Des prisonniers bientôt libres faute d’effectifs pour les transférer au tribunal ?

Un prisonnier (Illustration).

Justice Dès lundi prochain, les policiers et les gendarmes bretons n’assureront plus le transfert des détenus vers le tribunal. Les nouveaux effectifs affectés à cette tâche seraient “sous-dimensionnés”, affirme le président de la Cour d’appel de Rennes.

En Bretagne, les transferts des détenus vers le tribunal seront assurés par des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire à partir du 2 mai prochain. Dans cette optique, deux pôles de rattachement d’extractions judiciaires ont été créés à Rennes et à Lorient. Les gendarmes et les policiers, qui militaient depuis longtemps pour ne plus s’en occuper, seront ainsi déchargés de cette tâche.

Problème, les nouveaux effectifs censés assurer les transferts de détenus seraient beaucoup trop limités. Selon un syndicaliste, cité par France Bleu, les fonctionnaires n’ont “ni véhicule adapté, ni gilet pare-balle”. De son côté, le président de la Cour d’appel de Rennes a envoyé un courrier à tous les responsables de la police et de la gendarmerie en Bretagne. Il y évoque un “sous-dimensionnement des effectifs” affectés à cette tâche. Selon lui, les prisonniers n’ayant pas pu être jugés dans les temps risqueraient d’être libérés.

Pour y remédier, le magistrat exhorte les forces de l’ordre à poursuivre les transferts. Mais ces dernières refusent de s’en charger. “On s’en tiendra à l’application stricte de ce qui est prévu, nos effectifs sont mobilisés ailleurs” affirme un des gradés de la Gendarmerie du Finistère, cité par France Bleu.

VIDEO D’ARCHIVES (2011). Lorraine : couacs dans les transferts de détenus

Source : My TF1 News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *