États-Unis : les compagnies aériennes s’alarment du «chaos» si la 5G n’est pas limitée près des aéroports

Face aux inquiétudes sur de possibles perturbations sur les instruments de bord, AT&T et Verizon vont retarder temporairement son déploiement autour de «certains aéroports» américains.

Les patrons de dix compagnies aériennes américaines se sont alarmés lundi auprès des autorités des États-Unis du potentiel «chaos» que représenterait le déploiement de la technologie d’internet mobile ultrarapide 5G autour des aéroports, dans une lettre obtenue par l’AFP. Une technologie qui devait être activée dans l’ensemble du pays mercredi.

«Une intervention immédiate est nécessaire pour empêcher une importante perturbation opérationnelle pour les passagers, les transporteurs, les chaînes d’approvisionnement et la livraison de fournitures médicales essentielles», écrivent-ils à deux jours de l’entrée en service prévue de la 5G. Des craintes partagées par la compagnie aérienne basée à Dubaï, Emirats airlines, qui a annoncé mardi qu’elle suspendait ses vols à destination de plusieurs aéroports américains. Boston, Chicago, Dallas Fort Worth, Houston, Miami, Newark, Orlando, San Francisco, et Seattle sont notamment concernés. En décembre, les avionneurs européen Airbus et américain Boeing avaient eux aussi exprimé leur «inquiétude», dans une lettre au ministère américain des Transports.

Tous s’alarment des conséquences de la 5G sur les avions en raison de possibles perturbations sur les instruments de bord. «Sur une journée comme hier (dimanche), plus de 1100 vols et 100.000 passagers seraient sujets à des annulations, détours, ou retards», redoutent notamment les patrons des compagnies American Airlines, Delta, ou encore Southwest, mais également ceux des divisions aériennes des géants de la logistique FedEx et UPS. «Compte tenu du faible temps restant et de l’importance de cette calamité économique complètement évitable, nous demandons respectueusement que vous souteniez et preniez toutes les actions nécessaires pour que la 5G soit déployée à l’exception de quand les tours sont trop proches des tarmacs des aéroports», demandent-ils au gouvernement américain, à l’agence de sécurité aérienne, la FAA, et au gendarme des télécoms, la FCC. Ils souhaitent ainsi une pause, «jusqu’à ce que la FAA puisse déterminer comment ce déploiement peut être accompli en toute sécurité sans perturbation catastrophique».

Nouveau report de la 5G

Début janvier les compagnies aériennes avaient obtenu un nouveau délai, jusqu’à mercredi, pour le déploiement des nouvelles bandes de fréquence. Elles menaçaient, via leur fédération Airlines 4 America, de poursuivre en justice les géants des télécommunications AT&T et Verizon afin d’obtenir ce délai et des modifications techniques dans le déploiement de la dernière génération d’internet mobile ultrarapide. Des bandes de fréquence 3,7-3,8 GHz ont été attribuées à AT&T et Verizon en février 2021 à l’issue d’un appel d’offres de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Face à ces inquiétudes, AT&T et Verizon ont finalement annoncé mardi qu’ils allaient retarder temporairement le déploiement de la 5G autour de «certains aéroports» aux États-Unis. AT&T a par exemple décidé de ne pas activer les tours installées dans un périmètre de 2 miles (3,2 km) autour des aéroports spécifiés par la FAA. Joe Biden a remercié dans un communiqué les deux opérateurs pour cette décision, qui évite selon lui de perturber le trafic aérien tout en permettant l’activation de l’immense majorité des tours de téléphonie mobile pour la 5G, élément essentiel pour la compétitivité du pays. Les experts de la Maison Blanche vont continuer à travailler «sans relâche» avec les opérateurs téléphoniques, les compagnies aériennes et les avionneurs afin «de parvenir à une solution permanente et fonctionnelle autour de ces aéroports clés», a-t-il assuré.

Les deux opérateurs regrettent toutefois que les autorités aient mis autant de temps à réagir à ce déploiement de la 5G, prévu depuis au moins deux ans. La FAA et les compagnies aériennes du pays «n’ont pas été capables de résoudre la problématique de la 5G autour des aéroports alors même qu’elle a été déployée de façon sûre et efficace dans plus de 40 autres pays», a souligné un porte-parole de Verizon dans un message transmis à l’AFP.

Risques pour les radio-altimètres

La question des conséquences du déploiement de la 5G aux États-Unis a commencé à prendre de l’ampleur en novembre, après la publication par la FAA d’un bulletin spécial demandant aux entreprises concernées de transmettre des informations spécifiques sur les radio-altimètres. Ce radar qui mesure la distance séparant l’avion du sol est essentiel aux instruments de nuit notamment pour atterrir ou en cas de mauvaise visibilité. Certaines fréquences attribuées à AT&T et Verizon pour le déploiement de leur 5G sont en effet proches de celles utilisées par les radio-altimètres, qui fonctionnent dans le spectre des 4,2 à 4,4 GHz. S’il n’y a pas de risque d’interférence directe entre les fréquences, la puissance d’émission des antennes 5G ou une partie des émissions dirigée vers le haut pourrait poser problème à certains altimètres.

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.