Des fermetures de brigades au menu du patron des gendarmes manchois

A gauche, le lieutenant-colonel Laurent Vandecapelle, patron des gendarmes de la Manche et à droite son supérieur en charge de la région, le colonel Bruno Bresson,

A gauche, le lieutenant-colonel Laurent Vandecapelle, patron des gendarmes de la Manche et à droite son supérieur en charge de la région, le colonel Bruno Bresson, | Nicolas Denoyelle

Entre la lutte contre la délinquance, l’antiterrorisme et la sécurité routière, le nouveau patron des gendarmes de la Manche, le lieutenant-colonel Vandecapelle, et ses équipes ne vont pas chômer. Ce mercredi 31 août, pour sa prise de commandement, le colonel en charge de la région, a aussi rappelé que des petites brigades devront être fermées.

Ce mercredi matin, le lieutenant-colonel Laurent Vandecapelle a pris officiellement ses fonctions comme patron des gendarmes de la Manche, au cours d’une cérémonie dans la cour du groupement de gendarmerie, à Saint-Lô. Dans son discours, son supérieur en charge de la région, le colonel Bruno Bresson, lui a rappelé toutes les tâches qu’il aurait à assumer, à la tête de 620 personnels civils et militaires.

Dans ses missions de « sécurité et de paix publique », Laurent Vandecapelle pourra aussi compter sur les effectifs en hausse de réservistes (jeunes civils et gendarmes retraités), au nombre de 302 dans la Manche, pour un total bas-normand de 888 réservistes.

Moins de brigades de gendarmerie

En parlant de la fermeture de petites brigades, le colonel Bresson (à gauche) a expliqué que "pour mieux assurer la proximité, il faut savoir mieux l'organiser."

En parlant de la fermeture de petites brigades, le colonel Bresson (à gauche) a expliqué que “pour mieux assurer la proximité, il faut savoir mieux l’organiser.” | Nicolas Denoyelle

Et le colonel Bresson a également insisté sur la réorganisation territoriale de la gendarmerie, qui induit la fermeture de petites brigades un peu partout en France, donc dans la Manche également. « Pour mieux assurer la proximité, il faut savoir mieux l’organiser, en donnant certes une impression d’éloignement géographique, mais en donnant plus d’efficacité sur le territoire. »

Né à Mortagne-au-Perche (Orne) en janvier 1972 dans une famille d’agriculteurs, marié et père de quatre enfants, Laurent Vandecapelle revient en Normandie après 25 ans d’un parcours militaire qui, du 16e groupe de chasseurs en Allemagne, l’a mené à son poste de commandant du groupement de gendarmerie de la Manche, en passant notamment par Valenciennes, Bordeaux, ou encore le ministère de l’Intérieur.

Source : Ouest-France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *