Eure : 3 ans de prison ferme pour le chauffard qui a tué un gendarme

voiture
La Fiat après le choc jeudi soir

Tribunal. La vie d’un père de famille, gendarme, a été fauchée jeudi soir. Le chauffard, sans permis, sans assurance écope de 3 ans de prison.

Dans la soirée du jeudi 6 avril, la vie de Stéphane Nicolas, père de deux enfants a été fauchée à 21 h 30. Ce gendarme revenait en scooter de la soirée organisée pour le départ d’un collègue. À hauteur de Gauville-la-Campagne, il a percuté violemment une Fiat qui lui a coupé la route (lire notre édition du samedi 8 avril).

Le conducteur Gaëtan Langlais, 27 ans, et ses deux passagers Damien Leconte, 21 ans, et Cyril Delaunois, 27 ans, étaient convoqués devant le tribunal correctionnel hier. Les trois Ébroïciens devaient répondre respectivement d’« homicide involontaire » et de « non-assistance à personne en danger ». « Nous sommes conscients de statuer sur un dossier extrêmement douloureux pour la famille et les proches. Nous devons nous extirper de l’émotion liée à ce dossier », rappelle la présidente Bérangère Le Boedec.

Vers 21 h 30, le gendarme se dirige vers Évreux après avoir passé la soirée à Brionne. À l’intersection avec la CD 613 et la C13, la Fiat 500 conduite par Gaëtan Langlais arrive au « Cédez-le- passage ». C’est le choc avec le scooter. Un témoin s’arrête quelques instants après. Il aperçoit Gaëtan Langlais qui prétend être un auto-stoppeur et n’avoir rien à voir avec les faits. La voiture n’est pas assurée, la carte grise n’a pas été mutée et il ne possède même pas le permis. Plus tard, les expertises révèleront des traces de cannabis dans le sang.

Les deux autres prévenus, Cyril Delaunois et Damien Leconte, disent prendre peur et laissent le gendarme mourir en prenant la fuite. Sur le conseil d’un parent, ils se sont rendus à la gendarmerie.

Sept ans requis

Me François pour les parties civiles rappelle le destin brisé de la famille « la douleur d’une épouse, deux enfants mineurs, des frères et parents dans la peine. Il fustige les deux comparses qui ont fui devant leur responsabilité : « Il faut arrêter de prendre le tribunal et nous pour des idiots. Il n’y en avait pas un pour prendre son téléphone pour appeler les secours. » Le substitut Romain Lemoel dans un réquisitoire cinglant tance les prévenus : « Vous avez laissé un homme étendu par terre, sans aucune compassion. Ils osent prétendent contre toutes les évidences qu’ils n’ont rien vu, qu’ils ne pouvaient rien faire. » Il requiert une peine exemplaire : « 7 ans de prison pour Gaëtan Langlais qui a du sang sur les mains et un an pour Delaunois et Leconte, et placement sous mandat de dépôt ». Le conducteur se frotte le visage avec la main, les deux autres ne bronchent pas.

Me Taffou défend les deux passagers : « Il n’y a pas de démonstration de ne pas avoir porté secours. Ils n’ont pas eu pleine conscience du danger… » Pour Me Tahraoui, Gaëtan Langlais est certes coupable, « mais il est revenu sur ses pas, cherchait un téléphone dans la voiture. Selon lui, le gendarme respirait encore… » Avant le délibéré, les trois hommes expriment enfin le minimum de compassion et de regrets. Gaëtan Langlais « aurait préféré mourir… », Cyril Delaunois glisse un « je m’excuse », quant à Damien Leconte, il conclut par un « pareil. Je suis désolé ».

Le conducteur est condamné à 4 ans de prison, dont un mois avec sursis, placé sous mandat de dépôt et écope de 150 € d’amende. Les deux passagers sont reconnus coupables de « non-assistance à personne en danger » et écopent de 6 mois de prison ferme. Dans la salle, une femme pleure à l’énoncé du délibéré.

Source : Paris Normandie

A lire également :

Gendarme tué près d’Evreux : le chauffard conduisait sans permis et sous stupéfiants. Il est en prison

Source : Info Normandie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.