Facebook : un chauffard retrouvé et arrété par la gendarmerie

Les autorités ont de plus en plus souvent recours aux réseaux sociaux et autres indices laissés de façon volontaire par les suspects sur la toile, et un chauffard un peu trop porté sur le partage de ses exploits sur Facebook vient à nouveau d’en faire les frais.

Tout n’est pas bon à partager sur Facebook, et encore moins lorsqu’il s’agit d’apposer son identité à côté de preuves de délits ou d’infractions diverses. Un automobiliste d’une trentaine d’années comparaitra ainsi prochainement devant le tribunal correctionnel de Puy-en-Velay après que la gendarmerie a constaté des publications assez spéciales sur son profil Facebook.

gendarmerie Facebook. L’homme en question multipliait ainsi les partages de photos de sa voiture. Certaines réalisées depuis l’habitacle affichaient des excès de vitesse flagrants. Suite à plusieurs alertes rapportées par des internautes, la gendarmerie de Haute-Loire déclenche une enquête et identifie sans mal l’auteur des faits.

Une perquisition menée au domicile du suspect a mis en évidence la présence de clichés similaires sur son ordinateur, rapprochement a été fait entre les photos et son véhicule personnel. Pendant son audition, l’automobiliste a reconnu les faits, il aurait même indiqué partager ce type de photo sur Facebook ” pour se vanter et pour faire l’apologie de ces actions”.

La gendarmerie rappelle que ” Les peines maximales encourues pour la provocation au délit par image diffusée par voie électronique sont de 5 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende” d’après l’article 24 de la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

Le cas vient d’ajouter à une liste déjà longue d’enquêtes parties de publications sur les réseaux sociaux et débouchant sur des assignations en justice.

Gendarmerie Internet

Source : Generation nt.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *