Griveaux dénonce les « contre-vérités » du rapport du Sénat sur l’affaire Benalla

16704030

Benjamin Griveaux, le 4 janvier. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le porte-parole du gouvernement, qui concède ne pas avoir lu en intégralité le rapport, annonce que « l’Elysée aura l’occasion d’apporter des réponses factuelles, rapidement ».

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dénoncé mercredi 20 février « beaucoup de contre-vérités » dans le rapport d’enquête du Sénat sur l’affaire Benalla, du nom de l’ex-chargé de mission d’Emmanuel Macron.

« L’Elysée aura l’occasion d’apporter des réponses factuelles sur manifestement beaucoup de contre-vérités qui se trouvent présentes dans le rapport » a-t-il déclaré, précisant ensuite que cela sera fait « rapidement », mercredi ou jeudi.

La commission d’enquête a dénoncé des « dysfonctionnements majeurs » au sein de l’Elysée dans cette affaire.

« Réunir les éléments factuels »

Le porte-parole du gouvernement, qui a concédé ne pas avoir lu personnellement en intégralité le rapport, a précisé que « le président de la République n’a[vait] pas évoqué ce sujet » lors du conseil des ministres qui a eu lieu au même moment que la présentation du compte-rendu sur l’affaire Benalla au Sénat.   « Souffrez que nous ne cédions pas à l’urgence du moment […] le temps de réunir les éléments factuels pour répondre à des contre-vérités. […] Je ne vais pas commenter un rapport que je n’ai lu », a ajouté le ministre.

Capture d’écran 2019-02-20 à 23.06.31Capture d’écran 2019-02-20 à 23.06.49« Nous sommes très attachés à la séparation stricte des pouvoirs dans notre pays […] Mais je trouve curieux que les assemblées aient à se prononcer sur l’organisation du pouvoir exécutif. Si le pouvoir exécutif se prononçait sur l’organisation du travail des assemblées, on crierait à la fin de la séparation des pouvoirs », a par ailleurs regretté Benjamin Griveaux qui a toutefois concédé ne pas avoir lu le rapport.

Source : L’Obs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.