Délinquance : la gendarmerie affiche un bilan positif

Thomas Bertoncini, le nouveau sous-préfet, a félicité les gendarmes de leur action, saluant au passage l’accession au grade de commandant de Denis Tardieu. – dr

Pour la communauté de brigades Chinon-Bourgueil, les indicateurs sont au vert. Le bilan 2014 met aussi en évidence le partenariat efficace avec les élus.

 Devoir de réserve en période électorale oblige, les responsables de la gendarmerie n’ont pas souhaité publier les chiffres du bilan 2014 de leur action, avant la fin du deuxième tour de scrutin. Le sujet est sensible et peut toujours être récupéré par un camp ou par l’autre, et ce n’est donc qu’avant-hier lundi que le commandant Denis Tardieu de la compagnie de gendarmerie de Chinon a pu présenter aux élus concernés les chiffres de la délinquance sur les 25 communes du territoire de la COB (communauté de brigades) Chinon-Bourgueil, que dirige le capitaine Pascal Roquet.

Crimes et délits : 11.834 crimes et délits ont été répertoriés sur la zone gendarmerie du département, dont 2.763 sur la compagnie de Chinon. La COB Chinon-Bourgueil en recense 1.292 en 2014 sur son propre territoire, contre 1.503 en 2013, soit une baisse de 15 % environ. Cette délinquance était en légère augmentation depuis 2009 (1.091 faits). C’est la première baisse significative depuis six ans donc.
Cambriolages stables : Dans le détail de ces faits qualifiés de crimes et délits, on note un bilan en stagnation des cambriolages, avec 184 contre 185 l’année d’avant (ce qui est tout de même un léger mieux), le nombre de cambriolages de résidences principales demeurant pour sa part à 69 en 2014 comme en 2013. En ce qui concerne les affaires de stupéfiants, légère baisse de 31 affaires contre 35, idem pour les violences dites crapuleuses avec 9 dossiers contre 11 l’année précédente.
Pour ce qui concerne les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes (AVIP), la baisse est plus sensible encore avec 133 plaintes contre 162.
Une hausse « positive » : Dans ce bilan, où les baisses sont en général appréciées, existe aussi une hausse qui, elle, est mise en exergue par les autorités. Elle concerne les “ IRAS ” ou les infractions relevées par l’action des services. Elles sont passées de 73 en 2013 à 86 en 2014, ce dont se félicite le commandant Tardieu, puisque cela montre que les initiatives et la présence sur le terrain des militaires de la COB se sont montrées encore plus fructueuses.
Plus d’interpellations : Autre bon point, et non des moindres, le taux d’élucidation des enquêtes est passé de 37,13 % à 45,98 %, soit deux à trois points au-dessus de la moyenne nationale. Ces résultats ont permis que 438 personnes soient « mises en cause » en 2014 contre 411 en 2013. Cela a donné lieu à 127 gardes à vue, contre 108 en 2013. En revanche, il n’y a eu à l’issue de ces gardes à vue que 14 personnes écrouées contre 23 en 2013. Mais, là, sur ce dernier point, les gendarmes ne sont pas responsables. Cela relève plutôt de la politique pénale du Parquet…

réactions

Un dialogue plutôt serein et constructif avec les élus

A l’heure d’un bilan globalement satisfaisant, gendarmes et élus ne souhaitent pas pour autant se croiser les bras. Le commandant Tardieu a d’ailleurs précisé les grandes lignes des objectifs pour cette année.
C’est en premier lieu, la lutte contre les cambriolages, dans laquelle il faut souligner que c’est la COB de Chinon qui a permis, grâce à un de ses fins limiers, d’arrêter les auteurs d’une série de cambriolages faits par un couple se faisant passer pour des policiers.
La lutte contre le terrorisme est évidemment dans les priorités, ainsi que la sécurité routière. Pour ces deux derniers objectifs, en particulier, les 35 militaires de la COB peuvent aussi compter sur l’appui du peloton de surveillance de la centrale (PSPG) et des motards de la BMO. De quoi accentuer la présence sur le terrain.
Si le sous-préfet a salué « une institution dont notre pays peut être fier », les élus présents se sont pour la plupart félicités des bons rapports entretenus avec les gendarmes, dans une « vraie proximité », comme le soulignait Stéphanie Riocreux, présidente du Pays de Bourgueil.
Côté chinonais, Jean-Luc Dupont était sur une tonalité identique, et il a même été question de « la mise en place d’un dispositif de participation citoyenne, dans le style “ voisins vigilants ” sur la commune de Chinon ».
Seul petit bémol : divers élus souhaiteraient une résolution plus rapide, en cas d’occupation illégale de terrains par des gens du voyage. Mais, là encore, ce ne sont pas les gendarmes qui sont en cause, mais surtout les méandres de la justice.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *