Gendarmerie de Vescovato : l’attentat de 2009 aux assises

Pierre-Thomas Fili est notamment accusé de l'attentat contre la gendarmerie de Vescovato en 2009.

Pierre-Thomas Fili est notamment accusé de l’attentat contre la gendarmerie de Vescovato en 2009.Photo Archives Gérard Baldocchi
Un seul accusé, Pierre-Thomas Fili, comparait devant la cour d’assises spéciale depuis lundi et ce durant seize jours. Les deux tentatives d’attentats en 2008 à Bastia et en 2009 à Brando lui sont aussi reprochées.

Il est présenté comme un militant indépendantiste.

Pourtant, depuis lundi, Pierre-Thomas Fili, qui comparait devant la cour d’assises spéciale de Paris pour l’attentat à l’explosif contre la gendarmerie de Vescovato en 2009 et deux tentatives, à Brando la même année et à Bastia en 2008, nie “tout lien avec le monde nationaliste”.

Une défense qu’il tente de maintenir malgré les charges qui pèsent contre lui, depuis son interpellation en janvier 2010.

Le procès, qui n’a pas eu lieu hier, est programmé sur seize jours malgré l’unique accusé afin d’aborder les trois affaires.

En 2010, une fois comparé, les enquêteurs constatent que l’ADN de Pierre-Thomas Fili correspond à celui retrouvé sur le dispositif de mise à feu de l’engin qui avait pulvérisé une voiture de gendarmerie, un Citroën C15, à Vescovato le 22 juillet 2009.

Il colle aussi avec les traces retrouvées, sur la partie adhésive notamment, sur d’autres engins utilisés lors de deux attentats, perpétrés quelques mois auparavant.

Source : Corse  matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *