Gendarmerie et police : le gouvernement va débloquer 111 millions d’euros

Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur. - Miguel Medina - AFP/Archives

Le gouvernement va débloquer de 111 millions d’euros pour la police et la gendarmerie, a indiqué ce jeudi Manuel Valls. Cette annonce intervient alors que plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer les difficultés budgétaires touchant les deux forces.

 

Le ministre de l’Intérieur a fait cette annonce devant les députés de la commission des Finances et de la Défense de l’Assemblée nationale. Elle “était éminemment attendue”, a expliqué une source proche du dossier.
Manuel Valls a également annoncé le déblocage de 10 millions d’euros supplémentaires pour répondre “aux besoins immobiliers les plus pressants dans la gendarmerie nationale”, et notamment le “lancement de travaux urgents dans les logements des gendarmes les plus dégradés”.

 

A la mi-octobre, Denis Favier, le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), était monté au créneau devant la commission de la Défense de l’Assemblée, évoquant la “situation difficile” de son institution du fait des restrictions budgétaires imposées par Bercy. Il avait notamment souligné qu'”aucune commande de véhicules (n’avait) pu être passée”, ni d’ordinateurs, expliquant avoir des difficultés “pour assurer les paiements (…) incontournables” comme “les dépenses d’énergie”.
Plusieurs syndicats de police avaient emboîté le pas au patron des gendarmes, assurant que la police rencontrait des difficultés similaires, liées également aux gels des crédits pour la fin de l’année 2013.

 

Donner des moyens nécessaires au fonctionnement des forces de l’ordre

 

Rappelant que la “sécurité de nos compatriotes” était une priorité du président de la République, Manuel Valls a donc annoncé que le Premier ministre avait décidé de “dégeler 111 millions de crédits”, octroyant ainsi aux deux forces “les moyens nécessaires à leur fonctionnement jusqu’à la fin de l’année”. Interrogé sur la répartition de ces 111 millions entre la police et la gendarmerie, le ministre a dit “y travailler encore” mais que cela “se fera dans l’équilibre nécessaire”.

 

Concrètement, ces crédits sont destinés à donner les moyens nécessaires au fonctionnement de la police et de la gendarmerie (carburant, équipements de protection, tenues…), à soutenir l’engagement des forces mobiles (CRS et gendarmes mobiles), à soutenir les investissements nécessaires à la montée en puissance du renseignement intérieur et à améliorer le parc automobile de la gendarmerie.
Des équipements informatiques seront également financés dans la gendarmerie ainsi que des projets informatiques visant à la modernisation de la police. Traditionnellement, les crédits bloqués en début d’année pour faire face à d’éventuels aléas sont toujours dégelés avant la fin de l’année.

 

Le ministre a précisé que, pour la première fois depuis 2007, le budget alloué aux policiers et aux gendarmes était ainsi en augmentation “de 2 %”, rappelant que ces crédits avaient baissé de 18 % entre 2007 et 2012.
Dans un rapport d’information parlementaire sur les investissements dans la police et la gendarmerie, le rapporteur du Sénat, Jean-Vincent Placé (EELV), fait état d’un besoin de financement de l’ordre de 300 millions d’euros pour les casernes de gendarmerie.

 

En revanche, le ministre de l’Intérieur est resté ferme sur la baisse prévue dans le budget 2014 de l’indemnité dite de sujétions spéciales de police (ISSP) des élèves policiers et gendarmes, contestée par les principaux syndicats de police.

Source : LaDépêche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *