Elle agresse son voisin devant la gendarmerie, à Avesnes-les-Aubert

Une quinquagénaire s’est présentée ce vendredi à la barre du tribunal de Cambrai, poursuivie pour avoir agressé son voisin octogénaire. L’agression a eu lieu devant la brigade.

Ce vendredi, le tribunal correctionnel devait trancher dans une affaire de conflit de voisinage. Une habitante d’Avesnes-Les-Aubert, âgée de 50 ans, avait en effet agressé le 14 avril dernier son voisin de 80 ans devant la gendarmerie, alors qu’il allait déposer plainte.

À l’origine du conflit, une histoire de chats. Les semaines passent et le conflit s’envenime entre les deux voisins.

Le 14 avril, le vieil homme se rend à la gendarmerie pour porter plainte pour un vol de fleurs. Devant la gendarmerie, la prévenue arrive et bondit sur le vieil homme, le bouscule violemment.

Il aura fallu, l’intervention de militaire de la gendarmerie pour stopper l’agression.

Riposte ?

Dans sa folie passagère, la quinquagénaire donne des coups et griffe l’automobile de la victime.

Après cet épisode, les forces de l’ordre ont ramené la personne âgée qui marche avec une canne à son domicile, pour plus de sécurité. La prévenue se mettra alors à insulter de façon très ordurière un gendarme.

Tous ces faits l’ont conduite devant la barre du tribunal, où elle ne formulera aucune excuse, aucun remords, tout comme lors de sa garde-à-vue où elle aurait même déclaré « si je l’avais frappé, je l’aurais tué. » Elle expliquera avoir bousculé la victime par riposte. Celle-ci déclarera à l’inverse que la quinquagénaire « s’est amenée comme une folle, elle m’a attrapé et bousculé… »

Six mois de sursis requis

« C’est un triste dossier comme on le voit régulièrement. C’est l’incapacité de certaines personnes à vivre ensemble », clame le procureur de la République avant de requérir six mois de prison assortis du sursis.

Le tribunal a finalement condamné cette dame à cinq mois de prison assortis du sursis et 400 euros de dommages – intérêts. À l’avenir les conflits entre les deux devraient s’arrêter, car la prévenue a déclaré qu’elle allait déménager.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.