Gendarmerie d’Écuires : qui paiera les travaux ?


Selon Jean-François Leblanc, les fuites dans les bâtiments de la caserne sont relatives à de la condensation et à des infiltrations.
VDN

Selon Jean-François Leblanc, les fuites dans les bâtiments de la caserne sont relatives à de la condensation et à des infiltrations.

Daniel Bourdelle s’est inquiété de savoir si des dispositions avaient été prises après la délibération de décembre 2012 actant les dysfonctionnements. « Non, on était hors délais par rapport à la garantie décennale », a précisé Michel Duflos, le DGS. Problème, il y en aurait pour 860000 € de travaux. Bruno Béthouart, président lors du dernier mandat, notait alors que la caserne était sujette à des fuites depuis sa conception en 1982.

Cela tombe bien, Jean-François Leblanc, qui a conçu la caserne et est élu de la CCM, sentant le vent du boulet, a pris la parole : « J’ai été exclu du dossier après le lancement d’une procédure de dédommagement dommages-ouvrage engagée par le président (Bernard Pion à l’époque, NDLR) deux ans plus tard. Je ne suis donc plus acteur de ce dossier depuis trente ans. D’autres interventions n’ont jamais porté leurs fruits, et j’aurais aimé retravailler sur ce dossier. J’ai su qu’un bureau d’études avait été chargé en 2005 de revoir le système de chauffage et de poser une nouvelle peau sur la toiture. »

Selon Jean-François Leblanc, les fuites sont relatives à de la condensation et à des infiltrations, et l’intervention en 2005 aurait pu, selon l’élu, résoudre le problème. « Je n’ai jamais connu deux expériences telles en trente-cinq ans de métier. »

« Ces gens-là (la gendarmerie) paient un loyer et on est incapable de trouver un responsable, a relevé Daniel Bourdelle. Ce sera à nous de faire ces travaux. »

Jean-François Leblanc s’est proposé de réaliser un diagnostic, « si vous me faites confiance. »

Des sous pour le toit du Cosec

La gendarmerie de Montreuil-Écuires n’est pas la seule à présenter des fuites. Le Cosec commence lui aussi à s’essouffler, et notamment « sa toiture dans un état déplorable. » Mais à la différence de la caserne, des travaux ont été programmés. La réunion de jeudi a même permis d’en fixer le montant. Ainsi, 423 818,46 € ont été prévus, dont 20 % (84 763,69 €) pour la CCM, soit autant que le conseil régional, le reste revenant à la charge du conseil général.

Le plan de financement a été approuvé à l’unanimité par les élus, même si Hubert Douay, maire de Campigneulles-les-Grandes, a posé la question de savoir ce qu’il se passerait « si on n’a pas les (autres) subventions. »

Remarque sur laquelle Bruno Béthouart, ancien président de la CCM, a pris un malin plaisir à rebondir : « Vous espérez donc des subventions pour réaliser le projet », a-t-il glissé à son successeur, lequel lui reprochait durant la campagne d’engager des projets sans l’assurance d’obtenir des subventions. « Sous réserve de l’obtention des deux subventions » a répliqué Charles Barège en pointant la délibération

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.