Deux attentats, un suicide de policier et plusieurs manifestations à venir : l’année 2020 démarre très mal pour les forces de l’ordre..

image

Un collègue du SDLP s’est donné la mort ce week-end à Paris par défenestration, ouvrant ainsi le macabre compteur 2020 des suicides au sein de la police nationale.

Malgré 59 suicides dans nos rangs en 2019, ni le gouvernement ni les syndicats de police ne lèvent le petit doigt pour tenter de mettre fin à cette hécatombe.

Dans le cadre de la réforme des retraites, des personnels sédentaires du ministère de l’Intérieur déposent régulièrement des préavis de grève mais se voient réquisitionner par les Préfets.

Pire, certains collègues indélicats critiquent ceux qui essayent simplement de défendre leurs droits. Dans un commissariat de police breton, une affiche scandaleuse a été collée sur la porte du bureau des ASPTS pour les traiter de fainéants au motif qu’ils exercent leur droit de grève.

Si par l’intermédiaire de leurs syndicats, les personnels actifs de la police nationale se sont assis sur leur statut spécial de retraites après s’être couchés sur toutes les revendications portées le 2 octobre, des collègues sédentaires tentent courageusement de poursuivre la lutte.

Bien que l’Establishment et une partie de la population crachent en permanence sur la police nationale, nos collègues ont déjà neutralisé deux terroristes et mis fin à deux attentats au couteau à Villejuif et à Metz en moins d’une semaine.

Alors que la société française s’était mobilisée suite à l’attentat contre Charlie Hebdo, le terrorisme est aujourd’hui relégué à la rubrique des faits divers.. Il n’y a d’ailleurs plus de terroriste mais de simples déséquilibrés comme dans le cas de l’assassinat de Sarah Halimi où la justice a décidé qu’il n’y aurait même pas de procès.. Circulez, il n’y a rien à voir..

Impunité totale pour les fichés S, les criminels et les voyous mais tolérance zéro en matière de stationnement.. Il faut dire que mettre un terroriste en prison coûte de l’argent à l’Etat tandis qu’une bonne fourrière en rapporte.. On n’arrête pas le progrès..

Source : France Police

Pour le rédacteur de l’affichette : 

Feignant et fainéant ne veulent pas dire la même chose. Les mots feignant et fainéant ont dans le langage courant le même sens. Pourtant, l’usage voudrait que l’on distingue un feignant, soit quelqu’un qui fait semblant de travailler (il feint le travail), d’un fainéant, qui lui ne fait clairement rien (il fait néant).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.