Guerlédan 2015. Les gendarmes ont inspecté le fond du lac


Les gendarmes inspectent le lac de Guerlédan par OuestFranceFR

Une opération militaire était organisée mercredi après-midi avec un hélicoptère de la gendarmerie et deux équipes au sol. Ils ont passé tout le lac en revue.

Mercredi, vers 14 h 30. Une opération de repérage était organisée mercredi après-midi avec un hélicoptère de la gendarmerie et deux équipes au sol. Ils ont passé tout le lac en revue. « Notre mission est de sécuriser au maximum les différents points d’accès au lac et d’identifier d’éventuels objets qui le nécessiteraient », détaille le capitaine Patrick Camlann de la compagnie de Guingamp.

Pas le temps de s’attarder. Entre deux averses, l’hélicoptère embarque le capitaine et son adjoint. À eux d’observer et de guetter. Deux équipes au sol suivent en voiture. A la moindre alerte venant du ciel, ils devront descendre au fond du lac. « Il y a des zones inaccessibles. Ce sont celles qui nous intéressent. C’est là que nous allons porter notre attention, dans le creux du lac », ajoute le capitaine Patrick Camlann. À défaut de pouvoir se rendre au fond du lac, encore marécageux, les militaires géolocaliseront les objets découverts. « Afin de les retrouver quand l’assèchement sera optimal. »

En attendant, la prospection se fait au pas de course. Les deux véhicules de gendarmerie filent vers le rond-point du lac, le site de Mûr-de-Bretagne. L’hélicoptère passe au fond. Le plus près possible du sol. « Disons entre 50 et 100 mètres », note le capitaine. Impressionnant pour les touristes. La routine pour les gendarmes.

Beau Rivage, Trégnanton, Bon Repos… L’équipe Costarmoricaine se déplace au son de l’appareil. À peine le temps de sortir qu’il faut déjà repartir.

16 h. L’hélicoptère repart. Ni chemin de traverse, ni objet découvert. « Le survol n’apporte pas d’éléments probants, conclu le capitaine. Nous allons visualiser le film que nous avons fait, retravailler dessus… A priori, nous ne sommes pas trop mal. Nous avons découvert beaucoup de carcasses de bateaux mais, c’est relativement propre. Il n’y a rien au niveau judiciaire qui nous a interpellés. »

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.