesquels j’ai perdu patience. Nous ne sommes PLUS au XXe siècle, les générations, l’histoire et la modernité ont progressé … Ce n’est pas la Russie historique humiliée dans l’abstrait qui choisit d’envahir l’Ukraine maintenant, c’est Vladimir Poutine en particulier …  Il s’agit de l’homme, plus que du pays ou de ses intérêts et de son gouvernement. Le principal problème est que tant notre droit que l’ordre public international n’ont jamais été capables de traiter avec des dirigeants vieillissants endommagés, peu sûrs d’eux et délirants a priori !!! »

Ainsi va la vie.

source : Consortium News

traduction Réseau International

Source : Reseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.