Dieppe : les gendarmes déménagent au Val Druel

Mouvement. Les différentes unités de la compagnie de gendarmerie basée à Dieppe sont désormais toutes regroupées à la caserne du Val Druel.

Dieppe : les gendarmes déménagent au Val Druel
Le commandant Patrice Lagadec a rejoint la caserne du Val Druel qui abrite, désormais 35 militaires

Une page se tourne pour les gendarmes de Dieppe. Installés en centre-ville dans les locaux rue Jéhan-Véron et rue de Blainville depuis plus de cent ans, ils sont désormais basés route de l’Escarpé, au Val-Druel. Ce déménagement s’est fait en plusieurs temps. « La BMO (brigade motorisée) et le Psig (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) ont rejoint la nouvelle caserne à la construction de celle-ci, au début des années 1980 », explique le patron de la compagnie, le commandant Patrice Lagadec. Tandis que la BR (brigade de recherches), la brigade de proximité, le secrétariat et le commandement étaient restés en bas. Pendant plus de 25 ans, les différentes unités de la compagnie ont donc été réparties sur deux sites. Une organisation pas toujours évidente à gérer pour la mise en place d’opérations coordonnées.

Un déménagement en induit un autre

Ce regroupement a mis du temps à se faire faute de logement suffisant pour l’ensemble des militaires, route de l’Escarpé. Mais lorsque les gendarmes du PSPG (pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie) de Penly qui habitaient au Val Druel ont déménagé dans leur nouvelle caserne à Saint-Martin-en-Campagne, dix-sept logements se sont libérés, permettant ainsi de réunir tous les Dieppois. Il manque encore deux habitations, leur construction est en réflexion à la mairie.

Les quatre secrétaires, le chef de la compagnie et son adjoint ont investi leurs nouveaux locaux jeudi ; les sept membres de la BR, vendredi. La brigade de proximité (composée d’un seul militaire), elle, n’existe plus.

Des travaux ont été réalisés à la caserne : les sols, murs et plafonds ont été refaits. Seul inconvénient d’avoir quitté le centre-ville : les gendarmes s’éloignent des différentes institutions avec lesquelles ils travaillent régulièrement : mairie, tribunal, sous-préfecture…

Enfin là-haut, ils ne recevront quasiment plus de public. Car même si ce sont les policiers qui agissent à Dieppe, il arrivait que des personnes s’adressent aux militaires. Aujourd’hui, la gendarmerie en centre-ville, c’est fini.

B. H.

Des locaux à vendre

Les anciens locaux occupés par la gendarmerie, situés rue Jehan-Véron et rue de Blainville, appartiennent au Département.

Ils seront officiellement libérés par les militaires à partir du 1er septembre. Date à partir de laquelle « les services du Département réaliseront un diagnostic sur cet ensemble immobilier, pour, ensuite, le mettre en vente », indique Blandine Lefèbvre, vice-présidente du Département.

Les locaux rue Véron s’étendent sur environ 1 500 m² (en deux parties : 915 m² + 530 m²), ceux rue de Blainville font 1 300 m². Le service France domaine n’a pas encore estimé le prix de ces biens. Les premiers bâtiments de cet ensemble ont été construits durant la deuxième partie du XIXe siècle. « Les mangeoires destinées aux chevaux des gendarmes de l’époque sont encore visibles », souligne le commandant Lagadec. « Ces locaux sont situés à l’intérieur d’un périmètre protégé mais ils ont du potentiel et j’espère qu’un beau projet verra le jour », conclut Blandine Lefèbvre.

Source :Paris Normandie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.