Gendarmerie, police municipale et mairie sur le pont

Sécurité – Sécurité

Les trois piliers de L'Union contre la délinquance : police municipale, gendarmerie et mairie, avec le ciment de la population./Photo DDM, Gérard Etrivert.
Les trois piliers de L’Union contre la délinquance : police municipale, gendarmerie et mairie, avec le ciment de la population./Photo DDM, Gérard Etrivert.

Le conseil municipal de L’Union s’est tenu mercredi soir à la salle des fêtes. Les Unionais étaient comme à l’habitude nombreux à assister à cette séance. C’était l’occasion de la présentation des activités de la gendarmerie par le lieutenant Vezin. On se souvient de la saisie de drogue en janvier dernier à L’Union : 1200 kg de cannabis venant d’Espagne, et quatre individus interpellés.

La communauté de brigades compte 27 gendarmes à L’Union, 9 à Montastruc, soit 1 gendarme pour 1680 habitants, 1 gendarme pour 58 crimes et délits. Parmi leurs compétences particulières : 22 officiers de police judiciaire, 1 référent travail illégal, 1 référent environnement, 2 référents et 2 enquêteurs mineurs victimes, 1 référent sûreté, 10 techniciens en identification criminelle de proximité, 2 référents violences intrafamiliales, 2 correspondants nouvelles technologies. On a ainsi une idée précise des missions couvertes. En 2014, les gendarmes ont ainsi procédé à 2000 interventions, dont 600 de nuit, pour 2000 crimes et délits. «Il faut toutefois pondérer ces chiffres pour les 550 crimes et délits à L’Union même : une altercation sans trop de gravité est comptabilisée de la même façon», a précisé le lieutenant Vezin. «Quant à la multiplication des interventions liées à la drogue, fumer du cannabis est malheureusement en voie de banalisation pour plusieurs collégiens, par exemple.» On notera qu’un tiers des faits ont été élucidés.

Pour le lieutenant, «L’Union contre la délinquance repose sur 3 piliers : la mairie (politique de sécurité et moyens affectés, appui matériel, connaissance des problématiques locales) ; la police municipale (proximité avec la population, remontée de l’information, un premier niveau de réaction) ; et la gendarmerie (force de prévention, de répression, avec outils humains, matériels et légaux adaptés).»

«Le ciment de cette action est la population», a-t-il conclu : «Chaque citoyen peut participer activement en signalant au 17 toute anomalie à toute heure : la voiture de patrouilles déplacera immédiatement.»

L’ensemble des points à l’ordre du jour du conseil municipal ont été votés, souvent avec des abstentions de l’opposition, et des échanges parfois vifs avec l’équipe municipale.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.