Général Favier : le livre du général Soubelet « ne suscite pas d’émotion particulière » en Gendarmerie

Denis Favier, DGGN, à Rouen le vendredi 30 octobre 2015.

Le directeur de la Gendarmerie le général Denis Favier estime que la parution du livre du général Soubelet (« Tout ce qu’il ne faut pas dire », Plon) le 24 mars, « ne suscite pas d’émotion particulière à l’intérieur de la Gendarmerie ».

 

Cette réaction a été exprimée à la veille de la parution du livre du commandant de la gendarmerie d’outre-mer devant la Commission de la défense de l’Assemblée nationale dont le compte-rendu vient d’être publié.

 

« Pour ma part, je n’ai pas le temps d’écrire grand-chose d’autre que des notes opérationnelles », assure le général Favier qui se déclare « surpris qu’un général quatre étoiles ait le temps d’écrire des livres ».

 

Pour le directeur de la Gendarmerie, « le problème n’est pas la liberté d’expression, c’est le devoir de réserve qui s’impose particulièrement à un général de corps d’armée dans un contexte où le pays est en crise et où toutes les énergies doivent être orientées vers la gestion de cette crise ».

 

Le général Favier reconnaît que les interventions du général Soubelet aujourd’hui sont « pondérées, mesurées » et « qu’elles ne comprennent pas d’attaques contre la politique du gouvernement actuel ou des gouvernements précédents ».

 

« Il s’agit de points de vue très généraux sur des sujets variés (économie, autorités administratives indépendantes, état de la société) qui n’apportent d’ailleurs rien de nouveau au débat public mais qui risquent en effet d’être instrumentalisés », conclut le directeur de la Gendarmerie.

Source : L’Essor de la Gendarmerie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.