Essonne : un Gilet jaune de 84 ans convoqué au commissariat pour la première fois de sa vie

Alexandre, 84 ans, était entendu au commissariat d’Arpajon (Essonne) ce lundi après une plainte contre X déposée par la députée LREM, Laëtitia Romeiro-Dias. Le 2 février dernier, sa permanence à Brétigny-sur-Orge avait été recouverte de photos de gilets jaunes blessés lors des manifestations.

Capture d’écran 2019-04-12 à 01.19.34

Arpajon

“Je ne comprends pas qu’à ce moment de ma vie, on me met le grappin dessus pour une broutille”. Alexandre 84 ans avait du mal à dormir ses derniers jours, ses amis gilets jaunes le confirment : “il était très stressé, imaginez, à 84 ans recevoir une convocation de la police pour la première fois de votre vie, il y a de quoi être stressé”. Le doyen des Gilets jaunes de la Croix-Blanche à Sainte-Geneviève-des-Bois était convoqué suite à une plainte contre X déposée par la députée LREM de la 3ème circonscription de l’Essonne Laëtitia Romeiro-Dias. Sa permanence à Brétigny-sur-Orge avait été recouverte de photos de gilets jaunes blessés lors des manifestations. Le but de cette action : “dénoncer les violences policières”.

Photo de la permanence de la députée à Brétigny-sur-Orge - Aucun(e)
Photo de la permanence de la députée à Brétigny-sur-Orge – Laëtitia Romeiro-Dias

On le fait convoquer pour l’humilier” – David Libeskind, avocat

Alexandre reconnait qu’il était présent le 2 février devant la permanance de la députée, des photos publiées par le groupe des Gilets jaunes sur les réseaux sociaux en atteste. “Ce que je ne reconnais pas, c’est d’avoir skotché les affiches. J’insiste sur ce mot, skotcher et pas coller. C’est quoi le skotchage ? où est le vandalisme ?”. Pour son avocat, Maître David Libeskind du collectif “Robes noires et gilets jaunes”, il s’agit là d’une audition politique disproportionnée pour une contravention de 3ème classe. “Vous vous rendez-compte, c’est la première fois que cet homme est convoqué dans un commissariat. A mon sens, on le fait convoquer pour l’humilier, c’est quand meme une situation exceptionnelle, surréaliste à l’égard d’un homme de 84 ans qui n’a pas de passé judiciaire et qui ne fait que revendiquer des idées”.

Je trouve ça choquant qu’on s’en prenne aux anciens” – Valérie, gilet jaune

Une vingtaine de ses “amis” Gilets jaunes sont venus le soutenir. Pour Valérie qui occupe toujours le rond-point de la Croix Blanche, “il fallait être là pour notre doyen. Je trouve choquant qu’on s’en prenne aux anciens. Après la répression policière, il y a la répression judiciaire, des tentatives d’intimidations. On cherche à faire rentrer les gens chez-eux par ces intimidations et je trouve ça choquant”. Après une heure d’audition, Alexandre est sorti soulagé et sans contravention mais l’enquête du commissariat d’Arpajon se poursuit.

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *