EDITORIAL : L’écœurement et LA CUREE !

association-loi-1901

Le 02 janvier 2015, date tampon, la voie d’appel sera définitivement éteinte ! Ne revenons pas sur les arrêts de la CEDH du 02 octobre dernier déjà largement commentés.

Depuis cette date il apparaît une résurgence de mouvements, l’apparition d’unions, des révélations individuelles voire des créations ou des projets d’association. Il faut convenir que depuis plus de deux mois certains mouvements existants ou certains individus espérant connaître une existence, s’agitent avec de plus en plus d’ardeur. Nous pouvons constater des représentations sur des chaines télévisées, des prestations au sein d’universités, des participations à des colloques. Nous ne pouvons que nous en étonner.

Voilà même aujourd’hui que le CSFM se fend d’un communiqué “révolutionnaire” à l’attention du ministre de la défense ! Du jamais vu !

Comment ne pas s’étonner devant un tel déploiement d’activité ? 

Aujourd’hui nous pouvons nous insurger devant l’attitude choquante d’élus nationaux ou de responsables ministériels. Pour exemple, monsieur Noël MAMERE, député de sensibilité écologique, ne propose pas moins qu’un réel désarmement des forces de l’ordre (mercredi 4 décembre 2014, les députés ont approuvé la création d’une commission d’enquête sur les missions et modalités du maintien de l’ordre dans les manifestations) et avec l’approbation de ses pairs.

Comment, alors que depuis presque deux mois, les médias, les hommes politiques de tous bords et les prétendus “pacifistes écolos” (les célèbres zadistes) font montre d’assaut en règle (violences urbaines), le ministre de la défense ou le ministre de l’intérieur n’intervient pas autoritairement afin de protéger “ses troupes” et au minimum imposer l’exécution des lois sur des dégradations importantes perpétrées aux biens collectifs (ne parlons pas des blessures physiques aux forces de l’ordre).

Au contraire, monsieur CAZENEUVE confirme l’interdiction d’armes de défense et de repoussement au maintient de l’ordre. Plus aberrant, monsieur LE DRIAN n’a fait aucune intervention. Nous pouvons dire qu’en la matière il a brillé par son mutisme et son absence.

Pendant ce temps, en double rideau, des opportunistes placent leurs pions. A qui d’être présent à des tables rondes où la prestation est dangereuse et loin d’être honorifique. A qui de se complaire dans la rédaction d’articles longs, lénifiants, léthargiques et sans fond. A qui d’aller s’exposer devant des élus nationaux afin de représenter …. qu’eux même. Ne parlons pas de toutes ces structures déjà existantes qui aujourd’hui sortent d’un long sommeil et viennent au devant de la scène. Avec un minimum de réflexion, au regard de leur action, une obédience de la DGGN, voire du MINDEF, est évidente.

L’écœurement aujourd’hui est la volonté de certains à vouloir systématiquement et volontairement écarter les retraités des futures décisions. L’écœurement est d’ignorer sans aucune vergogne l’APG des représentations déjà effectuées. L’écœurement est aujourd’hui encore de constater que certains positionnements autorisent toujours les mêmes qui en 1989 ou 2001 n’ont en aucun cas épaulé leurs camarades d’active lors de leur action.

Aujourd’hui c’est la curée.Lutte avide pour s’emparer des places, des honneurs, des biens laissés vacants” (cf. Larousse). Tout le monde se rue. Tout le monde charge. Tout le monde attaque. On se demande aujourd’hui si chaque “carnassier” aura son morceau. Il est terrifiant de voir comment ceux qui hier n’avaient aucune responsabilité, n’avaient aucun engagement, se protégeaient à outrance, aujourd’hui se mettent en avant afin de tirer la couverture à eux.

Aujourd’hui ça n’est pas pour nous ou notre minable petit ego, ça n’est pas pour l’association que nous représentons, ça n’est pas pour l’institution, ça n’est pas pour le passé ou l’avenir de notre arme, mais c’est pour le bien-être et la justice de nos camarades d’active que nous nous engageons.

Le réel objectif est la représentation voire la défense de ceux à qui nous avons légué nos connaissances et pratiques professionnelles et pour lesquels nous nous devons d’agir et nous battre. Peut importe les esprits chagrins qui se détournent de ceux qui les ont nourris durant des décennies ainsi que des éternels censeurs contestant pour le plaisir de contester sans aucun autre but que de vouloir médire et détruire.

A compter du 03 janvier la marche en avant est en route. L’APG sera présente et combattra pour le faire valoir.

                                                                                       BERTHELOT Bernard

                                                                                     Secrétaire de l’APG

curée1

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *