Attentat à Charlie Hebdo : la France sous le choc

Les événements de la journée. Une chasse à l’homme a démarré pour arrêter les trois terroristes en fuite, après un attentat commis contre Charlie Hebdo mercredi matin, qui a fait au moins douze morts.

Trois hommes armés sont toujours en fuite après l'attentat au siège de Charlie Hebdo qui a fait au moins 12 morts.

Trois hommes armés sont toujours en fuite après l’attentat au siège de Charlie Hebdo qui a fait au moins 12 morts.
LP/Arnaud Dumontier

Une fusillade sanglante s’est produite dans le 11e arrondissement de Paris, en plein coeur de la capitale.

Des hommes encagoulés ont fait usage d’armes automatiques vers 11h30 au sein du siège du journal satirique Charlie Hebdo, faisant au moins douze morts, dont les dessinateurs Cabu et Charb. Quatre autres personnes sont entre la vie et la mort tandis qu’une vingtaine d’autres ont été blessées. Les agresseurs, au nombre de trois ont pris la fuite en changeant de voiture.

L’attentat a été unanimement condamné. Par François Hollande et toute la classe politique française, mais aussi Obama, Poutine, Merkel ou encore le recteur de la mosquée de Paris.

La police a lancé un appel à témoins et a mis à disposition un numéro vert afin de permettre de faire progresser l’enquête : 08.05.02.17.17.

VIDEO. Attentat à Charlie Hebdo : les images de la fuite des tueurs

Attentat à Charlie Hebdo : les images de la… par leparisien

Revivez les événements de la journée minute par minute :

19h53. Les terroristes seraient recherchés à Reims. La traques des terroristes s’orienterait à Reims et à Pantin. L’unité d’élite de la Police serait à Reims, d’où serait originaire l’un des protagonistes, selon l’Union, le journal local

19h40. «On est tous Français». Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi s’est rendu mercredi soir à l’ambassade de France à Rome, après l’attentat meurtrier contre le journal Charlie Hebdo, où il a déclaré : «On est tous Français». Evoquant la France comme «symbole de la liberté», M. Renzi a déclaré en français : «On est tous Français parce que nous pensons que la liberté est la seule raison d’être de l’Europe et des citoyens européens».

19h38. Le pape François condamne à son tour un «horrible attentat»

19h16. Hollande joue l’unité nationale. Selon nos informations, le président de la République va réunir demain après-midi, à l’Elysée, les présidents des groupes parlementaires, ainsi que les présidents de l’Assemblée et du Sénat, Claude Bartolone et Gérard Larcher.

19h15. Badinter met en garde contre «le piège politique que nous tendent les terroristes». «Ceux qui crient allahou akbar au moment de tuer d’autres hommes, ceux-là trahissent par fanatisme l’idéal religieux dont ils se réclament. Ils espèrent aussi que la colère et l’indignation qui emportent la nation trouvera chez certains son expression dans un rejet et une hostilité à l’égard de tous les musulmans de France», déclare l’ancien garde des Sceaux auprès de «Libération», qui lance cet appel : «Refusons ce qui serait leur victoire. Et gardons-nous des amalgames injustes et des passions fratricides.»

19h11. Les panneaux publicitaires se transforment en panneaux de soutien à Charlie Hebdo

Voir l'image sur Twitter

19h05. Marine Le Pen demande un renfort de sécurité. Selon nos informations, le Front national a demandé au SPLD (Service de protection de la personne, ex-SPHP) un renfort de sécurité pour sa présidente, ainsi qu’une présence policière autour de son siège de Nanterre (Hauts-de-Seine).

19 heures. La brigade anti-gang investit deux appartements. Selon nos informations, des policiers de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la police judiciaire parisienne, ont investi, ce mercredi 7 janvier, vers 16h30, un appartement d’un immeuble situé avenue Jean-Lolive à Pantin (Seine-Saint-Denis) dans le cadre de l’enquête sur l’attentat terroriste commis dans les locaux du journal Charlie Hebdo. Toujours selon nos informations, les policiers de l’anti-gang n’auraient procédé à aucune interpellation. Cet appartement aurait pu être une planque pour les terroristes. Les policiers de la BRI ont procédé, toujours dans l’après-midi, à la même vérification dans un logement, situé à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

18h40. Les condoléances de la reine Elizabeth II. La reine d’Angleterre, ainsi que son époux Philip, présentent leurs «sincères condoléances» aux familles des victimes et envoient leurs «pensées» et «prières», dans un mot adressé à François Hollande et signé Elizabeth R.

La suite et de nombreuses vidéos : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.