Gilets jaunes : un défilé pacifique ce samedi à Commercy

Entre 100 et 150 personnes ont répondu à l’appel au rassemblement des Gilets jaunes de Commercy ce samedi. Elles ont entamé une marche en soutien aux blessés lors des manifestations.

un-cortege-de-100-a-150-manifestants-a-defile-dans-le-calme-a-commercy-ce-samedi-photo-er-1549135538Un cortège de 100 à 150 manifestants a défilé dans le calme à Commercy ce samedi. Photo ER

L’appel au rassemblement avait été lancé au lendemain d’une rencontre entre des représentants des Gilets jaunes, le maire de Commercy et le sous-préfet. Il s’agissait alors de prévenir une éventuelle démolition du chalet de la solidarité installé place Charles-de-Gaulle en appelant les Commerciens à signer une pétition réclamant le maintien de la cabane. Depuis, à ce premier objectif s’est ajouté le soutien des Gilets jaunes commerciens aux blessés lors des manifestations. Il ont aussi dit leur opposition à la répression, une protestation relayée par tous les groupes de Gilets jaunes.

À Commercy, rejoints par des délégations d’autres villes, Gilets jaunes de Toul en tête (Ligny, Pagny, Verdun, Saint-Mihiel, Longeville), les Commerciens ont opté pour une marche dans les rues de la ville ce samedi en début d’après-midi, certains arborant pansement et photos de blessés. Entre 100 et 150 personnes étaient présentes au moment où le cortège s’est ébranlé alors qu’une pluie mêlée de neige commençait à tomber sur la ville.

Emmenée par la banderole des gilets jaune de Toul, cette manifestation a conduit les participants jusqu’aux grilles de la caserne de la compagnie de gendarmerie. Derrière la grille fermée, une dizaine de militaires ont observé stoïquement les manifestants qui se sont rassemblés devant l’entrée.

Manifestants rappelés à l’ordre par d’autres manifestants

Après la lecture d’une déclaration énumérant les blessés et les morts enregistrés depuis le début du mouvement, et rappelant qu’ils se battaient également pour les gendarmes, les manifestants ont réclamé une minute de silence puis ont entonné le Chant des partisans, tout se passant dans le calme. Quelques lanceurs de pétards ont immédiatement été rappelés à l’ordre par les autres manifestants, tous comme ceux qui invectivaient les gendarmes.

Les manifestants devaient faire une halte devant la sous-préfecture puis devant les locaux de la brigade de gendarmerie, sur les marches de l’hôtel de ville avant de rejoindre le chalet pour quelques crêpes, chandeleur oblige.

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.